×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Courrier des Lecteurs

    Par L'Economiste | Edition N°:4032 Le 16/05/2013 | Partager

    Gouvernement Benkirane: Le chaos?

    Gouvernement fantôme ?
    Le silence du Chef du gouvernement pendant cette crise politique majeure est tout juste scandaleux. Cela donne l’image d’un chef pas chef du tout, effacé, qui attend des consignes, ou tout du moins de quelqu’un qui ne sait pas comment réagir et qui préfère d’abstenir. C’est plus louable que toutes les sorties à côté de la plaque auxquels nous a habitué ce gouvernement, et des démentis et démentis des démentis qui s’en sont souvent suivis, mais cela reste inapproprié comme réaction. D’autant plus que sa seule et unique sortie de son mutisme fut pour parler de nouvelles technologies sur twitter, et sans rien dire de bien constructif sur le sujet.
    F. H.

    Des amateurs au gouvernement
    Le mot peut paraître un peu fort mais il faut bien se rendre à l’évidence… nos ministres sont encore en rodage. Ils donnent l’impression de tenter plusieurs approches, réformes et projets de loi sans pour autant avoir de visibilité. Et ce sont les citoyens qui trinquent ! Ils ont promis une révolution : plus de corruption, la priorité à l’enseignement, le système de santé enfin réformé pour plus d’égalité… Mais tout ce qu’on peut retenir, ce sont les bourdes de notre ministre de l’Education nationale, des dossiers enterrés, le manque de professionnalisme et j’en passe des meilleures ! Est-ce une question de temps ou faut-il tout simplement un remaniement d’urgence pour changer les choses? C’est la question qui se pose en ce moment !
    G. B.
    C’est un séisme comme vous le dites !
    La décision de l’Istiqlal de sortir du gouvernement ressemble effectivement à un séisme comme le rapporte votre quotidien. Est-il nécessaire de procéder à un remaniement ministériel ? Je pense que ce n’est pas en procédant à un changement de ministres que l’on va solutionner les problèmes du pays. Il ne nous reste plus qu’à attendre les prochaines élections !!!
    M. J.

    Je suis pour un remaniement!
    Je suis pour le remaniement qui donnera un nouveau souffle à l’équipe gouvernementale et rassurera la population en ces périodes de crise. La nouvelle équipe devrait se pencher sur plusieurs questions comme la lutte contre la corruption, l’éducation et le déficit dans le secteur de la santé. Il s’agira aussi de lutter contre la déscolarisation et mettre en place une sérieuse politique en matière d’emploi.
    L. P.

    Au travail!
    Benkirane me déçoit. C’est aussi simple que cela. Je fais partie de ceux qui ont voté pour lui, et si je pouvais, je reprendrais cette voix. J’aurais mieux fait de jeter ce bulletin dans une poubelle que dans une urne.
    Depuis le début, toutes ses promesses, sa fausse austérité, son refus de porter une cravate, son gouvernement qui regarde à la dépense et qui refuse le luxe qu’offre la fonction pour le bien du peuple … tout cela s’est transformé en voitures de luxe, voyages 5 étoiles, sans oublier les lunettes du Chef du gouvernement.
    Bien sûr, ce n’est qu’un détail. Mais un détail ô combien révélateur. J’avais espoir dans le PJD pour des réformes, je constate aujourd’hui que ce parti ne vaut pas mieux que les autres. Il a simplement un avantage sur eux : la carte «divine». Et si on laissait les prières et la Fatiha pour des moments intimes, qu’on retrousse nos manches, et qu’on se mette ENFIN au travail ?
    F. I.

     

    Pour vivre plus sainement
    Il faudrait améliorer notre alimentation. Nous ne nous rendons pas compte que ce que nous mangeons va causer une explosion des diabètes, des cancers, des problèmes de santé... Et qui va devoir payer ? Nous et avec nos impôts. Pour le moment, on n’en ressent pas encore l’impact car la population est jeune. Mais dans moins de 40 ans, on le regrettera  amèrement.  Il faudrait augmenter les taxes sur les sodas, les fast-foods. Imposer une mini taxe de 50 centimes sur chaque colorant utilisé dans les boissons, mettre en place un système de santé national digne de ce nom.
    Ces taxes serviraient à augmenter le salaire des médecins, avoir de meilleures universités. Il est nécessaire également de permettre aux médecins étrangers de passer un examen pour pratiquer et s’installer, d’obliger les pharmaciens à être présents dans leur pharmacie. Créer un répertoire national des médecins, mettre en place un système semi-privé semi-public comme en France...
    B. S.
    La culture en priorité!
    On reconnaît la valeur d’une civilisation à la place donnée à la culture. Il faut dire qu’au Maroc, nous sommes loin du compte… Ne serait-ce qu’au niveau de la lecture, apparemment, les spécialistes s’accordent à dire que les Marocains ne lisent pas et n’ont jamais lu, c’est une catastrophe… Et il faut réagir ! Comment voulez-vous qu’un enfant puisse lire quand il voit ses parents scotchés devant la télévision ou en train de jouer aux cartes… il faut prendre conscience qu’un enfant prend d’abord pour modèle ses parents. Donc, c’est à ce niveau qu’il faut agir en premier lieu ! Ensuite, il y a l’école. Il faut absolument être plus rigoureux en ce qui concerne la lecture et ce, dès les premières classes ! Il faut également valoriser et retaper toutes les bibliothèques. Que ce soit des endroits agréables, où l’on a envie de passer du temps ! Et quand on pense qu’il existe de grandes villes marocaines où il n’y a aucune librairie… quelle honte !
    H.D

     

    Mariage gay au Maroc?

    Rien à faire au Maroc!
    Quel est le rapport avec le Maroc ? La Manif pour tous veut s’exporter chez nous… pourtant, il me semble qu’il s’agit d’un débat franco-français, ou, pour être plus juste, occidental. Nous sommes, qu’on le veuille ou non, dans un pays musulman où l’homosexualité est encore un délit. Alors Frigide Barjot et compagnie devraient aller prêcher ailleurs car je ne pense pas que leur discours intéresse ici. Après s’ils souhaitent prendre du bon temps au soleil, pas besoin de prétexte…
    J.K

    Circulez, il n’y a rien à voir!
    La question de l’homosexualité est complètement taboue au Maroc, alors imaginez un peu ce qu’il en est du mariage homosexuel… Tous les problèmes peuvent être discutés : prostitution, alcool, bikinis sur les plages… mais pas l’homosexualité. Notre société n’est pas prête à s’engager sur ce débat au risque d’une guerre civile ou d’un massacre. Je ne comprends pas bien ce à quoi veut aboutir le collectif Manif pour tous. Déjà en France, leur combat est quasi biaisé vu que la loi a été adoptée. Leur seule alternative est-elle d’en discuter avec les gentils indigènes ? Tout cela est bien beau mais je ne m’avance pas trop en disant que nous ne sommes pas intéressés.
    T.D

    Manif pour tous au Maroc : néo-colonialisme?
    Il me semble que l’acharnement avec lequel la Manif pour tous veut absolument délocaliser le débat chez nous relève tout simplement de l’esprit néo-colonialiste d’un certain nombre de résidents au Maroc, et que la fausse bonne volonté qu’ils y mettent dégouline de fausseté. Ces gens savent-ils que l’homosexualité est encore pénalisée au Maroc ? Le jour où ce ne sera plus le cas, et j’espère que ce jour est proche sans trop y croire, nous pourrons discuter du mariage gay et autres problématiques qui en découlent. Pour l’instant, nous avons des problèmes autrement plus importants à régler, pour rentrer dans les détails d’un débat qui ne nous concerne pas, ou si peu.
    S.A

    Un débat inévitable
    Personnellement, je trouve qu’il est très utile de déplacer le débat du mariage homosexuel au Maroc. Il faut savoir que si nous ne sommes pas concernés aujourd’hui, nous le serons tôt ou tard ! Qu’on le veuille ou non, les homosexuels marocains existent. Bien sûr, ils ne peuvent pas le revendiquer et s’assumer comme tels auquel cas, ils iraient tous en prison s’ils ne sont pas lynchés avant. D’ailleurs, deux hommes viennent tout juste d’être arrêtés pour cause de flirt… De plus, il y a la question des mariages mixtes. Un Marocain peut très bien épouser un Espagnol, Français ou Belge… et que ferait la police dans ce cas ? Mettrait-elle un citoyen européen en prison ou s’attaquerait-elle au seul Marocain ?
    Il y a aussi la question des manuels scolaires. Ceux-ci vont être revus et corrigés en supprimant la notion de genre dès le primaire (une réforme de Vincent Peillon, ministre français de l’Education nationale). Or, il se trouve que le Maroc abrite plusieurs écoles françaises dans lesquelles nos enfants étudient. Alors comment expliquer à nos « petites têtes brunes » que ce qu’on leur apprend à l’école est faux ? Si on ne se charge pas d’en parler dès à présent, le sujet risque de nous exploser à la figure et plus vite qu’on ne le pense !
    W.Y

     

    Priorité à la formation des médecins
    Il y a tellement à dire sur notre système de santé qu’on en devient malade. Il y a tout d’abord un système à plusieurs vitesses: couverture totale et presque parfaite dans les grandes villes, acceptable dans les villes moyennes et inexistante dans les petites localités et les bourgades éloignées. De même, il y a la médecine des riches et celle des pauvres, les uns sont biens soignés dans les meilleures cliniques privées, les autres se bousculent quand ils le peuvent dans les hôpitaux publics surchargés et démunis en moyens humains et matériels. Je laisse de côté les centres hospitaliers universitaires qui, à eux seuls, méritent un autre débat sur ce forum. Les choses se compliquent car la population du pays augmente à un rythme soutenu alors que les moyens mis à la disposition de la santé publique sont dérisoires voir même ridicules en comparaison avec des pays similaires au Maroc. Il n’y a qu’à voir le nombre de médecins formés par an dans nos facultés et les besoins réels du pays. Il y a un écart énorme qui me semble difficile à combler et c’est dans la formation qu’il faut tout miser à mon avis pour prétendre parler un jour d’une médecine pour tous.
    A.M

     Comment booster le Ramed ?
    Le Ramed est un acquis encore fragile, très fragile. Faisons un large plaidoyer auprès de tous les décideurs en matière de santé, sensibilisons les autorités locales en vue de faciliter les démarches administratives aux populations concernées déjà découragées par les tracasseries des autorités et leur indifférence. Le Ramed a l’avantage d’exister, c’est une vraie révolution. C’est un système encore récent, un énorme espoir pour les démunis qui ne possédaient aucune couverture médicale. Il est vrai que les débuts sont difficiles. Sensibilisons les populations concernées et disons-leur qu’il ne faut pas renoncer à cet avantage, demain sera meilleur.
    A.L

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc