×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Analyse

Agrumes: Très faible campagne d’exportation

Par L'Economiste | Edition N°:3974 Le 22/02/2013 | Partager
Les expéditions dégringolent de 20%
A peine 440.000 tonnes sur une production de 1,5 million

La production agrumicole a été durement affectée par les mauvaises conditions climatiques. Ce qui a amené les stations de conditionnement à travailler avec 30 à 40% d’écarts de triage. L’export de la clémentine limité à 175.000 tonnes contre 200.000 en 2011-2012

Comme nous l’annoncions dans notre édition du 20 décembre 2012, la campagne d’exportation d’agrumes devrait se solder par un volume de 440.000 tonnes. Un niveau en repli de 20% par rapport à la saison précédente qui avait porté sur 478.000 tonnes. C’est la plus faible campagne jamais connue dans les annales de l’agrumiculture nationale. Pourtant, «la demande des marchés extérieurs a été forte cette année», révèle Amine Mamou, directeur général délégué de Maroc Fruit Board (MFB). Et c’est ce qui a permis au Maroc de placer quelque 30.000 tonnes de plus par rapport aux prévisions initiales qui tablaient sur un volume de l’ordre de 400.000 à 410.000 tonnes. D’ailleurs, la baisse de production agrumicole a été généralisée à l’ensemble des pays du pourtour  méditerranéen. Mais, au Maroc, le recul de la production a été aggravé par  problèmes d’ordre qualitatif. L’alternance des vagues de chaleur et de froid qui ont sévi en mai, juillet, novembre et décembre 2012 et ont affecté la production quantitativement et sur le plan qualitatif. Du coup, les stations de conditionnement ont dû dégager d’importants taux d’écart de triage: entre 30 et 40%, estime la profession. Globalement, la production a atteint 1,5 million de tonnes contre 1,86 million en 2011-2012. Le volume des petits fruits, qui représentent désormais plus de 80% des expéditions, s’est élevé à 660.000 tonnes dont 300.000 ont été exportées. «Pour ce qui est des oranges, les sorties devraient atteindre tout au plus 140.000 tonnes», annonce Mamou. Ce qui représente 17% de la production totale de ce groupe de variétés. Ce niveau traduit une chute libre de 57% des exportations des oranges. Mais la clémentine n’est pas en reste. Cette variété  qui prédomine à raison de 90% parmi le groupe des petits fruits a aussi accusé une légère baisse de 2% de ses exportations.   De fait, la baisse des ventes à l’extérieur provient essentiellement de la région du Souss, première zone exportatrice de clémentine et qui a subi le plus de dégâts: -33%. En revanche, l’Oriental, épargné par les mauvaises conditions climatiques a amélioré de deux tiers ses sorties en petits fruits: 43.200 tonnes contre 23.400.
Pour ce qui est des résultats commerciaux, ils sont actuellement en phase de liquidation et les règlements devraient intervenir d’ici fin mars prochain, prévoit le management de MFB. En attendant, le marché intérieur se comporte bien avec des prix jugés fort rémunérateurs. Les prix des ventes sur pieds de la clémentine ont atteint en moyenne 3 DH/kg et ceux des oranges entre 1,5 et 2 DH/kg.
A. G.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc