×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Europe

Gibraltar: Tensions autour des droits de pêche

Par L'Economiste | Edition N°:4092 Le 13/08/2013 | Partager
L’Espagne comme Londres envisageraient des poursuites
Le débat ouvert sur la souveraineté du rocher

Le conflit qui oppose l’Espagne au Royaume-Uni autour de Gibraltar, un territoire de sept kilomètres carrés cédé à la Grande-Bretagne en 1713, peuplé de 30.000 habitants, a rebondi depuis fin juillet autour de la question des droits de pêche dans les eaux entourant le rocher

Les relations entre Londres et Madrid ne s’arrangent pas. C’est surtout la menace espagnole d’imposer un droit de péage routier d’un montant de 50 euros à la frontière du territoire britannique qui envenime la situation (cf. notre édition N° 4090 du 07/08/2013, du Gibraltar, un serpent de mer entre Londres et Madrid). Ce péage servirait à aider les pêcheurs dont l’activité est actuellement perturbée, a tenu à préciser José Manuel Garcia Margallo, le ministre espagnol des Affaires étrangères. «Cette taxe n’affecterait en aucun cas les travailleurs, de quelque nationalité qu’ils soient, ceux qui vont travailler à Gibraltar ou les travailleurs de Gibraltar qui viennent en Espagne», a-t-il assuré.
Même son de cloche auprès du chef du gouvernement Mariano Rajoy pour qui «l’Espagne prendra toutes les mesures pour défendre ses intérêts concernant Gibraltar dans le cadre de la loi». Ce qui laisse le débat ouvert sur les négociations autour des thèmes de souveraineté, de juridiction et de pêche, d’après les analystes. En représailles, le Premier ministre britannique David Cameron a averti Rajoy d’un risque réel d’une détérioration des relations entre les deux pays à propos de Gibraltar. Le conflit a rebondi depuis fin juillet autour de la question des droits de pêche dans les eaux entourant le rocher. Gibraltar a construit un récif artificiel composé de blocs de béton coulés en Méditerranée pour empêcher les incursions de pêcheurs espagnols. Depuis, de longues files d’attente se sont formées à la frontière et Gibraltar affirme que l’Espagne a multiplié les contrôles douaniers en représailles. Ce à quoi Madrid rétorque que ces contrôles sont obligatoires, puisque Gibraltar, comme le Royaume-Uni, n’appartient pas à l’espace Schengen, et qu’ils sont nécessaires pour lutter contre la contrebande.
Selon El Pais, l’Espagne pourrait porter le dossier devant les Nations Unies ou même devant la Cour internationale de justice. Les sources du journal ne précisent pas si le voisin ibérique compte demander à l’ONU de convaincre Londres de renoncer à sa souveraineté sur Gibraltar ou d’obliger le territoire (considéré comme un paradis fiscal) à appliquer certains accords internationaux. Aux dernières nouvelles, le Royaume-Uni étudiait aussi la possibilité de poursuivre l’Espagne sur ce dossier.
En attendant, les tractations vont bon train. Le chef de la diplomatie espagnole, Jose Manual Garcia Margallo, devrait profiter d’une visite prévue en septembre en Argentine pour lui demander son soutien contre Londres. L’Argentine est aussi en conflit avec la Grande-Bretagne à propos des îles Malouines. L’ennemi de mon ennemi…

Londres montre ses muscles

Dans ce climat de tension, des navires de guerre ont commencé à appareiller lundi 12 août d’Angleterre pour des manoeuvres en Méditerranée, au cours desquelles une frégate britannique doit faire escale à Gibraltar. Ces exercices sont prévus de longue date, selon Londres, mais ils ont été interprétés comme une tentative d’intimidation britannique dans la presse espagnole.

F. Z. T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc