×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie Internationale

Eau potable et assainissement
Un coût de 260 milliards de dollars par an!

Par L'Economiste | Edition N°:3975 Le 25/02/2013 | Partager
1,5% du PIB des pays en voie de développement
Seuls 67% de la population mondiale aura accès aux sanitaires d’ici 2015
Investir dans ce domaine: 60 milliards de dollars de gain par an

Les pertes touristiques du Cambodge, de l’Indonésie, des Philippines et du Viêt Nam, liées à l’assainissement et l’accès à l’eau potable, se chiffrent à 350 millions de dollars par an (photo prise à Hanoi au Viêt Nam en février 2013)

L’assainissement n’est pas seulement une question humanitaire. Il s’agit aussi d’une réalité économique qui pèse de tout son poids, notamment dans les pays en voie de développement. En effet, le manque d’assainissement et d’approvisionnement en eau entraîne des pertes annuelles avoisinant les 260 milliards de dollars, soit 1,5% de leur Produit intérieur brut (PIB). Concomitamment, chaque dollar investi dans la favorisation de l’accès à l’assainissement et à l’eau potable rapporte 4,3 dollars. Ainsi, la réalisation simultanée des OMD représenterait un gain de plus de 60 milliards de dollars par an. Plus de 70% de ces profits sont liés à l’économie de temps, autant dans les déplacements pour atteindre les installations sanitaires ou les équipements d’alimentation en eau potable, que dans l’attente une fois sur place.
D’autres bénéfices ont pu être identifiés, sans qu’ils ne soient quantifiables. Ecologiquement parlant, l’on a pu noter l’amélioration de la qualité des eaux des lacs, du littoral et des cours d’eau. Par ailleurs, un gain de terres rendues réutilisables grâce à «la collecte d’excréments humains» a été observé, ainsi que la revalorisation du prix du foncier, ou encore l’amélioration des rentrées touristiques. Au sujet de ce dernier point, l’Initiative pour l’économie de l’assainissement a chiffré à 350 millions de dollars par an les pertes touristiques du Cambodge, de l’Indonésie, des Philippines et du Viêt Nam. Mais au-delà de tout, l’adduction de l’eau et l’accès à l’assainissement est une variable au cœur de la mesure de la pauvreté. Solutionner ce problème pourrait à lui seul faciliter un développement socio-économique équitable et durable, ou encore prévenir la malnutrition, améliorer la santé des enfants et la qualité de vie de toute la population. Dans un monde où l’accès au téléphone est plus répandu que l’accès aux sanitaires, ces données ne doivent pas tomber dans l’oreille d’un sourd, et tous les Etats doivent mettre la main à la pâte avec plus de verve. D’autant plus que ce chantier enregistre un sérieux retard, dans le cadre des Objectifs du millénaire pour le développement. Cette initiative, adoptée par 189 pays à l’occasion du Sommet du millénaire des Nations unies (septembre 2000), a pour but de réduire la pauvreté de moitié à l’horizon 2015, en facilitant, entre autres, l’accès à l’assainissement. Or, le rapport de suivi publié en 2012 signale un rythme des réalisations trop lent. Selon les projections, seuls 67% de la population mondiale aura accès à l’assainissement, contre 64% aujourd’hui. Nous sommes donc loin de l’objectif des 75%. En numéraire, ce but sera manqué de près d’un demi-milliard de personnes. Par contre, la cible relative à l’accès à l’eau potable a été atteinte en avance, même s’il existe encore aujourd’hui un milliard de personnes dans le monde qui sont privées d’accès à une source d’eau potable améliorée.

 

Rime AIT EL HAJ

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc