×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Agence du partenariat pour le progrès
Dernières retouches avant l’échéance finale

Par L'Economiste | Edition N°:3975 Le 25/02/2013 | Partager
Le plan de clôture sur le bureau de Abdelilah Benkirane
Une procédure de 120 jours à partir de septembre prochain
Les négociations pour un nouveau programme lancées

Mourad Abid, directeur général de l’APP, a souligné que «le gouvernement est appelé à inscrire dans la loi de Finances les montants nécessaires pour la réalisation des activités non achevées, ainsi que pour la gestion des projets livrés»

L’AGENCE du partenariat pour le progrès (APP) est en train de finaliser les derniers projets du programme Compact 1, lancé en septembre 2008.
Le plan de clôture devra être validé par le gouvernement aujourd’hui, lors du conseil d’administration de l’APP, présidé par le Chef du gouvernement. C’est ce qu’a affirmé Mourad Abid, directeur général de cette Agence, invité du Club de L’Economiste du 22 février. Une réunion précédente de ce conseil, tenue il y a deux semaines, a permis de présenter au comité de pilotage l’état d’avancement des projets et le plan de clôture préparé par les équipes de l’APP. L’élaboration de ce document de 400 pages a démarré en septembre 2012. Il porte sur la cession des infrastructures édifiées et la pérennisation des acquis des projets aux différents ministères et offices. Il s’agit de près de 300 projets dans les 5 secteurs identifiés au début du programme. Ceux-ci ont déjà été préparés à prendre en charge la gestion de ces projets, grâce à la mise en place, dès le début, de structures de pilotage au niveau de chaque ministère. Ces équipes sont financées par l’APP, et se chargent de l’exécution du programme pour le compte de l’Agence, qui se contente de la supervision. Parallèlement, le gouvernement a mis en place une commission de suivi des déboursements qui se réunira une fois par mois. Aujourd’hui, la partie marocaine s’interroge sur le budget nécessaire au fonctionnement des projets mis en œuvre. Car, «le gouvernement est tenu de prévoir la budgétisation des fonds nécessaires pour payer l’assistance technique contractée pour effectuer les réceptions définitives des travaux», a souligné Abid. Il est également appelé à inscrire dans la loi de Finances les montants nécessaires pour la réalisation des activités non achevées. Il s’agit là d’un des points auxquels doit répondre l’équipe de Abdelilah Benkirane, dans le cadre de l’approbation du plan de clôture préparé par les équipes de l’APP. S’y ajoutent d’autres aspects comme la stratégie de clôture par projet-activité, la désignation des entités destinataires des ouvrages construits, ainsi que de celles qui conserveront les cautions bancaires et procéderont aux réceptions définitives des travaux dont la période de garantie dépasse l’échéance du compact. D’ailleurs, la partie marocaine est aussi appelée à définir sa stratégie pour assurer la pérennité de ces projets. Après la validation de ce plan de clôture, l’opération effective devra démarrer le 16 septembre prochain, et s’étalera sur 120 jours.
Cette procédure se déroule en 5 étapes qui démarrent par l’examen des projets livrables réceptionnés et le paiement des sommes dues. Ensuite, l’APP devra présenter le rapport de suivi et d’évaluation, qui «sera prêt en août prochain», a indiqué le DG de l’Agence. La suite de la procédure porte sur la clôture des livres comptables et la soumission du rapport final du programme, qui doit être suivi d’un audit final, approuvé par le bureau de l’inspecteur général. A la fin de ce processus, l’Agence de partenariat pour le progrès devra être dissoute, en attendant le lancement du Compact 2, qui devra être géré par une nouvelle équipe. Aujourd’hui, à quelques mois de la clôture effective du programme, les négociations pour l’octroi d’un Compact 2 ont été lancées la semaine dernière. Pour l’instant, seul le Cap Vert a pu décrocher ce 2e programme. Une délégation américaine devait rencontrer le Chef du gouvernement vendredi dernier. L’objectif est de démarrer une longue procédure qui s’étale sur 27 mois. Cela permettra de mettre en place les équipes de négociations des deux parties, identifier les secteurs prioritaires et procéder aux opérations d’audit. Néanmoins, «vu l’expérience acquise par les deux parties, les négociations devront prendre moins de temps que celles qui avaient porté sur le Compact 1», a estimé Abid.

Réalisations

A terme du programme, l’APP devra assurer le transfert de chacun des ouvrages réalisés aux entités désignées par le gouvernement. Il s’agit notamment de 80.000 hectares d’oliviers plantés, 730 km de canaux d’irrigation, et des équipements de 7 unités de conditionnement des dattes. A cela s’ajoutent 20 usines de trituration d’olives et de 14 sites de valorisation des dattes et d’olives au profit de coopératives féminines. D’autres projets ont été également réalisés dont 26 points de débarquements aménagés, en plus de marchés de gros au poisson. S’y ajoutent 96 unités de production à Fès, en plus de l’équipement de 15 centres de formation professionnelle des métiers de l’artisanat.

Mohamed Ali MRABI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc