×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Competences & rh

Stratégie/La MRS ou comment embaucher autrement

Par L'Economiste | Edition N°:4114 Le 17/09/2013 | Partager
Une méthode de recrutement qui ne se réfère pas au CV
Des exercices de simulation pour évaluer les habiletés des candidats

La méthode de recrutement par simulation (MRS) est une technique particulièrement avantageuse pour les candidats au recrutement. En effet, chacun d’eux a autant de chances d’être recruté que les autres puisque la sélection ne se base sur aucun parcours spécifique et concret

LA sphère de l’emploi a grandement évolué ces dernières années, aussi bien au niveau des conditions de travail que des types de postes présents sur le marché. Une dynamique qui concerne désormais également la démarche de recrutement. En effet, le processus d’embauche classique laisse de plus en plus la place à de nouveaux modèles plus souples et moins marginalisants. Parmi les derniers en date figure la méthode de recrutement par simulation ou MRS. En quoi consiste précisément cette technique? Quels sont ses différents avantages pour l’entreprise et pour le salarié? La MRS est une technique de recrutement innovante et moderne qui ne se réfère pas au CV des candidats ou à leur expérience professionnelle. La méthode consiste à évaluer les habiletés des candidats par des exercices pratiques adaptés au poste. Des aptitudes que les individus ont pu développer au sein ou en dehors de leur vie professionnelle et qui ne sont pas toujours traduites à travers un curriculum vitae. «La MRS ne tient pas compte du parcours du candidat et de ses antécédents professionnels. Le recruteur observe uniquement les capacités du candidat à occuper le poste», explique Halima Bennasser, consultante en RH. Objectif : réduire et lutter contre tout type de discrimination à l’embauche tout en préservant les exigences professionnelles des recruteurs, d’après l’expert.
La MRS consiste plus exactement en une séance d’exercices de simulation de situation de travail sur le métier concerné. Chaque candidat effectue tout d’abord seul ou en groupe une tâche composée d’un certain nombre d’actions. Il doit se plier totalement aux consignes et obtenir un résultat précis aussi bien en termes d’organisation que de prise de décision. Durant l’examen, ce sont avant tout les habiletés de la personne qui sont évaluées, telles que comprendre et respecter les consignes, organiser et s’organiser, mener une action dans la durée, travailler sous tension ou porter des charges. Des habiletés essentielles puisqu’elles représentent les capacités nécessaires pour réaliser le travail en question. Une fois la séance terminée, les personnes ayant réussi les exercices sont sélectionnées pour passer un entretien de motivation avec l’entreprise. Les candidats retenus bénéficieront alors d’une formation en alternance.
Une méthode avantageuse à bien des égards. En effet, la MRS donne sa chance à tout le monde et les candidats n’ont pas besoin d’avoir suivi un parcours spécifique et concret pour être sélectionnés. Autre point fort et non des moindres, donner l’occasion aux intéressés d’élargir leurs perspectives professionnelles en accédant à des secteurs ou à des métiers auxquels ils ne peuvent avoir accès par des procédures classiques de recrutement, d’après Halima Bennasser. La technique a également la particularité d’être équitable et transparente puisque reposant sur des critères mesurables et identiques pour tous, selon Amine Chakof, consultant en management.
La méthode présente aussi des atouts indéniables pour les employeurs, notamment ceux issus de branches professionnelles confrontées à un manque de personnel telles que l’hôtellerie-restauration ou encore la métallurgie. En effet, la méthode permet aux entreprises de combler de manière efficace et rapide les pénuries de main-d’œuvre en recherchant uniquement le minimum requis, d’où un gain de temps et d’argent considérable. «La MRS permet de pallier directement les besoins en recrutement pour des secteurs qui nécessitent immédiatement un remplaçant, dont entre autres celui de la grande distribution», ajoute dans ce sens Amine Chakof. La technique est aussi idéale selon lui  pour des recrutements massifs lors de l’implantation de grandes firmes dans le cadre de délocalisations.
Néanmoins, mettre de côté le diplôme et l’expérience professionnelle peut être risqué à de nombreux égards pour l’entreprise. «A travers une telle méthode de recrutement, les compétences sont souvent sous-évaluées car l’accent est mis sur les habiletés avant tout. Des failles et des faiblesses peuvent alors apparaître par la suite au niveau de points qui n’étaient pas évalués durant l’examen», explique dans ce sens Amine Chakof. Autre inconvénient, la MRS est adaptée avant tout à des métiers de basses qualifications, autrement dit plus physiques qu’intellectuels.

Une technique qui a porté ses fruits en France

BIEN que les méthodes de recrutement traditionnelles et classiques dominent encore au Maroc, ce n’est pas le cas en France. Ainsi, près de 215.000 individus ont été recrutés de 2002 à 2010 par la MRS développée par Pôle emploi sur plus de cent métiers différents. Par ailleurs, une personne sur deux ayant réussi la séance d’exercices est embauchée  Une méthode similaire commence à faire son apparition au sein du Royaume, l’ «Assessment center». Il s’agit concrètement de jeux de rôle et de mise en situation proposés aux candidats lors d’un processus de recrutement ou dans le cadre d’un parcours professionnel en entreprise.


K. A.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc