×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Competences & rh

Actu /Juristes d’affaires: Une formation sur mesure

Par L'Economiste | Edition N°:4114 Le 17/09/2013 | Partager
Un cycle de 6 mois lancé par l’IMDA
Des spécialistes de haut niveau pour enseigner les modules
Motivation et engagement, des critères nécessaires pour l’admission

Les modules sont enseignés par des spécialistes de haut niveau exerçant dans le monde des affaires. Le dernier délai d’inscription pour la deuxième promotion du Cycle de formation d’affaires est fixé pour le 27 septembre

Le manque de compétences qualifiées s’accroît notamment lorsqu’il s’agit de spécialités pointues. Des cabinets de grande renommée et des entreprises de grandes tailles font souvent appel à des ressources humaines étrangères afin de répondre à leurs besoins. L’Institut marocain du droit d’affaires (IMDA), rattaché à la Chambre de commerce internationale Maroc (créée il y a une année) a justement pour objectif de pallier cette lacune en formant des juristes d’affaires compétents. «Nous voulons instaurer une logique de complémentarité en matière de RH à travers le cycle de droit des affaires. Il ne s’agit pas d’une formation universitaire, mais d’un enseignement de haut niveau axé autour des principaux aspects du droit des affaires», souligne Saâd Mernissi, directeur du Cycle de formation juriste d’affaires (CFJA). Un juriste d’affaires qualifié doit pouvoir gérer l’aspect juridique des projets tels que les partenariats et les financements à l’international. La première promotion sera diplômée prochainement. A l’issue de cette formation, un certificat sera délivré par la Chambre de commerce internationale Maroc (CCI)  à chaque participant ayant réussi l’évaluation écrite et orale. Il s’agit d’une simulation d’un cas pratique que les candidats doivent présenter devant un jury marocain. Un moyen de valoriser le travail effectué durant les 170 heures de formation sur une période de 6 mois. Seuls les juristes spécialisés dans le droit d’entreprise, les avocats et les conseillers juridiques ainsi que les cadres dirigeants ayant une expérience d’au moins deux ans dans le monde professionnel peuvent y accéder. «La moyenne d’expérience pour la première promotion composée de 25 candidats est de 7 ans», confirme Saâd Mernissi. Un candidat doit aussi être titulaire d’un master ou un diplôme équivalent à bac+5. L’admission définitive a lieu suite à une présélection sur dossier et entretien individuel. Motivation, engagement sérieux sont nécessaires pour assister à l’ensemble des séminaires et des conférences accordés par des intervenants de haut niveau. «Un formulaire disponible sur le site de la CCI doit être rempli et déposé dans le dossier de candidature. C’est un moyen de tester la motivation du candidat à travers sa manière de répondre aux questions posées», explique Saâd Mernissi. La formation est assurée par des professionnels exerçant en cabinet ou en entreprise.
Rajaa DRISSI ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc