×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Forum de Paris Casablanca Round 2013

Forum de Paris - Casablanca Round
Inégalités: La croissance juste un anti-inflammatoire

Par L'Economiste | Edition N°:3962 Le 06/02/2013 | Partager
Les gouvernements appelés à mettre en place des politiques équitables
Les progrès technologiques font grimper les inégalités

Les inégalités se creusent. Le quintile le plus riche de la population reçoit plus de 70% du revenu total alors que le quintile le plus pauvre ne reçoit que 2%

PRINTEMPS arabe, mouvement des indignés en Europe et aux Etats-Unis…ces dernières années ont été marquées par des troubles sociaux un peu partout dans le monde.
Ils expriment les inquiétudes face à la montée du chômage et un déficit de qualification qui ne permet pas aux jeunes d’intégrer le marché du travail, …et donc l’accroissement des inégalités. Un thème d’actualité chez les économistes qui commencent de plus en plus à lier les inégalités aux crises.  En fait, les gouvernements ne peuvent plus se contenter d’attendre que les retombées de la croissance économique profitent à toutes les catégories. Les données de différents organismes internationaux l’ont démontré, les inégalités ne font que freiner la croissance. Min Zhu, ancien vice-gouverneur de la Banque populaire de Chine et conseiller spécial auprès du Fonds monétaire international a affirmé lors du Forum économique mondial de Davos de 2011 que « la montée des inégalités constituait le péril mondial le plus grave ». L’OCDE est également préoccupée par la fracture sociale grandissante tout autant que des économistes du FMI. Pour ces derniers, l’égalité constitue un important facteur d’appui à une croissance durable.  Le récent rapport de l’Unicef sur l’Inégalité mondiale donne une photographie assez éloquente du phénomène: «les flagrantes asymétries dans la répartition du revenu sont importantes pour les personnes. En premier lieu, elles sont un signe d’injustice sociale. Quelle que soit la méthodologie, nous habitons sur une planète où, dans l’ensemble, le quintile le plus riche de la population reçoit plus de 70% du revenu total comparé au maigre 2% qui échoit au quintile le plus pauvre».
Dans les pays développés, des économistes soutiennent la thèse que la baisse du pouvoir d’achat des classes moyennes a été compensée par la montée de l’endettement encouragé par les Etats. Ce qui crée « une bulle en augmentant ainsi l’effet de levier du système financier ».
Dans les pays en développement où ce phénomène est important, la consommation se concentre au niveau des catégories de revenu supérieur. Ce qui se solde par une diminution de la taille de leur marché. Or la majorité des économies à revenu élevé ont élargi leurs marchés intérieurs au moyen de politiques garantissant l’accès aux actifs productifs ainsi qu’à l’infrastructure et aux services, visant la création d’emplois et valorisant le capital humain.
L’OCDE, qui dresse chaque année le profil des inégalités,  retient les progrès technologiques comme facteur qui fait grimper les inégalités. «Les avancées des technologies de l’information et des communications (TIC) sont souvent considérées comme favorables aux travailleurs qualifiés et, par conséquent, comme un facteur d’accroissement des inégalités», note l’organisation dans son rapport sur « les Inégalités croissantes de revenus dans les pays de l’OCDE ». Ce glissement de la main d’œuvre au profit des travailleurs qualifiés a ainsi impacté la distribution du revenu du travail. Les non qualifiés tombent dans le chômage ou bien leur salaire baisse.
A l’origine de problèmes sanitaires et sociaux importants, les inégalités génèrent l’instabilité politique. Elles peuvent même être à l’origine de violences et de terrorisme. «Les sociétés inégales tendent davantage à être déstabilisées ou renversées par des moyens inconstitutionnels ou violents, y compris la violence politiquement motivée et le terrorisme », souligne l’Unicef. L’organisation recommande la mise en place de politiques équitables. Celles-ci sont de nature à susciter l’adhésion politique des citoyens dans les systèmes démocratiques et contribuent à bâtir la stabilité sociale.

 

 

K. M.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc