×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

Centrale Laitière/Bimo
SNI achève son désengagement

Par L'Economiste | Edition N°:3975 Le 25/02/2013 | Partager
Cession effective de 50% du biscuitier et de 38% de la laitière
Ces deux transactions ont généré 900 millions de dollars
Le montant représente 5% de réserves de changes

ACTES 5 et 6, scène 1. Un peu plus de deux ans après l’annonce du changement de la vocation de SNI en holding d’investissement, le groupe vient d’officialiser son désengagement de Bimo et Centrale Laitière. Il vient de recevoir un chèque de 7,4 milliards de dirhams sur ces deux opérations. Le holding se retire ainsi totalement de Bimo en faveur de Mondelēz International (ex-Kraft Foods) via la cession effective des 50% qu’il détenait pour une valeur de 1,3 milliard de dirhams, et ce suite à l’avis favorable du Conseil de la concurrence du 25 décembre 2012, puis à l’autorisation du chef de gouvernement le 1er février 2013.
Ce sont également les avals d’Abdelilah Benkirane et de Hassan Boulaknadel, DG du CDVM, le mois dernier, qui ont permis d’aboutir à la concrétisation du désengagement de Centrale Laitière. Un désengagement qui ne sera que partiel pour le moment. SNI cède le contrôle à Gervais-Danone mais gardera 27,5% du capital. Selon une source proche du dossier, «à terme, le holding a l’intention de procéder à la cession de tout ou partie de sa participation résiduelle» probablement via la Bourse. En attendant, la cession des 37,8% à Danone a été valorisée à 6,1 milliards de dirhams. L’opération est passée vendredi sur le marché de blocs (voir encadré). Elle a porté sur 3,56 millions d’actions pour un prix unitaire de 1.700 dirhams. Suite à cette transaction, le titre a été suspendu en Bourse. Et pour cause, le nouvel actionnaire de référence, ayant franchi le seuil de 40% du capital et des droits de vote, est tenu de déposer un projet d’offre publique d’achat réglementaire auprès du gendarme de la Bourse.
Ces opérations ouvrent de nouvelles étapes dans le développement des deux sociétés. Comme le confiait Franck Riboud, PDG de Danone, à L’Economiste en juillet 2012, son groupe a beaucoup d’ambition pour Centrale Laitière. D’abord veiller à la poursuite du développement du secteur de l’amont laitier, ensuite accroître la taille des marchés marocains du lait et introduire des produits innovants. Par ailleurs, Centrale Laitière bénéficiera de la recherche et développement de Danone sur la qualité nutritionnelle de ses produits ainsi que de son expertise à accélérer la rationalisation et l’optimisation industrielle et logistique de la société.
Pour Bimo, les ambitions sont quasiment identiques. Mondelēz International compte faire bénéficier au consommateur marocain une diversification de l’offre avec le lancement de nouveaux produits sous de nouvelles marques.
Financièrement, ces deux opérations constituent une bouffée d’oxygène pour les réserves en devises en recul depuis ces deux dernières années. Ce sont ainsi près de 900 millions de dollars qui vont renflouer les avoirs extérieurs, soit l’équivalent des deux tiers du dernier emprunt à l’international du Maroc (cf. L’Economiste du 27 novembre 2012). Ce montant induirait une progression de 5% de ces avoirs. Si les opérations avaient été conclues en 2012, elles auraient pu limiter leur érosion de 25%. Ces entrées vont également impacter favorablement la balance des paiements, puisqu’elles vont venir en augmentation des recettes d’investissements directs étrangers.
A travers ce désengagement, SNI confirme, ainsi, un peu plus son changement de vocation qui vise l’évolution d’un conglomérat contrôlant ses participations vers celle de société d’investissement.
Le programme de désengagement va se poursuivre. D’autres opérations sont à venir: Cosumar, Sotherma et Attijariwafa bank. Ces étapes  finalisées, SNI devrait, comme promis, céder ses participations résiduelles de ses sociétés à la Bourse.

Un retrait qui dope la Bourse

La cession de contrôle de SNI de Centrale Laitière a permis également de dynamiser le volume à la Bourse de Casablanca. Le flux transactionnel a atteint plus de 6 milliards de dirhams à la séance de vendredi 22 février. Essentiellement réalisé sur le compartiment de blocs, ce volume a été bénéfique à plusieurs acteurs du marché. D’abord, la société gestionnaire de la Bourse qui, en fonction du volume réalisé, voit sa commission augmentée. Mais également aux sociétés de Bourse.

Moulay Ahmed BELGHITI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc