×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

Bourse: Le profil des investisseurs en 2012

Par L'Economiste | Edition N°:3964 Le 08/02/2013 | Partager
Le manque de visibilité pénalise le marché
Les entreprises marocaines et étrangères orientées à l’achat

La part des entreprises marocaines dans les achats a progressé de 25%. Idem pour les institutionnels dont la part s’améliore de 6 points. Leurs interventions représentent 95% du volume global. En revanche, celles des OPCVM et entreprises étrangères baissent respectivement de 3 et 15 points

2012 aura résolument été une année morose pour la Bourse. Non seulement le marché a fortement corrigé (-15%), mais surtout il a été déserté par les investisseurs en raison d’un manque de visibilité sur l’avenir. Pour preuve, les volumes des échanges sur les deux marchés (de détail et de blocs) ressortent en forte baisse. Selon le rapport du CDVM sur les profils des investisseurs, ils baissent respectivement de 18 et 15% pour se fixer à 32,9 milliards de DH pour le marché central et 16,8 milliards de DH pour le compartiment de blocs. Ceci dit, l’analyse des comportements des boursicoteurs révèle que les entreprises marocaines et étrangères ainsi que les OPCVM ont bien profité des opportunités présentées par une Bourse installée dans un cycle baissier de fond. Ils se sont, pour la majorité, positionnées en tant qu’acheteurs particulièrement au cours du dernier trimestre 2012. Cependant, orientées à l’achat, leurs transactions ont accusé des baisses non négligeables. Quand les interventions des personnes morales marocaines et étrangères se replient de 5 et 9% respectivement à 17,6 et 5,3 milliards de DH, celles des OPCVM chutent de 30% à 7,7 milliards de DH. Régressions bien plus importantes pour les personnes physiques marocaines et étrangères. Leurs chiffes d’affaires sur le marché central se détériorent respectivement de 56% à 1,8 milliard de DH et de 70% à 57 millions de DH.
Justement ces catégories se sont particulièrement positionnées à la vente même si leurs transactions ont chuté en une année: -69% pour les personnes physiques marocaines, -58% pour les étrangères, -27% pour les OPCVM et -13% pour les entreprises étrangères. Seules les personnes morales marocaines parviennent à limiter la baisse de leurs transactions à la vente à 1%. A ce titre, leur part dans les achats a progressé de 25%. Idem pour les institutionnels dont la part s’améliore de 6 points. Leurs interventions représentent 95%  du volume global. En revanche, celles des OPCVM et entreprises étrangères baissent respectivement de 3 et 15 points 
Pour ce qui est du marché de blocs, ce sont les personnes morales étrangères qui ont été les plus actives sur l’achat. D’une année à l’autre, leurs transactions ont bondi de 100% à 1,7 milliard de DH. Progression plus contenue pour les OPCVM qui ont vu leurs achats augmenter de 5% à 2,2 milliards de DH. D’ailleurs, ces organismes se sont plus orientés à la vente avec un volume de 2,6 milliards de DH. Les entreprises marocaines, elles, sont également axées vers la vente avec un volume de 14 milliards de DH contre 12 milliards de DH de flux à l’achat.


M. A. B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc