×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Forum de Paris Casablanca Round 2013

Forum de Paris - Casablanca Round
Ce chaos qui laisse la raison désemparée
Par le Pr. Ali Benmakhlouf

Par L'Economiste | Edition N°:3962 Le 06/02/2013 | Partager

Une énième protestation contre Guatanamo, dont l’existence symbolise de chaos dans lequel est tombé le  droit 

OVIDE représente le chaos par une mer, devenue impraticable, et une terre, devenue inhabitable (Les Métamorphoses). Que ce soit sous la forme d’une rupture des régularités physiques ou de celle du lien social, le chaos nous met au défi d’affronter le réel informe, sans forme ni structure.
Les rationalités se définissent par rapport à une infraction ou à une irrégularité auxquelles elles cherchent à mettre fin.
Le chaos est une forme ou une structure qui se dissipe au moment où elle s’ébauche en raison de la vitesse infinie qui la parcourt. Le chaos n’est donc soumis ni à l’exigence de la référence, ni à l’épreuve des conséquences. Il apparaît et disparaît avec une absence de justification qui laisse la raison comme désemparée. Celle-ci n’aura de cesse de se définir contre lui. En théorie de l’information, le modèle physique de l’entropie (une dégradation inévitable de l’énergie utilisable) indique qu’une petite inexactitude dans la connaissance de l’état initial conduit rapidement, comme pour la météo, à l’impossibilité d’une prédiction fiable. Notre ignorance, considérée comme l’entropie du système, augmente alors d’une façon continue: on est vite dans une situation de chaos par méconnaissance des données initiales. En  droit international, l’opposition majeure entre le légal et l’illégal est brouillée. Cette confusion est littéralement une forme de chaos: un comportement peut être tout à fait légal d’un point de vue strictement juridique mais être en même temps inacceptable du fait qu’il contribue au réchauffement climatique ou à la destruction des ressources naturelles.
Aujourd’hui, des conflits opposent des normes appartenant à différents systèmes juridiques spécialisés: «La liberté de commerce protégée par le droit commercial s’oppose aux principes du droit de l’environnement; les normes de protection des investissements se heurtent aux normes de promotion du développement; les règles adoptées dans le cadre de la lutte contre le terrorisme entrent en conflit avec les libertés individuelles inscrites au cœur des droits de l’homme» (Martti Koskenniemi).
On peut citer bien d’autres exemples; prenons-en seulement deux:
-1) L’Organisation mondiale du Commerce dispose d’une instance internationale de protection qui veille aux libres échanges entre les Etats, mais l’Organisation internationale du Travail, qui devrait protéger les droits sociaux, reste en retard.
- 2) La Cour pénale internationale poursuit les tortionnaires politiques, mais n’engage pas de poursuites contre les multinationales qui contribuent, pour certaines d’entre elles, à la criminalité.
Le droit international vit selon des vitesses différentes avec des effets notoires d’incohérence que nous appelons «chaos».
Ce qui montre bien la limite des solutions techniques engagées par des experts pour résoudre  des problèmes politiques qui sont l’affaire de tous.

Parcours

 

HABITUÉ des colonnes de L’Economiste à travers de pertinentes chroniques philosophiques, le professeur Ali Benmakhlouf est une figure de la scène intellectuelle marocaine. Né à Fès, il vit et enseigne actuellement à l’Université de Paris Est Créteil Val de Marne et à Sciences Po Paris. Très connu pour ses livres consacrés à Averroés, Al-Farabi ou Montaigne, il est aussi spécialiste de la logique contemporaine et de ses fondateurs: Frege et Russel, auxquels il a consacré plusieurs études. Benmakhlouf participe régulièrement à l’organisation d’événements, notamment de colloques dans le cadre de la convention entre le Collège international de philosophie et la Fondation du roi Abdul Aziz pour les sciences humaines et les études islamiques. Ce grand nom de l’enseignement philosophique est également président du Comité consultatif de déontologie et d’éthique (CCDE-France) de l’Institut de recherche pour le développement et vice-président du Comité consultatif national d’éthique (CCNE-France). Très proche du groupe Eco-Médias, le professeur a participé à l’animation de Atlantic Radio, en partageant chaque semaine ses émotions philosophiques avec les auditeurs. Il codirige la collection «Débats philosophiques» chez Le Fennec, où ont été publiés sept titres. Il est aussi l’auteur de nombreux ouvrages sur le logicien allemand G. Frege, le logicien anglais B. Russell (du tribunal Russell) et le philosophe andalou Averroès

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc