×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Sécurité routière
Les chiffres continuent d’effrayer!

Par L'Economiste | Edition N°:3972 Le 20/02/2013 | Partager

«Même la Grande-Bretagne n’a pas encore trouvé la solution à ce problème complexe qu’est l’insécurité routière». Le consul général de la Grande-Bretagne au Maroc, David Flint, qui assistait hier, à Casablanca, au 1er séminaire international de la sécurité routière, rappelle que «partout dans le monde, il est possible de réduire l’hécatombe des routes, en prenant des mesures strictes visant à modifier le comportement et en sensibilisant tous azimuts».
Le parterre présent était aussi unanime quant à la nécessité de cibler les principaux facteurs de risque qui sont à l’origine des accidents aussi bien graves que légers. Tous les chiffres le montrent. Le facteur humain est prépondérant dans les accidents de la route et est la cause de plus de 80% des catastrophes enregistrées. Mais, ce n’est pas l’unique. Les 20% restants sont liés à l’état mécanique des véhicules (10%) et à l’état des infrastructures routières (10%). Le coût de ces accidents représente environ 2 % du PIB. «D’où la nécessité de mettre en application le 3e plan stratégique intégré d’urgence (2011-2013) qui permettrait de réduire le nombre annuel de tués et de blessés graves», estime Mohamed Najib Lakhsassi, directeur régional de l’Equipement et du Transport du Grand Casablanca. Ce plan s’articule autour de 9 axes dont l’éducation routière et la recherche scientifique représentent des actions nouvelles. Il faudra également pondérer, de manière notable, l’action des contrôleurs routiers et rendre efficace la mission des agents mobilisés. Pour ce faire, il s’agit de renforcer, entre autres, les effectifs du corps de contrôle du ministère, en recrutant et formant chaque année 50 contrôleurs. Les radars fixes et l’installation de caméras de surveillance dans les carrefours seront aussi renforcés.
«Mais, l’essentiel des efforts doit porter sur la sensibilisation. Chaque année, nous investissons pour cet axe plus d’un milliard de DH», tient à souligner Benacer Boulaajoul, secrétaire permanent du Comité national de prévention des accidents de la circulation. Les statistiques sont alarmantes: 90% des usagers de la route ne respectent pas le panneau «Stop», 28% ne portent pas la ceinture de sécurité et 30% des motocyclistes brûlent le feu rouge…


Bouchra SABIB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc