×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

Un autre profit warning pour Med Paper

Par L'Economiste | Edition N°:3959 Le 01/02/2013 | Partager
Le deuxième en deux ans
La filiale de CDG Développement table sur des résultats annuels déficitaires
L’augmentation des importations et de l’énergie impacte ses coûts

(Source: Six Financial Information)  
Peu liquide, Med Paper est inscrite dans un trend baissier depuis le début d’année. L’action essuie une baisse de plus de 13% à 25,90 DH. Elle est loin de son niveau du 31 janvier 2012 (45,5 DH)

Les années se suivent et se ressemblent pour Med Paper. La filiale de CDG Développement publie pour le second exercice consécutif une alerte sur ses agrégats financiers. «Bien que nettement meilleures que ceux de l’an dernier, les prévisions de résultats pour l’exercice 2012 devraient être légèrement déficitaires», avance-t-on auprès de la société. Ainsi, «le résultat d’exploitation marquera une nette progression, quant au résultat financier, il restera déficitaire, mais connaîtra une légère amélioration». Cette situation s’explique, selon Med Paper, par une série de perturbations ayant impacté le marché du papier au cours de l’année. A commencer par les importations. Principalement en provenance de l’Union européenne, «elles n’ont pas cessé d’inonder le marché et leurs tarifs sont presque équivalents au coût d’achat de la matière première dans notre industrie», soutient-on auprès de la société. A cela s’ajoute «la cherté de l’énergie, notamment avec la dernière hausse du prix du fuel, qui n’a fait qu’augmenter le coût de revient du produit local». Pour tenter de redresser cette situation, le management de Med Paper a, depuis le début de 2012, pris des mesures de défense commerciale dont l’objet est d’initier et conclure la mise en place d’un droit anti-dumping sur les importations. Il a ensuite augmenté la part de la production à base du vieux papier et de l’emballage, étant donné qu’il considère que «les perspectives du marché sont très porteuses». Sans oublier la politique de maîtrise des coûts déjà entamée depuis l’exercice précédent. Dans ce contexte, la société maintient ses perspectives de croissance rentable comme en 2011 où elle s’était basée sur une nouvelle politique commerciale consistant en la diversification des produits et l’augmentation des ventes de papier transformé à plus de valeur ajoutée, au détriment de la vente de papier en bobine. Une stratégie qui, semble-t-il, n’a pas totalement porté ses fruits. En effet, en 2011, le chiffre d’affaires du spécialiste du papier s’était replié de 6%, mais son résultat net s’était légèrement amélioré tout en restant déficitaire à plus de 23 millions de DH.  Pour 2013, le management a élaboré un budget prévisionnel prévoyant une amélioration du résultat net ainsi que des ratios et «reste confiant dans la solidité de ses fondamentaux».  Côté bourse, la société fait partie des valeurs les moins liquides de la place étant donné son faible flottant. A peine plus de 6% de son capital est détenu par les boursicoteurs. De plus, la société n’a pas distribué de dividendes depuis 2002.
M. A. B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc