×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 195.938 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 234.695 articles (chiffres relevés le 4/6 sur google analytics)
Economie

L’ANPME markette ses instruments d’appui

Par L'Economiste | Edition N°:4116 Le 19/09/2013 | Partager
Vif intérêt de la part des PME
Près d’un millier d’entreprises ont bénéficié de Moussanada depuis 2010
Imtiaz: 427,5 millions de DH de primes octroyées

Les actions qualité/labellisation et systèmes d’information représentent plus de la moitié des interventions appuyées par l’Anpme

«Dès que les entreprises y prennent goût, elles en redemandent». C’est en ces termes que Mounir Zraidi, responsable de la distribution des programmes d’appui de l’Anpme, a qualifié les mécanismes d’accompagnement Imtiaz et Moussanada de l’Agence nationale pour la promotion de la petite et moyenne entreprise visant à renforcer la compétitivité des entreprises.
Venu promouvoir les deux programmes devant un parterre nombreux et attentif, composé d’affiliés à la CFCIM, il a assuré que pour la majorité des entreprises participantes à ces programmes, «l’appétit vient en mangeant».
Les questions ont fusé de toutes parts témoignant de l’intérêt croissant de la part des PME et l’engouement était tel que des rencontres B to B ont été organisées en fin de séance pour les PME souhaitant avoir plus de détails. «Cet intérêt est le fruit d’une stratégie de promotion adoptée depuis 2 ans par le nouveau département de distribution de l’Anpme qui organise régulièrement des rencontres et des focus groupes, notamment en partenariat avec les Chambres de commerce étrangères, les Associations et les fédérations professionnelles, les banques…», affirme Zraidi.
D’autant plus que les formalités et les procédures du programme Moussanada II (2013) ont été assouplies. D’ailleurs, plusieurs représentants d’entreprises dans l’assistance en ont témoigné relevant également l’amélioration des délais de paiement des actions entreprises.
Résultat: l’objectif de 500 entreprises bénéficiaires du programme Moussanada en 2012 est revu à la hausse en 2013 pour atteindre 700 entreprises.
D’avril 2010 à septembre 2013, plus de 955 entreprises ont bénéficié du programme Moussanada, soit un total de 1.521 actions, 77% parmi elles ayant un chiffre d’affaires inférieur à 50 millions de DH. Plus encore, 30% des entreprises accompagnées sont des TPE. 
Les principales actions pour le programme Moussanada, visant le renforcement de la compétitivité et la productivité,  concernent des domaines comme la stratégie/développement, l’organisation et la labellisation, l’accès au marché, les systèmes d’information, l’innovation… L’offre Moussanada II propose aussi des actions dans la vente, CRM, logistique, Achat, RH… Et l’impact de ces programmes est palpable, affirme Zraidi qui avance des exemples concrets. Pour une entreprise textile, une action dans la production et la logistique s’est traduite par la réduction de moitié des pannes de machines, -79% de coût moyen de consommation, - 20% du taux de non-conformité. Une autre dans le secteur métallurgique (organisation de la fonction commerciale) a permis une augmentation de 30% du chiffre d’affaires et de 16% du nombre des nouveaux clients.
Pour bénéficier de Moussanada, l’entreprise doit obligatoirement  justifier d’un chiffre d’affaires inférieur à 175 millions de DH lors de son dernier exercice clos et bien évidement elle doit aussi prouver sa situation régulière vis-à-vis de la DGI et la CNSS, sans oublier le rating bancaire. L’offre Moussanada est constituée de plusieurs packs de services couvrant les besoins des entreprises. Ce programme prend en charge 60 à 80% des coûts de prestations de services pouvant atteindre 1 million de DH, notamment dans le cadre de plans de progrès.
Pour sa part, le programme Imtiaz est destiné aux PME à fort potentiel de croissance et permet aux entreprises disposant de projets de développement ambitieux de bénéficier d’une aide de l’Etat sous forme de prime accordée par l’Anpme à hauteur de 20% du montant global de l’investissement dans la limite de 5 millions de DH.
Ce programme cible 80 entreprises par an, tous secteurs d’activités confondus, dans le cadre d’un appel à candidatures national.

La moitié des primes à Casablanca

Durant la période 2010-2012, 116 entreprises, dont l’investissement global s’élève à 2,6 milliards de DH, ont bénéficié du programme Imtiaz. Le montant total des primes octroyées a atteint, quant à lui, 427,5 millions de DH. Quant aux postes d’emploi créés, ils sont estimés à plus de 8.721. Les principaux secteurs concernés sont notamment les IMME (28 entreprises), chimie-parachimie (25), agroalimentaire (25), textile-habillement (10). Casablanca accapare la moitié des primes accordées (70), suivie par Marrakech (9), Fès (8), et Rabat (7).

Aziza EL AFFAS

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc