×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Culture

Majida Khattari se dévoile au Louvre

Par L'Economiste | Edition N°:3965 Le 11/02/2013 | Partager
Vidéos, photographies, sculptures… une exposition éclair à Paris
Le voile et la femme dans la société orientale... les thèmes

«Voilée dévoilée». L’artiste Majida Khattari use de paradoxes pour pousser le public à s’interroger sur le sens et l’importance du voile dans la société orientale 

UNE exposition tout à fait insolite s’est tenue à Paris, le 2 février dernier. Insolite par le lieu où elle s’est déroulée et par sa durée.
C’est, en effet, au Louvre, le célèbre musée français, que l’artiste marocaine, Majida Khattari, a déployé son talent, durant une journée et à l’occasion de l’ouverture  d’espaces dédiés aux arts de l’Islam (cf.www.leconomiste.com). Ainsi, le public –au demeurant très averti et nombreux- a eu droit à des projections de vidéos des «défilés-performances», des photographies et sculptures autour du thème du ruban et du voile. Résultats, des œuvres décalées et révolutionnaires relevant à la fois de l’art et de la haute couture et qui poussent le visiteur à s’interroger sur la situation de la femme au Maghreb et au Moyen-Orient à travers le turban et le voile. Des accessoires que Majida Khattari met savamment en scène en créant, selon elle, «des sculptures-rubans aux couleurs oniriques et à l’agencement unique». Les modèles sont réalisés à partir de pièces de tissu ou encore de verre soufflé et qui expriment à la fois le désir, l’interdit, la spiritualité ou encore la sagesse. L’artiste avoue s’être inspirée d’une toile de la Renaissance italienne ornant le «Salon Carré» du musée ainsi que de l’orientalisme dans la peinture occidentale du 19e siècle.
La manifestation culturelle, intitulée «Voilée dévoilée», a également inclu une projection de photographies montrant des images paradoxales et quasi-choquantes d’une femme voilée en côtoyant une autre totalement dénudée et tenant entre les mains une arme de combat. Enfin, des vidéos des «défilés-performances» de l’artiste, qui consistent à appliquer des œuvres d’art prenant la forme de costumes à des modèles vivants, étaient également diffusées.
L’objectif de ces œuvres est de susciter le débat sur le sens et l’importance du voile dans la société orientale et sur la perception des Occidentaux à ce sujet.  L’artiste a donc invité les visiteurs à méditer sur l’intérêt du voile et sur le dévoilement du corps, mais aussi plus globalement sur la question de la liberté de la femme arabe et sur ses relations avec les hommes, la religion, la société et avant tout avec elle-même. Une réflexion appuyée par l’expertise de la critique d’art et interprète Marie Juliette Verga ainsi que de Louis Nègre, président du Projet pour l’art contemporain au sein de l’association des Amis du musée national d’art moderne.

 

 

Karim AGOUMI

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc