×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Pourquoi les stades marocains font peur

    Par L'Economiste | Edition N°:4047 Le 06/06/2013 | Partager

    - Le foot et la violence
    A mon avis, il est nécessaire de résoudre ce phénomène à la source, pour ce faire, il faut:
    • Instaurer la gratuité pour l’accès aux stades pour les enfants de 5 à 15 ans à condition qu’ils soient accompagnés. Pareil pour les gens âgés de 65 ans et plus.
    • Les femmes, les filles, les médecins, les infirmiers, les agents de l’autorité, les forces armées royales, les anciens joueurs, et ceux actuels, les anciens dirigeants et ceux actuels, les sapeurs pompiers, doivent bénéficier de l’accès gratuit aux stades.
    • Une remise de 50% pour les spectateurs visiteurs à condition d’être affiliés à leurs clubs et posséder une carte de membre.
    • Une remise de 50% pour les jeunes âgés de 25 à 35 ans
    • Chaque club doit déclarer la liste de ses membres supporters chaque saison et faire une actualisation tous les 6 mois. Chaque membre doit avoir sa carte d’adhésion.
    • Chaque club doit assurer le transport des ses supporters aller et retour
    • La société qui gère le stade doit assurer une ambiance agréable pour contribuer au bon déroulement de chaque événement sportif
    • Cette société doit offrir les locaux nécessaires pour abriter les restaurants, les cafés et les différents lieux pour l’épanouissement des spectateurs
    • La société qui gère le stade doit éditer des brochures pour informer le public des dégâts causés lors des événements précédents, des réparations effectuées, des améliorations réalisées, et des nouveautés ajoutées pour rendre le lieu plus agréable qu’avant.
    • Cette société doit publier ses résultats après chaque événement et assurer un programme d’activités pour chaque saison.
    • L’utilisation des technologies de pointe est indispensable pour chaque stade ;afin de suivre tous les mouvements et les activités des spectateurs agités et créant beaucoup de désordre et de dérives.
    • Les clubs doivent souscrire des assurances et déposer des cautions pour réparations des dégâts causés par leurs membres et adhérents pendant chaque manifestation sportive. D’autres choses peuvent faire l’objet de discussions et de réflexions pour améliorer le déroulement de chaque fête sportive.
    F. F.

    -  Renforcer l’encadrement officiel
    Le journaliste rend compte d’un procès qui semble donner plus la vedette aux casseurs, à leurs parents et à leurs avocats, ce qui n’est sans doute pas mal pour les droits des «présumés innocents, mineurs et majeurs. Quant aux droits des victimes individuelles de ces actes d’apprentis criminels qui ont lacéré les visages de paisibles passants, procédé à des attouchements à caractère sexuel sur les femmes et les jeunes filles, saccagé des vitrines, dévasté des étals, personne n’en parle. J’imagine que même en cas de condamnation individualisée, ni eux, ni l’ONCF, ni les transporteurs de bus et de tramways n’auront d’indemnités, car ces apprentis sorciers de la violence et leurs parents seront déclarés insolvables, au vu des montants des dégâts. Que faire Face à cette criminalité, puisque la justice se révèlera finalement impuissante.
    Tout d’abord, la FRMF doit aider à la mise en place d’un encadrement officiel par les clubs de leurs supporters, ces fan-clubs utilisés jusqu’à maintenant par les «opposants» au président en exercice, de les prendre avec lui dans la direction du club, éducation et encadrement sont indispensables. Que ne voit-on des fans sur les toits des bus, dans des «Hondas» et des tricycles de fortune, sinon à pieds avec drapeaux et slogans à caractère très injurieux, mendicité forcée envers les passants. Puis, les villes doivent s’équiper de cameras performantes, permettant d’identifier les délinquants. Pour la prévention, il faut constituer un fichier des multirécidivistes, des meneurs qui restent en retrait  et les interdire de stades, de manifestations, en les convoquant les jours de matchs aux commissariats de leur domicile habituel pour les retirer de la circulation.
    Enfin, les parents de mineurs doivent subir les foudres de leur renoncement, de leur abdication à exercer leur autorité parentale! Toutes ces mesures ont été appliquées avec succès en Angleterre et en France à l’occasion de la coupe du Monde 98. Au-delà de la justice et de ses faiblesses, celles des forces de l’ordre, de moins en moins équipées et entraînées devant ces violences inouïes, il faut que la société civile, les médias et les TV jouent un rôle d’encadrement de tous ces jeunes perdus entre drogue, échec scolaire et abandon familial.
    J. B.

    - CNSS

    C’est une bonne décision qu’a prise le conseil de gouvernement pour donner justice aux salariés qui n’ont pas atteint le nombre minimum de jours de cotisation à la CNSS pour qu’ils puissent bénéficier d’une soi-disant retraite. Pour aller encore plus loin que la décision qui a été prise par le conseil de gouvernement, en tant que salarié dans le secteur privé, je propose d’ouvrir un débat sur l’intérêt d’une retraite minable qu’offre la CNSS aux salariés ayant un salaire qui dépasse le plafond de 6 000 DH fixé par la CNSS. Les questions que je pose sont les suivantes: Pourquoi la retenue sur salaire est plafonnée à 6.000 DH et pourquoi le taux de retenue appliqué s’élève à uniquement 4,29%? Pourquoi ne pas procéder comme la CIMR en déplafonnant la base imposable et en fixant des tranches de retenues: parts salariales et part patronales? Vous imaginez, il faut travailler 25 ans pour percevoir 70% des 6.000 DH, soit une retraite de 4.200 DH !? Cela veut dire que tous les salariés, qui n’ont pas en parallèle une retraite complémentaire telle que la CIMR et qui ont un certain niveau de vie moyen ou un peu élevé vont se retrouver à l’âge de la retraite devant une situation de misérable (relativement bien sûr), surtout pour ceux qui n’ont pas fait d’épargne.

    M. O.

    -  L’intérêt du pays prime
    Les patrons de la CGEM ne ratent aucune occasion pour mettre les bâtons dans les roues de ce gouvernement même si c’est contre-productif pour notre pays! Dommage que la CGEM est dans l’opposition systématique. Même si le groupement était informé trop tard, il devait rencontrer les patrons turcs, car l’intérêt du pays ne doit pas se cacher derrière le formalisme administratif!
    M. C.

    - Mawazine, quel exploit!
    On critique, on critique... Dites-moi, quel pays au monde est capable d’organiser un festival de cette envergure avec 6 ou 7 spectacles chaque soir en même temps et qui font chacun entre 80.000 et 150.000 spectateurs?  Et ça dure plus d’une semaine! Le tout dans une ambiance festive et bon enfant et dans le calme et la sécurité totale? J’oubliai: les spectacles sont pratiquement gratuits et cela ne coûte pas un rond à l’Etat! Bravo! Mesdames et messieurs les organisatrices et organisateurs  et un bon point pour le service d’ordre.

     

    - Plantes médicinales et vide juridique
    Dans l’émission «Moubachara maakoum» sur 2M, les intervenants ont insisté que les lois concernant l’exercice des professionnels des ventes des plantes médicinales ne sont pas respectées ! La vente de ces produits, les formules préconisées par des «Docteurs» dans les chaînes de radio, tout est hors la loi! A se demander ce que fait le gouvernement? Qu’attendent les médecins pour arrêter cette mascarade qui tue 7% des personnes traitées par les plantes? Question: Qui respecte les lois au Maroc? Le code de la route? Le paiement des impôts? Les vendeurs à la sauvette? Les ferrachas? Les vendeurs de la viande clandestine? L’interdiction de fumer dans les espaces publics? Les constructions sans autorisations ?... Le Marocain est habitué aux passe-droits pour échapper à toute loi qui lui exige des devoirs.
    M. C.

    - Préserver le patrimoine d’Agadir
    Pour redonner un nouveau souffle à Agadir, la ville a certes besoin d’investissements pour son développement touristique, mais elle a aussi besoin, et plus qu’avant, de préserver ses sites historiques, son patrimoine culturel et architectural. Que vont visiter ces touristes? Comment la ville accepte-elle  de laisser jeter à l’oubliette l’école Paul Gauguin (54 ans d’existence),  la référence N° 1 de l’enseignement gadiri et au niveau national, sans aucune réaction. La  décision de fermeture de cette école par le ministère de l’Enseignement français n’a suscité la réaction de personne «sauf les parents d’élèves qui s’acharnent avec les moyens de bord à annuler cette décision».  Ce patrimoine culturel dont l’existence remonte aux années 50 doit être classé par l’Unesco. Où sont les amoureux de la ville d’Agadir ! C’est un vrai gachi. Je ne suis que de passage dans cette ville mais c’est l’amour de mon pays qui m’a poussé à vous écrire.
    I. H.
    - Système de santé au Maroc
    Le système de santé semble très défaillant du fait que beaucoup de conflits d’intérêts sont la source même du problème: les laboratoires de médicaments, les praticiens et même les méthodes de management laissent à désirer. Les cadres qui détiennent le savoir-être et le savoir-faire sont écartés et parfois marginalisés. On continue à prendre des décisions stratégiques suivant les intérêts des responsables de projets sans pour autant impliquer le citoyen et le professionnel. On continue à construire beaucoup de structures avec des budgets importants dans les villes (sachant bien que les hôpitaux consomment dans les 60 % du budget réservé à la santé) au lieu d’adresser les projets vers tout ce qui est prévention : c’est une honte. Les constructions et les chantiers jouent sur les intérêts et le partage des bénéfices.
    MA

    - Intervention inadaptée
    Sincèrement, l’intervention de Benkirane au parlement n’est pas adaptée aux circonstances actuelles de la situation politique du pays ! On a l’impression que le chef du gouvernement n’avait qu’un souci : se débarrasser de cette formalité le plus rapidement possible ! Pas convainquant et pas pédagogique ! Le chef du gouvernement a encore une fois parlé comme chef de parti. D’autre part, où sont toutes ces réformes dont il parle? Aucune n’est mise en œuvre ni même esquissée! La baisse des rentrées de l’IS était prévisible ! Heureusement, une bonne campagne agricole et une baisse du prix du pétrole !
    MC

    - Routes : Des travaux qui durent une éternité
    L’entrée de Had Soualem, passage obligé après la sortie de l’autoroute Casablanca est en en travaux d’élargissement depuis bientôt 2 ans... Sur environ 2 km avant l’entrée de Had Soualem, l’état de cette route est absolument impraticable... Ce ne sont pas des trous, mais de véritables tombes qui vous attendent de part et d’autres rendant le passage des véhicules, très nombreux, extrêmement dangereux sans compter les différents niveaux de la chaussée ... Comment les responsables peuvent-ils abondonner les travaux entamés depuis des mois sans les terminer et sans se préoccuper des centaines de véhicules qui passent par cette route pour aller vers Azemmour et sidi Rahal et toute la région ? Surtout à l’approche de l’été où elle est encore plus utilisée.
    AF

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc