×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Forum de Paris Casablanca Round 2013

«L’espace géographique ne se limite pas aux frontières»

Par L'Economiste | Edition N°:3962 Le 06/02/2013 | Partager

Albert Mallet, président-fondateur du Forum de Paris: «Nous appartenons à l’Afrique, au Maghreb, mais aussi à l’espace méditerranéen, porteur d’opportunités de progrès et de développement»

- L’Economiste: Le Forum de Paris-Casablanca Round traite cette année des opportunités de la crise. Existent-elles vraiment?
- Albert Mallet:
Les opportunités dépassent les frontières du Maroc, elles sont en Afrique et dans d’autres pays. Il faut un cadre de référence, c’est-à-dire des institutions étatiques transparentes, dynamiques et compétentes et un secteur privé téméraire, allant vers la conquête de nouveaux marchés. Il faut aussi prendre conscience que notre espace géographique ne se limite pas à nos frontières. Nous appartenons à l’Afrique, au Maghreb, mais aussi à l’espace méditerranéen, porteur d’opportunités de progrès et de développement.
- Le renouveau escompté du printemps arabe n’a pas eu lieu. Comment ces pays peuvent s’en sortir?
- Effectivement, le printemps arabe et sa déferlante en Tunisie et en Egypte, notamment, étaient porteurs d’un renouveau démocratique. Malheureusement, il n’en a rien été, cela a été le chaos et a permis à des groupes extrémistes de s’infiltrer dans les allées du pouvoir. L’expérience a toujours démontré que les coups de main violents n’ont jamais été porteurs de progrès et d’un espoir de démocratie. Souvent, ces extrémistes n’ont aucune compétence pour diriger un Etat, ni construire une paix sociale.

 

- L’aide militaire française au Mali est saluée par le monde, décriée par des Français. Jusqu’où peut aller l’interventionnisme?
- La France est intervenue au Mali, on ne peut ignorer les relations entre la France et l’Afrique sub-saharienne. Depuis des mois et des mois, des groupes terroristes détruisent, saccagent et oppriment les habitants du Mali. L’intervention s’est faite avec le soutien des forces maliennes et d’autres pays africains. On ne pourra pas laisser le Mali dans une situation déstabilisée. La France et ses alliés doivent contribuer à la réorganisation du pays, par des contributions financières, qui permettront sa reconstruction.


Propos recueillis par Bouchra SABIB

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc