×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Politique Internationale

    Syrie: Les observateurs sur le terrain

    Par L'Economiste | Edition N°:3684 Le 23/12/2011 | Partager
    Ils doivent surveiller notamment l’arrêt de la violence
    Le Maroc décide l’envoi d’une délégation de haut niveau

    Nabil Al-Arabi, le SG de la Ligue arabe, a appelé à protéger d’abord les civils. Le gouvernement syrien doit aussi assumer ses responsabilités. Rappelons que le plan arabe de sortie de crise dans ce pays propose une ligne directive: cesser tous les actes de violence, libérer les prisonniers et évacuer le pays de toute force militaire.
    Sur le terrain, les militants appellent à manifester ce vendredi. Pour leur part, les premiers observateurs de la Ligue arabe étaient attendus, jeudi 22 décembre, en Syrie. Objectif: établir les conditions dans lesquelles leur mission pourra mettre fin aux violences. Ces observateurs arrivent au lendemain de l’appel de l’opposition syrienne à une réunion d’urgence de la Ligue arabe et du Conseil de sécurité. Ces observateurs seront des experts civils et militaires arabes choisis par des pays ou des organisations arabes. Leur tâche consistera à surveiller l’arrêt de la violence et à s’assurer de la libération des détenus arrêtés au moment de la crise actuelle. Les observateurs devront être libres de communiquer avec quiconque, en coordination avec le gouvernement syrien.
    Les autorités syriennes accueillent cette mission avec confiance. D’autant plus qu’elles estiment avoir obtenu des améliorations par rapport au protocole initial. Ce dernier ne prenait pas en compte la sécurité nationale du pays.
    Les réactions internationales se multiplient. La France attend un progrès déterminant de la réunion sur la Syrie, jeudi 22 décembre, entre les membres du Conseil de sécurité de l’ONU à New York.
    De leur côté, les ministres des Affaires étrangères des pays de la Ligue arabe ont proposé l’envoi de 500 observateurs appartenant à des organisations arabes des droits de l’homme, de médias et d’observateurs militaires en Syrie. Le Maroc n’est pas en reste puisqu’il a été décidé d’envoyer une délégation de haut niveau en Syrie pour participer à la mission d’observateurs de la Ligue arabe. En force, la délégation marocaine est composée, entre autres, de l’ambassadeur de SM le Roi à Nouakchott, Abderrahmane Benomar, en tant que coordinateur, de juristes et d’experts militaires et sécuritaires, indique le ministère des Affaires étrangers et de la coopération. La délégation marocaine se rendra la semaine prochaine en Syrie pour une durée déterminée et dans le cadre d’une mission bien définie.

    F. Z. T. avec AFP

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc