×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie Internationale

Attractivité: Londres s’en sort haut la main

Par L'Economiste | Edition N°:3963 Le 07/02/2013 | Partager
Elle se positionne dans le peloton de tête avec 351 investissements
Les transactions intra- européennes se maintiennent
Chute des implantations créatrices d’emplois dans le monde

Source: KPMG - Paris-Ile de France Capitale économique

Les investissements internationaux (créateurs d’emplois et d’entités nouvelles) ont connu une baisse généralisée dans le monde en 2012 (-12%). Elle est plus marquée en Europe de l’Ouest (-16%)

Les investissements internationaux (créateurs d’emplois et d’entités nouvelles, voir Méthodologie) ont connu une baisse généralisée dans le monde en 2012 (-12%). Ce recul est plus marqué en Europe de l’Ouest (-16%). C’est là un des résultats du Global Cities Investment Monitor 2013, une étude de Paris-Ile de France Capitale Economique avec le cabinet KPMG, effectuée dans les 25 principales métropoles du monde en 2012. «L’incertitude qui règne sur l’état de la zone euro ou encore sur la croissance chinoise explique cette baisse des investissements internationaux», selon les propos de Jean-Luc Decornoy, président du directoire de KPMG.
D’après les experts, l’émergence rapide des grandes économies BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine) a bouleversé les équilibres économiques mondiaux en quelques années. Pour cela, la quatrième édition du Monitor s’adapte pour suivre ce nouveau rééquilibrage au profit de l’Asie Pacifique.
D’après le cumul des investissements entre 2008 et 2012, Paris a perdu du terrain par rapport à Londres (1er sur la période), Shanghai, Hong Kong, Moscou et Sao Paulo. Sur la seule année 2012, Londres se positionne dans le peloton de tête avec 351 investissements internationaux, suivi de Hong Kong (239), Shanghai (233) ou encore Sao Paulo (223). New York, Pékin, Moscou, Sydney et San Francisco viennent après avec des scores allant de 146 à 114 projets. Ces pays devancent Paris qui est nettement plus bas à 108.
Les nouvelles technologies de l’information et de la communication demeurent le moteur en Europe et dans le monde. Elle sont suivies par les services financiers et les services aux entreprises, qui connaissent même une nette croissance en Europe.
Ce continent demeure à la fois la première destination (35%) et est également la première source des investissements internationaux. C’est aussi la première source d’investissements sur tous les continents (59% en Amérique du Nord, 49% au Brésil (Sao Paulo) et 42% en Asie), marquant ainsi le poids de l’économie européenne dans le monde. Les investissements intra-européens (48%) se maintiennent mieux que les investissements internationaux à destination de l’Europe.
La région parisienne n’a attiré que 108 investissements internationaux entre le quatrième trimestre 2011 et septembre 2012. Ce qui la place au dixième rang des métropoles mondiales, alors qu’elle était encore sixième il y a un an. Néanmoins, Paris reste la première destination en Europe continentale (hors Russie). Elle est la seule métropole européenne dans le top 10 mondial avec Londres. La capitale française reste une destination privilégiée et attire des secteurs d’activité très diversifiés.

Méthodologie

 

La méthodologie du Monitor est rigoureuse. Il compte le nombre d’investissements réalisés ou projetés et rendus publics puis répertoriés dans la base mondiale du Financial Times (fDI Markets). Celle-ci compte plus de 132.000 projets d’investissements internationaux et 64.000 entreprises dans le monde. 
• Investissements internationaux dits «Greenfields»:
- Créateurs d’emplois et d’activités nouvelles
- Ne sont pas prises en compte: les fusions, acquisitions ou prises de participation dans des activités existantes, les privatisations et les alliances et les joint ventures.
• Période de l’étude:
- 4e trimestre 2011 – 1er, 2nd et 3e trimestres 2012
• 25 métropoles mondiales de l’échantillon:
Paris, Londres, Barcelone, Madrid, Moscou, Francfort, Amsterdam, Istambul, Mumbaï, Tokyo, Séoul, Shangaï, Hong Kong, Beijing, New York, San Francisco, Sao Paulo. Dont 8 nouvelles en 2012: Dusseldorf, Varsovie, Dublin, Bengalore, New Delhi, Sydney, Toronto et Abu Dhabi.

 

Fatim-Zahra TOHRY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc