×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Politique

    Les engagements des «ministrables» du PJD

    Par L'Economiste | Edition N°:3684 Le 23/12/2011 | Partager
    Refus des cadeaux contre service rendu
    Copie de la déclaration du patrimoine au SG du parti
    Les ministres devront verser 20% de leur salaire au parti

    Parallèlement à la formation du gouvernement, les membres du PJD s’activent sur plusieurs dossiers: programme gouvernemental, amendements de la loi de Finance. On reconnait (de gauche à droite) Saâdeddine El Othmani, Abdellah Baha, Abdelilah Benkirane, Abdelkader Amara, Lahcen Daoudi, Réda Benkhaldoun, Jamaâ El Moâtassim

    Les consultations pour la formation du gouvernement sont entrées dans une phase ralentie. Elles sont suspendues à la validation de l’organigramme du prochain gouvernement par le Souverain. Il en est de même de la répartition des portefeuilles et de la liste des ministrables. L’explication avancée tient à l’Agenda royal très chargé.
    Mais cela n’empêche pas le PJD de préparer en parallèle ses dossiers. Ainsi, une équipe formée des quatre partis politiques de la majorité élabore actuellement le programme commun qui constituera l’ossature de la déclaration de politique générale. Une autre se penche sur les amendements de la loi de Finances pour 2012. Dans le sillage des critères pour les postes politiques, le Conseil national du PJD a mis en place la Charte du ministrable. Celle-ci comprend 17 engagements répartis en trois types (gouvernementaux, personnels et partisans).
    Concernant l’activité au sein du gouvernement, le candidat s’engage à respecter la Charte d’honneur de la majorité signée par les quatre chefs de partis et le programme gouvernemental. La gestion du secteur qui lui sera confié doit être rationnelle comme il doit respecter les décisions et les recommandations du Chef du gouvernement. La Charte du PJD impose aux ministres de consulter régulièrement le Chef du gouvernement et de répondre présent aux réunions qui les concernent. Autre engagement, la déclaration de patrimoine selon les dispositions réglementaires. Les ministrables s’engagent à fournir une copie de la déclaration de patrimoine au Secrétariat général du PJD.
    Le document, signé par le président du Conseil national du parti, présidé par Saâdeddine Othmani, prévoit également des engagements d’ordre personnels. Ainsi, le ministre fera un bon usage des prérogatives et du pouvoir dont il est investi pour l’intérêt général et non pour des raisons personnelles ou partisanes. Le ministre doit respecter le principe de l’égalité des chances sans distinctions politique, partisane ou familiale. Comme il doit refuser les récompenses, les cadeaux ou les dons en argent ou en nature en contrepartie d’un service rendu. Il ne doit pas en profiter pour réaliser des affaires personnelles. Il doit aussi s’abstenir de participer à une transaction, un achat ou un marché qui implique un membre de la famille ou ses associés.
    Les engagements partisans ne sont pas en reste. Le ministre doit adresser au Secrétariat général du parti, un rapport annuel sur la gestion de son secteur et participer à la présentation du travail de l’équipe gouvernementale devant le Conseil national. Le ministre s’engage à verser mensuellement 20% de son salaire dans les caisses du parti.

    Mohamed CHAOUI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc