×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Courrier des Lecteurs

    Par L'Economiste | Edition N°:4027 Le 09/05/2013 | Partager

    Chicha… The end?

    Vade retro Chicha
    Le PJD a du mal en économie, en politique, mais aussi du mal à convaincre sur le plan social... mais il essaie inlassablement de marquer de son empreinte son passage au gouvernement par des «actions», reconnues comme telles dans la mouvance politique dite islamiste. A savoir, un côté très moralisateur, très proche des prêches du vendredi: sur le port du voile, sur la télévision et ses émissions trop «légères», sur les festivals...
    Les bars à chicha s’avèrent être une cible nettement plus facile à atteindre. D’autant plus que les gérants en font un business lucratif puisque s’y retrouvent trop de jeunes à peine pubères, et mineurs qui se laissent aller. Pourtant la chicha n’est pas une œuvre du satan occidental mais un passe-temps prisé en Egypte, en Turquie et dans tout le Moyen Orient. La chicha c’est comme la cigarette, l’alcool... des habitudes qui peuvent devenir des vices, comme les paris en ligne, comme l’usage immodéré d’internet... Interdire la chicha et ce qui la sous-tend (les réseaux de traite), c’est bien dans un sens mais cela n’éradiquera pas le phénomène qui se déplacera ailleurs et sous d’autres formes.
    S. L.

    Une atteinte à la liberté individuelle
    Les méfaits de la chicha sont aussi dévastateurs que ceux de la cigarette. Si le PJD veut interdire la chicha, soit ! Et pourquoi ne pas interdire la cigarette pendant qu’il y est ? Seulement, la cigarette génère des milliards de dirhams de taxe ce qui n’est pas le cas pour la chicha. Je ne suis pas fumeur et ce qui suit est un avis désintéressé qui se base sur la logique.
    Pourquoi interdire ceci et pas cela quand les deux sont néfastes pour la santé. On veut interdire la chicha non pas pour ce qu’elle est mais pour ses travers. La chicha est fumée depuis l’est du Maroc jusqu’en Turquie et même au delà... Notre PJD serait-il plus intelligent que les divers partis politiques de ces autres pays, pour être le seul à connaître les méfaits de la chicha? Ou choisit-il de l’interdire parce qu’il ne sait pas comment s’attaquer aux travers générés par le narguilé? Fumer est un choix individuel encadré par la liberté individuelle. Si quelqu’un veut fumer, il n’a pas besoin de la bénédiction d’un quelconque parti politique. Fumer des brunes, des blondes, le cigare ou la chicha est un choix personnel.
    Par contre, vouloir interdire les travers occasionnés lors de réunions autour d’une chicha, je suis tout à fait d’accord. Interdiction de transformer les cafés servant la chicha en bordels, oui d’accord.
    Les cafés doivent continuer à avoir le droit de servir une chicha aux clients, mais ces derniers doivent bien se comporter et goûter au plaisir procuré, plaisir que les Tunisiens, Egyptiens, Turcs... connaissent depuis des lustres et donc bien avant nous autres Marocains.
    G. C.

    D’autres priorités…
    Au lieu d’interdire la chicha, le PJD devrait plutôt s’attaquer aux réseaux de prostitution ! Il y en a marre! Ce fléau est en train de détruire toutes les familles marocaines! Où est donc passé l’islam dans nos villes bondées de prostituées de tout âge? Entre temps, les autorités font la sourde oreille, et l’état n’en parlons pas !
    Z.C

    Il était temps !
    Le gouvernement a pris beaucoup de retard pour envisager la fermeture de ces cafés qui servent du poison à nos enfants. Le gouvernement se doit de protéger le pays de cette épidémie qui a ravagé toutes les villes du Maroc et en particulier les grandes villes comme Casablanca et Rabat. Il est temps de mettre fin à ce fléau.
    Y.B

    Et le cannabis ?
    A mon sens, il faut avant tout lutter pour permettre aux populations du nord de vivre honnêtement avec l’introduction rapide d’autres plantes que le cannabis (argane, colorants naturels, safran, figuiers, caroubiers...).
    E.O

     

    Viol et barbarie, calvaire de la petite Wiam

    J’accuse !
    Je pensais qu’en terre d’islam la violence surtout contre les enfants était inconcevable. Hélas, cette actualité prouve le contraire! Violences faites aux femmes, violences à l’encontre des enfants. Je m’en voudrais d’accuser notre religion! C’est bien nos hommes qui sont des barbares. Je suis écoeurée par cette violence incommensurable! Toute ma compassion à toi petite Wiam, à toi chère maman! J’accuse notre société marocaine pour cette violence inadmissible!
    Y. B.

    La traque aux pervers
    C’est scandaleux que le Maroc vive encore ce genre de drames en toute impunité. Ce qui vient de se produire à Sidi Kacem devrait alerter l’opinion publique, la société civile, les partis politiques, le gouvernement ... Tous doivent se mobiliser pour dénoncer ces viols. Sachant que des milliers de sévices sexuels se produisent tous les jours et ne sont même pas dénoncés. Les parents, les enfants victimes et l’entourage refusent d’en parler pour éviter la honte des regards. Finalement, c’est la victime qui devient accusée. Le drame de Wiam de Sidi Kacem doit servir de leçon à tout le monde. Certes, le jugement du violeur doit être exemplaire avec la peine la plus lourde possible pour que cela serve de leçon à tous les pervers. Mais plus important que cela, l’Etat, la société civile, les médias... doivent se mobiliser pour dénoncer ce genre de crimes odieux. Sans oublier d’intégrer la prise en charge psychologique des victimes. Car, même si on panse les blessures physiques avec de la chirurgie plastique et autres actes médicaux, il y a les séquelles psychologiques qui ont la peau dure. Les viols se répètent et ne se ressemblent pas au Maroc. En attendant, plusieurs violeurs ne sont pas inquiétés en raison de l’absence de poursuites ou à cause de laxisme. Aujourd’hui, le Maroc doit installer des antennes dans les quartiers périphériques, les campagnes, les quartiers populaires... pour traquer ce genre de crimes odieux. La société civile doit servir de relais pour dénoncer ces tentatives de viols. Si jamais ce dispositif est mis en place, le phénomène n’aura plus les mêmes proportions. C’est indéniable.
    A. R.

    La mort ou la perpétuité !
    C’est vraiment malheureux d’en arriver là. Il faudrait que les mesures nécessaires soient prises d’urgence pour infliger une sentence de peine de mort ou de perpétuité à tous ceux qui toucheraient à un enfant. Tant que les verdicts prononcés à l’encontre des violeurs d’enfants sont minimes à savoir 2 ans ou moins, cela ne va rien changer. Nos enfants sont vraiment en grave danger.
    S. H.

    L’omerta
    C’est en terre d’Islam que les actes de violence envers les enfants ont tendance à se multiplier. Cela commence par le Msid, puis à l’école, puis au quartier ou au douar... Seulement, personne n’en parle. Autrement, nous serions effarés de constater le nombre important de ces actes criminels.
    O. M.

     

    Plus d’égalité pour plus de sécurité

    La population est livrée de jour comme de nuit aux criminels, aux voyous, aux hooligans, à certains flics véreux, à certains gendarmes rapaces, à certains mokaddems et chioukhs corrompus. Vivement une marche d’un million contre la violence pour réveiller la conscience de nos gouvernants trop surveillés, de nos officiers de  parade, de nos caids de pacotille. Il y a plus de gardes devant la maison d’un responsable que dans tout le quartier. La drogue se vend librement. La chicha fait des ravages. La pédophilie et le racolage battent le plein. La corruption se développe. L’injustice aussi… Alerte donc. Et qu’on ne vienne pas nous parler de moyens qui font défaut.
    Ils sont simplement mal répartis et profitent aux puissants.
    E.R

     

    La jeunesse a fini de rêver
    L’augmentation du chômage, la différence et l’injustice sociale, la pauvreté, l’échec du secteur éducatif public, l’exode rural, les bidonvilles... Tous ces éléments et bien d’autres créent de la violence et de l’agressivité.
    Les jeunes d’aujourd’hui ne rêvent plus et sont devenus pessimistes pensant que leur avenir n’est pas prêt de s’améliorer autant au niveau économique que social. Donc, il est tout à fait normal qu’on ait un sentiment d’insécurité dans les villes au Maroc. Tout cela est le fait d’une minorité qui manque de conscience citoyenne, s’enrichissant au détriment des pauvres qui, eux, s’appauvrissent de jour en jour...
    F. C.

    Sahara : une affaire cornélienne ?
    L’attitude des Américains est incompréhensible pour la simple raison que le Maroc est le pays arabe, après le Liban, où les droits de l’Homme sont le plus respectés. Quel est ce pays arabe qui peut se vanter de faire mieux que le Maroc? Certes, il y a toujours des améliorations à faire, mais celles-ci doivent voir le jour en fonction du développement du citoyen marocain. Maintenant, revenons au cas du Sahara.
    Si les Américains, qui sont supposés être des amis se sont comportés de la sorte, c’est qu’ils ont été contraints par des ONG hostiles au Maroc, des ONG qui ont bien travaillé puisqu’elles sont arrivées à faire dire à la 1ère nation mondiale ce qu’elle n’avait pas l’habitude de dire. Mais, ce qui est grave, c’est que les responsables marocains donnent l’impression de dormir sur leurs lauriers croyant avoir atteint leurs objectifs.
    K. R.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc