×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Politique Internationale

Egypte: Appel au boycott des élections

Par L'Economiste | Edition N°:3976 Le 26/02/2013 | Partager
Le Front national du salut hésite encore à y répondre
Morsi convoque l’opposition pour mettre en place des garanties de transparence
La date avancée au 22 avril, en réponse aux protestations des Coptes

Le 25 février, journée de «désobéissance civile». Des citoyens ont fermé la porte du Mugamma, un labyrinthe de bureaucratie égyptien à proximité de la place Tahrir, laissant à peine aux employés une porte pour quitter l’édifice

LE timing des élections législatives égyptiennes pose plus d’un problème. D’une part, l’opposition estime que le scrutin a été prévu à un moment où le pays est trop divisé pour pouvoir se passer convenablement.
Dans l’opposition, l’on craint que la tenue du vote le 22 avril prochain ne conduise le pays au chaos. Mohamed ElBaradei, prix Nobel 2005 de la paix et figure de proue de l’opposition, appelle carrément au boycott des législatives. Il estime qu’il n’y a pas de démocratie réelle, et que les Egyptiens n’ont pas participé à la révolte, il y a deux ans, pour se retrouver aujourd’hui face à un «recyclage du régime de Moubarak». Ainsi, il fait le parallèle avec les élections de 2005, laissant entendre que les résultats seraient truqués comme sous l’ère du président déchu. Dans le Front national du salut, importante coalition de l’opposition regroupant des laïcs et des libéraux, et dont ElBaradei est coordinateur, l’heure est à l’hésitation. Boycotter, ou surfer sur la vague anti-Morsi, qui pourrait rapporter jusqu’à la moitié des sièges? Le FNS arrêtera certainement sa décision après une réunion convoquée par le président Morsi. Ojectif: mettre en place les garanties de transparence nécessaires pour un scrutin acceptable pour tous. A l’heure où nous mettions sous presse, les pourparlers étaient encore en cours.
Par ailleurs, la date des élections a été modifiée, en réponse à «l’appel des frères chrétiens». Les dates du 27 et 28 avril avaient initialement été prévues pour le premier tour, et celles du 4 et 5 mai pour le second. Ce qui correspond, respectivement, au week-end des Rameaux et à celui de Pâques. Les Coptes, qui estimaient que ces dates avaient pour objectif de les éloigner des urnes, ont fini par obtenir un changement de calendrier.
Le scrutin a pour objectif de remplacer la Chambre basse du Parlement, qui a été dissoute en juin 2012 par une décision de la plus haute juridiction égyptienne, qui jugeait la loi électorale anticonstitutionnelle. Ce sont les Frères musulmans (dont est issu le président Morsi) et leurs alliés qui dominaient la précédente Assemblée élue à l’hiver 2011/2012.


Rime AIT EL HAJ

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc