×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

TangerMed
Le transbordement automobile, un nouveau métier

Par L'Economiste | Edition N°:3962 Le 06/02/2013 | Partager
560 véhicules en transit vers l’Afrique du sud via Tanger
Un nouveau métier qui s’annonce au Maroc
Le quai multi-utilisateurs traiterait jusqu’à 80.000unités en transbordement cette année

Premier transbordement pour le port TangerMed avec un bateau hors gabarit, le Hoegh Copenhagen, un des plus grands bateaux au monde pour ce type d’opération, d’une capacité totale de 7.500 véhicules. L’opération a consisté dans le chargement, avec la plus grande précaution, de 560 véhicules de marque Nissan (montés à Barcelone) destinés au marché sud-africain

C’EST une nouvelle ère qui s’ouvre pour le port TangerMed avec le transbordement des véhicules. Lundi dernier, le complexe portuaire assistait à la première opération de transbordement de véhicules au sein de son terminal à véhicules géré par GSTM du groupe STVA.
L’opération a consisté dans le chargement de 560 unités de marque Nissan destinées au marché sud-africain. Les véhicules ont été montés à l’usine de Nissan à Barcelone et sont arrivés le 24 janvier dernier via le port de cette ville espagnole à bord d’un des bateaux de la compagnie maritime spécialisée Hoegh Autoliners. Lundi, ils ont été chargés dans un autre bateau, le Hoegh Copenhagen, l’un des plus grands bateaux du genre au monde. Le transbordement a démarré tôt le matin et devait durer toute la journée. «L’essentiel pour cette première opération n’est pas de faire vite mais de faire bien» assure Rachid El Jabbar directeur de GSTM. En effet, la vitesse de chargement de tels véhicules peut atteindre les 120 à 150 par heure. Une opération menée par des conducteurs spécialisées, appelés dans le jargon des transporteurs de véhicules des «jockeys». Première opération, mais aussi nature des véhicules, à ‘conduite à droite’ ce qui oblige à prendre des précautions même si les ‘jockeys’ sont formés pour conduire tout type de véhicules. Ils sont plus d’une centaine à travailler pour GSTM, dont une dizaine d’intérimaires amenés pour l’occasion. Ces derniers rentrent les véhicules par vagues de cinq à six et puis sont ramenés par un fourgon pour ceux sur le quai pour une nouvelle vague. Les opérateurs doivent aussi s’assurer de l’immobilisation du véhicule, c’est l’opération de ‘saisissage’. Elle est effectuée via des haubans et des câbles prévus à cet effet, dans les ferrys en cas de forte houle. Le jockey doit s’assurer de laisser le véhicule dans un état impeccable, sans taches, siège conducteur ramené à l’arrière et clé de contact dans la position off.
GSTM compte dans un avenir proche, augmenter le nombre de jockeys de 100 à 200 en prévision de l’augmentation du nombre de véhicules en transbordement. Pour le quai multi-utilisateurs, GSTM table sur un volume de 80.000 unités en transbordement toutes marques confondues. Le quai devrait aussi être utilisé pour les opérations d’import avec une capacité prévue par GSTM de 40.000 véhicules.
Le port de TangerMed se trouve de par sa position, idéalement placé au beau milieu d’une des lignes les plus importantes de Hoegh Autoliners, le transporteur maritime, la ligne Europe Afrique Australie. Celle-ci dessert le nord de l’Europe, celle du Sud en plus de la côte atlantique de l’Afrique et l’Australie. Elle est desservie par 4 bateaux mensuels, mais le géant norvégien du secteur entend mettre un cinquième bateau sur la ligne. Hoegh ne dispose pas encore de plate-forme de transbordement dans cette partie du continent et réfléchit sérieusement à utiliser le nord du Maroc pour cette fin, selon l’un de leurs responsables, venu à l’occasion à Tanger. A noter que le transbordement et l’import-export de véhicules est devenu un métier à part entière pour le complexe portuaire TangerMed.
Cette activité a démarré en 2012 avec l’inauguration du terminal à véhicules de TangerMed. Lors de ce premier exercice, ce sont près de 81.000 unités qui ont transité par ce terminal. L’essentiel est du aux exports de l’Usine de Renault de Tanger qui y trouve l’un des plus importants débouchés pour écouler sa production de véhicules Lodgy et Dokker vers les marchés européens.

Première bougie

 

C’est le 9 février que le terminal à véhicules du port de TangerMed a entamé ses activités. Il est doté de deux postes à quai pouvant accueillir des navires dédiés de dernière génération d’une longueur de 240 mètres. La capacité totale est d’un million de véhicules par an. Le terminal à véhicules est destiné aux activités d’exportation, d’importation ou même de transbordement de véhicules. Le terminal en entier s’étend sur une superficie de 18,5 hectares de terre-pleins, un premier lot d’une superficie totale de 13,5 hectares a déjà été concédé pour une durée de 30 ans à Renault. Cette concession permettra l’exploitation logistique pour l’export des 400.000 véhicules pouvant être produits au sein de l’usine Renault basée à Melloussa. Un deuxième quai de 5,5 hectares est celui utilisé par GSTM selon un contrat de sous-traitance signé en 2012.

 

Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    mareacti[email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc