×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Evénement

Moody’s dégrade les perspectives du Maroc

Par L'Economiste | Edition N°:3967 Le 13/02/2013 | Partager
De «stables», elles passent à «négatives»
Pour l’agence, la réforme de compensation est urgente
Les IDE pour stopper l’érosion des réserves de changes

Après avoir connu une phase de réduction (entre 2000 et 2006) et consolidation (en 2007 et 2008), le déficit n’a pas cessé de se creuser depuis 2009 pour atteindre un niveau historiquement bas: 7,1% en 2012

LE déficit budgétaire (7,1%) fait voler en éclats une partie de la notation souveraine du Maroc par Moody’s. Certes, l’agence d’évaluation financière ne va pas jusqu’à abaisser la note du Royaume, mais elle vient de réduire ses perspectives de stables à négatives. L’Economiste avait d’ailleurs mis en avant, dans son édition du vendredi 8 février 2013, puis dans son analyse du 11 février, les conséquences de cette crise.
Deux principales raisons sont à l’origine de cette dégradation. A commencer par «la détérioration des mesures budgétaires du gouvernement, principalement en raison de la décision de maintien des subventions généralisées sur le pétrole et les produits alimentaires de base». Moody’s note ainsi qu’en dépit de la nécessité d’une réforme de fond du système de compensation, le gouvernement n’a jusqu’à présent mis en œuvre que «deux mesures mineures» pour en réduire le poids dans le budget (6% du PIB en 2012 contre une moyenne de 2 à 2,5% sur la dernière décennie).
L’agence fait ainsi allusion à la hausse des prix du carburant en juin 2012 et à la réduction des subventions agricoles en septembre. Ceci dit, Moody’s constate la volonté des autorités à mettre en œuvre des réformes de fond pour mieux cibler les subventions dans le cadre de l’année 2013. Elle recommande donc d’en accélérer la cadence afin de remettre les finances publiques du pays sur une trajectoire «viable» et éviter une nouvelle hausse du ratio de la dette publique. Il faudra cependant compter avec les prix du pétrole qui devraient se stabiliser au même niveau de 2012.  «L’augmentation rapide de la vulnérabilité extérieure du Maroc, encore une fois principalement tirée par la hausse du prix du pétrole», est le second facteur de la révision des perspectives du Maroc.
En effet, Moody’s constate que les exportations de biens et services sont impactées par le ralentissement du principal partenaire commercial du Maroc. Celles-ci «ne seront que partiellement compensées par la croissance des exportations vers d’autres régions».
Parallèlement, l’agence américaine estime que la Maroc a fortement puisé dans ses réserves de changes pour financer le déficit extérieur. A fin 2012, elles ont en effet diminué à 15,8 milliards de dollars (près de 132 milliards de DH) et représentent moins de quatre mois de couverture des importations de biens et services.
Dans ces conditions, «les besoins de financement extérieurs resteront élevés à environ 10% du PIB», prévoit Moody’s. Même la ligne de précaution de liquidité du FMI (6,2 milliards de dollars), si totalement utilisée, ne parviendrait à couvrir que 60% des besoins de financement. L’aide financière des pays du Golfe, estimée à quelque 2,5% du PIB, ne permettrait pas non plus de couvrir les besoins. Or, compte tenu de leur importance, ces besoins nécessitent, selon l’agence, «des investissements directs étrangers soutenus et un renforcement de la dette extérieure».  Si le Maroc veut retrouver son grade et revenir à des perspectives stables, Moody’s prévient que le gouvernement doit «appliquer les mesures pour mettre fin à la détérioration des finances publiques».

Moulay Ahmed BELGHITI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc