×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Analyse

Textile: Le Maroc plus agressif sur le Portugal

Par L'Economiste | Edition N°:3965 Le 11/02/2013 | Partager
Plus de 26% en 2012
Hausse des exportations vers les Etats-Unis

Même si les volumes restent faibles sur le Portugal, le principal des exportations est transformé avant d’être acheminé vers les Etats-Unis.

LE marché mondial du textile connaît d’importantes mutations auxquelles le Maroc n’échappe pas. En effet, l’usine mondiale du textile qu’est la Chine se réoriente vers son marché interne. Une décision réfléchie qui découle d’une hausse du coût de revient dans le pays de Mao et d’une baisse de la demande en Europe. Le Maroc n’a pas échappé à cette tendance. En effet, le Royaume affiche une baisse de 14% sur le marché allemand et de 11,4% sur le marché britannique. Une tendance inverse est enregistrée sur d’autres pays. Ainsi, une hausse de 26% ressort sur le marché portugais. S’y ajoute une croissance de près de 22% sur le marché américain. Techniquement, les exportations vers le Portugal sont in fine réorientées vers les Etats-Unis. Les premiers effets de l’accord de libre-échange (ALE) avec les Etats-Unis commencent à se faire sentir sur la profession. Cependant, les volumes restent encore faibles par rapport au potentiel de l’oncle Sam. L’essentiel des exportations des textiliens restent dirigé vers l’Espagne et la France. Selon les statistiques de l’Office des changes, malgré la crise le Maroc a fait croître ses exportations de 1,5% vers l’Espagne et de 1,8% vers la France. Une analyse du marché sur toute l’année fait ressortir une évolution en dents de scie. De fortes baisses ont été enregistrées pendant l’été (jusqu’à -19,5% en juillet). Cependant, d’importantes croissances ont été notées en septembre (+38,7%) et décembre (+26,7%). Par produit, la confection s’en est beaucoup mieux tirée que la maille. Les exportations de vêtements confectionnés sont passées de 18,4 milliards de DH en 2011 à près de  19 milliards de DH, soit une hausse de 2,8%. Les professionnels de la maille sont plus touchés par la crise avec une baisse de 1,7%. Pour leur part, les articles de bonneterie ont enregistré un léger repli de 1,8%. Côté compétitivité à l’international, la Tunisie reste l’un des concurrents les plus redoutables du Maroc. Les tensions politiques n’ont pas réduit la productivité de la compétitivité du pays. Surtout  que les coûts de la main-d’œuvre sont nettement inférieurs en Tunisie dont le taux de salaire minimum horaire conventionnel dans le secteur textile-habillement est de 0,77 euro. Au Maroc, le taux horaire du Smig applicable dans le secteur est de 11,70 DH depuis le 1er décembre 2012, soit 1,02 euro. Il sera à nouveau majoré au 1er juillet 2013 pour être porté à 11,97 DH, soit une augmentation de 2,3%. Officiellement, le secteur du textile-habillement emploie près de 175.000 personnes au Maroc. Il ne compte pas moins de 1.600 entreprises qui produisent 1 milliard de pièces/an.  600 millions de pièces sont réalisées dans la sous-traitance contre 100 millions pour des collections propres. Justement, les opérateurs comptent augmenter la part des marques marocaines. Un positionnement à forte valeur ajoutée qui s’adresse à la fois au marché interne qu’externe.


IL. B.

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc