×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Courrier des Lecteurs

Courrier des Lecteurs

Par L'Economiste | Edition N°:4106 Le 05/09/2013 | Partager

Accidents de la route: La série noire continue

Où sont les radars et les caméras?
Depuis votre arrivée au pouvoir, vous avez promis des radars et des caméras (2.000 radars de nouvelle génération). Y-a-t-il des «tamasih» et des «âafarits» qui bloquent ces installations? Même ceux qui sont installés ne fonctionnent pas ! A la sortie de Rabat vers Casablanca par le quartier Riad, des gendarmes sont postés 24 h/24, un radar serait plus efficace et moins corruptible.
M. C.
Record battu en août
1.006 accidents de la circulation en une semaine (du 12 au 18 août) ! Encore un record battu. Ces vacances se transforment donc en hécatombe avec pas moins de 29 personnes mortes et 1.429 blessées, dont 103 grièvement. 4.000 tués chaque année sur nos routes, 11 morts en moyenne par jour et des centaines de personnes handicapées à vie.
Les dégâts matériels occasionnés par ces accidents sont estimés à 14 milliards de DH par an, soit 2% du PIB. En cause: défaut de maîtrise des véhicules, excès de vitesse, imprudence des conducteurs et des piétons, non-respect des feux de signalisation et du stop... Mais aussi et surtout inconscience des conducteurs. Car la mauvaise qualité des infrastructures et l’état des véhicules ne justifient pas, à eux seuls, l’hécatombe. Il n’y a qu’à voir les chauffeurs qui slaloment sur la triple voie de l’autoroute Casablanca-Rabat, sans oublier les poids lourds qui entravent la circulation en se mettant sur le 3e couloir, obligeant les automobilistes pressés de doubler à droite, avec tout ce qui s’en suit comme risque d’accidents.
A. A.
Les piétons d’abord
Comité national de prévention des accidents de la circulation, que de campagnes publicitaires sans effets ni résultats! Je vous propose de prendre un thème et un seul: le respect des passages piétons! Le jour où les Marocains attendront le feu rouge avant de traverser dans un passage piétons et le jour où les jeunes et moins jeunes emprunteront le passage piétons et ne traverseront plus à 2 mètres du passage, le jour où les automobilistes s’arrêteront pour donner la priorité aux piétons,  et bien je suis sûr que la guerre des routes sera gagnée ! Si vous êtes d’accord, je vous proposerai les moyens d’y arriver ! La guerre des routes doit se gagner d’abord dans les villes.
M. C.


Grande distribution et consom’acteur

Persuadés que les mêmes causes produisent les mêmes effets, les groupes internationaux de grande distribution ont entrepris de se développer dans les pays émergents et ont tenté d’y implanter le modèle qui leur avait si bien réussi, copiés en cela par quelques acteurs locaux qui se sont empressés de dupliquer leurs méthodes et concepts sans réellement s’interroger. Pourtant force est de constater que la réussite n’est pas au rendez-vous et que nous  sommes loin des résultats espérés.
Les chaînes de distribution en Europe ont en effet contribué à faire la fortune de leurs fondateurs et les résultats ont été exponentiels dès le début. Pourquoi donc n’assiste-t-on pas au même phénomène dans les nouveaux pays? Parce que la plupart se sont contentés, conseillés par d’anciens cadres de la grande distribution européenne, de «copier-coller» de vieilles recettes adaptées à une situation de départ légèrement différente, alors qu’il aurait fallu réinventer le modèle en réfléchissant à une approche stratégique sur l’avenir du commerce organisé dans ces nouveaux pays. Pourquoi? Tout simplement parce que les causes ne sont pas tout à fait les mêmes aujourd’hui qu’il y a 50 ans.
En effet, dans les pays émergents, les consommateurs n’ont pas 50 ans de retard, mais ont évolué au même rythme que dans les pays développés, et ce qu’ils veulent ce n’est pas seulement consommer plus, mais véritablement aussi consommer mieux. Le consom’acteur n’est pas seulement une notion propre aux pays riches.
- Côté technologie, la véritable révolution dans l’accès à la distribution est venue d’internet et là encore le fossé entre pays riches et émergents s’amenuise. Partout dans le monde, la voiture n’est plus le critère de réussite de la distribution. Le client n’est plus seulement un chaland qui arpente une galerie commerciale c’est aussi un internaute qui surfe sur le réseau.
- Abordons le thème de la publicité. Plus rien n’est comparable. Nous sommes passés de l’ère de la réclamation à celle des réseaux sociaux. Le client est devenu un spect’acteur. Et pas seulement dans les pays industrialisés, mais bel et bien aussi dans les pays émergents. Alors que faire?
Il ne s’agit donc plus de copier les recettes qui ont fait leurs preuves en Europe, mais bel et bien de retrouver l’esprit qui a conduit à la mise en place de ces méthodes en identifiant correctement les causes de départ, en conduisant la bonne analyse stratégique et en adaptant les réponses aux attentes de ces nouveaux consommateurs.
C. L.

 

Politique politicienne

En réaction à l’éditorial de Mohamed Benabid sur la diplomatie économique publié dans l’édition du 3 septembre: «La diplomatie économique est nécessité impérieuse qui a été recommandée à notre feu Sa Majesté Hassan II  par  l’ancien ministre des Affaires étrangères, Michel Jobert, un grand ami du Royaume car il est né le 11 septembre 1921 à Meknès (Maroc).
La politique politicienne (à valeur ajoutée stérile souvent) à elle seule ne peut plus s’accaparer tous les travaux de ce ministère budgétivore. Bien plus, le tourisme,  la culture  et l’artisanat doivent être pris en charge par le  ministère des Affaires étrangères  pour appuyer à bon escient ces  trois secteurs d’avenir. A bon entendeur».

Par le Pr Rachid B.


Liste des magistrats véreux
Bravo ! Bravo! Monsieur Ramid. Pour la première fois, une liste des magistrats a été communiquée au grand public ! La réforme de la justice est en route. Un bon point pour le PJD et pour ce gouvernement !
M. C.
A quand la reprise?
La reprise politique dans le monde entier se fait au début du mois de septembre! Au Maroc, il faut attendre le deuxième vendredi du mois d’octobre! Après 4 mois, voire plus sans gouvernement ! Voilà encore un mois et demi de perdu ! «Allahoma inna hada mounkar!».
M. C.
Sites web ministériels
Je vous écris au sujet de votre article «sites ministériels: le top et les flops» que j’ai apprécié et qui est bien sûr fort intéressant, mais surtout obligatoire d’en parler. Du coup, je vous félicite sincèrement. Par ailleurs, j’aimerais bien savoir si vous vous êtes documenté par rapport à une documentation officielle sur la performance des sites ministériels et le e-gov en général.
A. M.

Hausse vertigineuse des prix de l’huile
En réaction à votre article «Prix: Une bien dangereuse réforme» paru le 30 août 2013 et en particulier votre conclusion sur l’expérience réussie de la libéralisation des prix de l’huile, vous dites: «...mais elle aussi induit une forte baisse des prix». Je ne sais pas de quelle baisse vous parlez, sachant bien que le prix de l’huile a connu dernièrement une hausse vertigineuse des prix passant de 12 DH à 16 DH le litre, soit une augmentation de 33%.
B. A.
Expertises judiciaires
Je voudrais rebondir sur l’article: «les experts judiciaires». Une des omissions que font les juges, c’est de nommer un expert d’une qualification qui n’a rien à voir avec le litige, objet du dossier. L’expert ne veut pas rendre le dossier (il dit que ce n’est pas de sa faute), quitte à remettre une expertise qui a l’air de tout, sauf d’une expertise. Réclamation faite au juge, il n’en tient pas compte et rend un jugement sans tenir compte de l’expertise. Pourquoi avoir commandité une expertise ? C’est une énigme!
A. B.
Paradis plage Taghazout
Hôtel 5 étoiles grand luxe ! Construit depuis un an. Température à Agadir: plus de 44 degrés. Tenez vous bien : l’hôtel a passé des journées sans eau courante pendant plusieurs heures et aujourd’hui le comble sans électricité dès 3 heures de l’après-midi et sans groupe électrogène de secours!
Seule la sécurité est alimentée par un tout petit groupe électrogène!  La route Taghazout -Agadir n’est toujours pas doublée. Essayez de descendre le soir en ville et vous stressez pire qu’au travail. Et dire que l’objectif est d’encourager les Marocains à rester au Maroc!
A. A.
Leçon d’histoire récente
En 1992, les islamistes ont largement gagné les élections en Algérie ! Décision européenne immédiate sous la houlette de la France : destitution du président à l’époque Chadli Benjdid et retour des militaires au pouvoir ! Conséquence, guerre civile pendant presque 10 ans avec 200.000 morts au minimum ! Alors l’Europe, donneurs de leçon de démocratie! Basta !
H. E.
Chabat et Mezouar: Mêmes exigences
Pendant ces jours de congés et où les journées chômées et payées sont légion, les pourparlers entre Benkirane et Mezouar avancent doucement et tranquillement (la zarba 3ala salah). Ce qui me surprend c’est que Mezouar a pratiquement les mêmes exigences que Chabat: nouveau programme gouvernemental, nouvelle architecture gouvernementale, réduction du nombre de ministres et introduction d’un minimum de femmes!
Alors Monsieur Benkirane, c’est Chabat qui ne te plait pas? Le RNI avec ses compétences va sauver le PJD avec ses incompétences.
F. F.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc