×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Courrier des Lecteurs

    Par L'Economiste | Edition N°:3721 Le 16/02/2012 | Partager

    Le Maroc sur la carte mondiale de l’automobile

    Usine Renault: bravo! 
    L’usine de Renault est un très bon projet. Bravo! Si l’on pouvait avoir  d’autres projets de ce genre, on pourrait faire travailler nos jeunes et donner un coup d’accélérateur à l’économie nationale. Le travail pour les jeunes est la solution à presque tous nos problèmes.
    B. G.

     Et les prix? 
    Certes, le Maroc est sur la carte mondiale de l’automobile... mais reste à savoir si les citoyens marocains auront une réduction préférentielle qui leur permettra de changer leurs vieux véhicules ... Il faudrait favoriser les Marocains pour qu’ils puissent contribuer à renouveler le parc automobile national et surtout lutter contre la pollution. 
    A. G.

     

    L’affaire de l’insuline suscite la polémique

    Préserver la qualité
    Je pense que ces pratiques sont monnaie courante dans tous les secteurs, mais cette casse des prix ne devrait pas influencer la qualité du produit surtout qu’il s’agit d’un produit dont dépend la vie de millions de Marocains diabétiques! Par ailleurs, je pense que tant que cette concurrence (même si elle est un peu truquée) est dans l’intérêt du consommateur, l’Etat ne devrait pas intervenir! Ce dernier doit par contre s’impliquer dans le vrai chantier à ouvrir qui est celui des prix de l’insuline dans les pharmacies, car ce produit est très cher et s’avère dans la plupart des cas hors de la portée du diabétique, dont le revenu est faible.
    F. A.

    Circulation des médicaments
    Ce que vivent les Casablancais est horrible! Je ne suis pas spécialiste, mais je pense qu’il faut démolir certains vieux quartiers qui se trouvent dans le centre de la ville pour élargir les boulevards et faciliter la circulation des médicaments!
    S. A.

     

    Le scandale des prothèses mammaires pip gagne le Maroc

    Loi du commerce!
    Il faut faire la différence entre un problème de bourgeois et le problème de patientes atteintes de cancer.
    La sécurité sociale doit rembourser gratuitement les femmes ayant eu un cancer de sein mais pas celles qui le font dans un souci d’esthétique. Il n’y pas lieu donc d’en faire une affaire ..! PIP était le produit au meilleur prix et je comprends que les médecins l’aient choisi.
    C’est la loi du commerce, on prend toujours ce qui est à meilleur marché et à l’époque on ne savait que ces prothèses étaient dangereuses pour la santé. 
    M. M.

    Droit à l’information
    A mon avis, les femmes qui ont subi une chirurgie mammaire doivent être informées par leurs médecins. Celles-ci ne sont pas censées savoir quel type d’implants le chirurgien a utilisé. 
    Mais je ne pense pas que les médecins seront honnêtes vis-à-vis de ce problème ayant peur de perdre des clients et d’entacher leur réputation. Alors qu’ils ne sont pas fautifs: personne ne connaissait, jusqu’au scandale, les effets secondaires de ces seins en silicone.
    M. B.

     

     Zoo de Rabat: Stationnement difficile
    Le nouveau Parc zoologique international de Rabat est merveilleux et répond parfaitement aux normes internationales en la matière. Malheureusement, les citoyens ont beaucoup d’efforts à faire pour préserver ce bijou (jets de déchets par terre et au niveau des rivières, lancement d’aliments aux animaux, stationnement anarchique,….). C’est incroyable le comportement des citoyens qui n’hésitent pas à stationner sur les passages piétons, dans les espaces réservés aux personnes handicapées, etc. Ils bafouent les droits des piétons en stationnant leurs véhicules au niveau des passages qui leur sont dédiés. Comment les poussettes pour bébés et chaises roulantes peuvent-elles passer dans ces conditions? Réponse: en empruntant les aires de circulation, déjà envahies par des véhicules stationnés de manière anarchique (sur les trottoirs, aux abords des trottoirs, …)!
    M. G.

    Droits de l’Homme: Où en est-on?
    Où en est-on concrètement dans leur application? Nulle part. La police continue à matraquer les manifestants dans l’indifférence totale. De leur côté, et malgré toute leur bonne volonté, les ONG demeurent impuissantes. 
    S. A.
     On ne connaît pas les droits de l’homme
    On ne connaît pas vraiment les droits de l’homme. C`est quand j’ai quitté le pays pour continuer mes études à l’étranger que j’ai vraiment compris ce que cela voulait dire. Ma génération au Maroc avait peur de l’instituteur à l’école, de la police, des gendarmes, des politiciens, du moqqadem, etc. Aujourd’hui, c’est cette même génération qui dirige le pays. Je pensais qu’elle ne voudrait pas faire vivre cette expérience aux jeunes générations. Mais ce n’est pas le cas. Attention au retour de boomerang. 
    A. F.

    «Chabakouni», les abus continuent
    Ce ne sont pas les jeunes qui menacent notre pays mais plutôt les agents d’autorité, surtout les fameux «chabakouni», qui usent et abusent de leur autorité. Dernièrement, j’ai assisté à une scène ahurissante : un petit cireur de chaussures qui s’était fait rafler par des «chabakouni» (forces auxilliaires) sous prétexte qu’il travaillait dans l’illégalité. Ces derniers l’ont obligé à cirer gratuitement 15 paires de chaussures et en plus ils lui ont taxé 20 DH, sa maigre recette.
    C’est une honte. Il faut dénoncer ce genre de pratique, j’espère que le nouveau gouvernement va s’atteler à traiter aussi ce problème.
    B. J.

    Casablanca: Mauvaise gestion 
    Au lendemain de l’Indépendance, Casablanca était taillée pour recevoir au plus deux millions d’habitants. A mesure que son économie s’est développée, la ville a grossi pour atteindre des proportions gigantesques. Seulement, les élus et les différents responsables qui ont géré cette métropole n’ont fait preuve d’aucune vision. Ils étaient plus préoccupés à se remplir les poches, à raser des forêts et des zones agricoles pour spéculer sur l’immobilier. Aujourd’hui, on essaie de rattraper les erreurs, mais cela va être difficile tellement la ville est complètement désorganisée. Il nous faut un vrai plan urbain. Si nos responsables locaux n’en sont pas capables, ils devraient faire appel à des spécialistes étrangers. Au point où on en est avec toutes les gestions déléguées, il vaut mieux reconnaître l’incapacité de nos élus à réorganiser cette ville. Casablana ne peut s’en sortir qu’avec un changement de mode de gouvernance qui inclut objectifs définis, traçabilité à toute épreuve avec sanction à la clef.
    A. A.

     Casablanca métropole invivable!
    La capitale économique du Maroc est devenue invivable et insécurisée au possible. Tout d’abord, sa circulation empire de jour en jour, et les habitants de la ville en subissent quotidiennement les conséquences. En me rendant au travail, je me retrouve souvent coincé dans des embouteillages monstres qui n’en finissent plus. En fait, chaque trajet, quels que soient le lieu et l’heure, est devenu pénible pour les automobilistes casablancais. De plus, je ne suis pas sûr que le tramway arrangera les choses à ce niveau… Encore faut-il que les Casablancais l’adoptent. Or, avec un ticket aussi coûteux (comparé à celui du bus par exemple), je doute qu’il fonctionnera, sans oublier que Casablanca n’est pas à mettre au même niveau que Rabat côté sécurité. 
    K. A.

    Taza: Vite des mesures!
    Une solution rapide c’est de créer des centres de call-center dans cette ville en encourageant  les investisseurs à s’y installer. L’autre consiste à développer le tourisme d’autant plus que la région regorge de sites magnifiques.
    M. C.

    Une seule femme au gouvernement: recul !
    Il est ahurissant de voir qu’il y a une seule femme au pouvoir au Maroc, et de trouver cela normal qui plus est. Alors que les gens avancent, nous, on revient en arrière, et cela ne semble pas déranger outre mesure. Et quelle femme! Une misogyne pour s’occuper du ministère du Développement social, de la famille et de la solidarité.
    Ça frise le ridicule! J’espère que les dégâts seront limités, parce que je crains le pire de la part d’une femme qui ose comparer Mawazine à un festival de la pornographie.
    R. A.
    Agriculture: Les prières, pas suffisant 
    Comme vous le savez, l’agriculture représente un secteur économique de poids dans notre pays et dépend, comme vous le savez, énormément des ressources en eau. Aussi, il est à mon sens tout à fait aberrant que ces réserves en eau reposent en grande partie sur des prières rogatoires. A l’heure où le Maroc a pris un tournant important vers le progrès et la modernité, je pense qu’il est grand temps pour le gouvernement de tabler sur de véritables plans d’approvisionnement en eau. Par exemple, le pays pourrait réaliser des échanges avec d’autres  nations plus généreusement favorisées par cette ressource précieuse.   Il faut aussi accélérer les projets de dessalement de l’eau de mer. On en parle depuis des années, mais rien n’a encore été concrètement mené à terme.
    B. F.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc