×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

Centrale Laitière : Faut-il participer à l’OPA?

Par L'Economiste | Edition N°:3977 Le 27/02/2013 | Partager
Le titre en Bourse superforme le marché depuis cinq ans
Il offre une meilleure chance de gain surtout dans un marché baissier

Source : Finaccess Sixtelekurs Mena
La valeur a progressé de plus de 130% sur les cinq dernières années contre une baisse de 39% pour le marché. Sa résistance face à la chute des cours pourrait pousser plusieurs actionnaires à garder leurs titres. Surtout qu’une reprise du marché cette année est de plus en plus écartée

Le gendarme de la Bourse a jusqu’au 8 mars pour rendre sa décision sur le projet d’offre publique d’achat (Ndlr: Pour plus de rigueur l’on aurait dû l’appeler offre publique de rachat) lancée par Danone sur les actions Centrale Laitière. L’initiative de l’industriel français intervient après la finalisation le 22 février de l’acquisition de 37,8% du capital de Centrale Laitière auprès de la SNI (www.leconomiste.com du 25 février). Danone porte sa part dans le tour de table à 67% d’où l’OPA. L’opération vise 5,08% du capital qui correspond au flottant en Bourse et 1,16% détenu par Wafa Assurance. La part du capital encore détenue par SNI (26,75%) est, elle, destinée à être cédée au marché ultérieurement.
Si le feu vert du CDVM pour l’OPA est sans doute acquis, les conditions de l’offre seront déterminantes dans le choix des petits actionnaires de participer ou non à l’opération. Danone devrait normalement proposer un prix de 1.700 DH comme celui auquel il a repris les parts de la SNI. Ce prix représente un gain de 205 DH par rapport au dernier cours de cotation de Centrale Laitière (1.495 DH). A court terme, cela pourrait être très intéressant pour les petits actionnaires. Cela dit, compte tenu du comportement de la valeur ces dernières années et des gains éventuels liés à l’apport du nouvel actionnaire principal, le titre devrait demeurer attractif.
L’action Centrale Laitière affiche une performance annuelle de 8,49% contre 3% pour le secteur et une contre-performance de 5,39% pour le marché. Sur les cinq dernières années, le titre a progressé de plus de 130% contre une baisse de 39% du marché. La résistance de la valeur face à la chute des actions pourrait pousser certains actionnaires à garder leurs titres. Surtout qu’une reprise du marché cette année est de plus en plus écartée.
L’OPA de Danone sur les titres Centrale Laitière relève davantage d’une obligation réglementaire à remplir. Son poids dans le tour de table aujourd’hui lui confère le pouvoir nécessaire pour le pilotage de l’entreprise. Nous ne sommes pas ici dans la même configuration que dans le processus de désengagement de Lesieur où SNI a voulu donner une place importante aux investisseurs marocains dans le tour de table. De plus, leur implication dans la gestion de l’entreprise sera importante. La prochaine étape dans le retrait de la SNI de Centrale Laitière et Lesieur se traduira par une cession des parts encore détenues dans les deux entreprises au marché boursier. La finalisation de l’opération avec Danone pourrait accélérer les offres publiques de vente. Leur concrétisation va aider à redynamiser un marché à la recherche de catalyseurs.
F. Fa.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc