×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Vous êtes 112.291 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 136.119 articles (chiffres relevés le 25/5 sur google analytics)
eleconomiste
Régions

Agadir/Foncier
Les habitants de Tamaouanza montent au créneau

Par L'Economiste | Edition N°:4116 Le 19/09/2013 | Partager
Ils réclament la régularisation de 35 ha dans cette partie touristique
La Smit avance qu’aucun document officiel ne confirme l’attribution de cette superficie aux populations locales
Le dossier à l’étude pour répondre à la population

LE développement touristique en perspective de la zone de Tamaouanza dans la commune d’Aourir au nord d’Agadir suscite des réactions. Les habitants de la localité ne veulent pas être en reste et tiennent à leur part du gâteau. Hier, ils manifestaient en masse devant la wilaya pour réclamer la régularisation de leur titre de propriété dans la localité.
Selon des représentants des concernés, «l’Etat avait alloué aux ayants droit de la zone 35 ha en 2009 suite à une rencontre entre des institutionnels et les populations en question à l’échelle locale». «Cela fait une éternité que nos familles vivent dans ces lieux. Nous avons été dépossédés de nos terres en 2004 quand la Société marocaine d’ingénierie touristique (SMIT), qui était Sonaba à l’époque, a titré en son nom une surface de 160 ha», avance l’un d’eux.

                                                         

«Nous avons été dépossédés de nos terres en 2004

quand la Smit (Sonaba à l’époque) a titré en son nom une surface de 160 ha»,

avancent les manifestants. Ils disent «qu’ils multiplieront

les sit-intant que ce qui a été convenu n’est pas appliqué dans les faits»

                                                          

Contactés par L’Economiste, les responsables de la Smit assurent qu’aucun document officiel n’a été signé pour la mise à disposition de 35 ha au profit des habitants de Tamaouanza. Néanmoins ils se disent «disposés à étudier en étroite collaboration avec les autorités locales les doléances des populations concernées pour trouver une issue à leur problème». 
Les habitants de Tamaouanza campent sur leurs positions. Ils envisagent d’autres sit-in à l’échelle locale et aussi devant le Parlement à Rabat si leurs doléances ne sont pas entendues. Selon leurs représentants, près de 1.400 familles sont concernées dont 551 ont déjà construit sur leur parcelle respective et tiennent à être maintenus sur les lieux. «Nous ne voulons pas d’indemnisation. Nous réclamons nos titres de propriété», poursuivent-ils. Ils tiennent à préciser cependant qu’ils ne sont pas contre le programme de développement touristique de la zone.
En effet, un important investissement en la matière est envisagé dans la zone. Le groupe égyptien Amer est le maître du projet. Il est question d’aménager sur 120 ha une cité de loisirs. Le projet devrait mobiliser un investissement de 3 milliards de DH et comprendra un hôtel 5 étoiles, un complexe cinématographique, un complexe d’animation et de loisirs ainsi qu’un aquaparc. La cité de loisirs de Tamaouanza sera développée sur une durée de 3 ans.
Après la signature le 16 avril dernier d’un mémorandum d’entente avec l’Etat marocain, le dossier est au stade des études d’aménagement.

Malika ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc