×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    Assurances: Superperformance des pays émergents

    Par L'Economiste | Edition N°:3684 Le 23/12/2011 | Partager
    Croissance de plus de 11% des primes depuis dix ans
    Une aubaine pour les assureurs internationaux

    Le secteur des assurances dans les pays émergents est en plein essor. En effet, selon la dernière publication Sigma de Swiss Re parue le 20 décembre, les primes d’assurance y ont augmenté de près de 11% par an en termes réels depuis les dix dernières années, contre seulement 1,3% pour les pays industrialisés. Une tendance qui devrait se poursuivre durant la prochaine décennie et qui attire bon nombre d’assureurs sur le plan international, qui sont à la recherche d’une croissance continue et rentable notamment. Par ailleurs, les régions qui ont enregistré les plus forts taux de croissance en termes de primes au niveau des pays émergents sont l’Asie et l’Amérique latine, même si les pays industrialisés demeurent encore à ce jour les premiers distributeurs du secteur, générant près de 120 milliards de dollars de primes supplémentaires contre 109 pour les pays émergents. Les pays émergents enregistrent néanmoins une croissance plus rapide.
    Cette superperformance des pays émergents s’explique par différents facteurs. Tout d’abord, leur environnement économique est devenu plus sain et a présenté une importante baisse de l’inflation qui a pu entraîner une telle croissance. Par ailleurs, des mesures réglementaires ont été instaurées et l’intervention de l’Etat a été largement réduite dans ces régions, ce qui a permis de développer une concurrence plus équilibrée. La diversification des canaux de distribution et l’innovation des produits, tels que la microassurance et le takaful (système d’assurance islamique), ont également beaucoup contribué à cette progression de grande envergure. De plus, la bancassurance, mode de distribution d’assurance vie, s’est considérablement développée depuis une décennie au sein de ces pays. Ainsi, en Inde, elle représenterait pas moins de 22% des affaires nouvelles pour les acteurs du secteur privé en 2010.
    Mais, malgré une croissance de taille, le secteur des assurances ne parvient pas à garantir une rentabilité durable dans les pays émergents. Ainsi, sur un échantillon de 174 assureurs vie basés en Asie et en Amérique latine, près de 46% n’ont pas affiché de bénéfices constants entre 2006 et 2009, et seulement 20% d’entre eux ont atteint la barre des 10% de marges bénéficiaires. Cet essoufflement à long terme de la rentabilité pourrait s’expliquer par la faiblesse des taux d’intérêts dans ces régions.Des perspectives plus favorables sont cependant attendues d’ici 2021, où les pays émergents représenteront près de la moitié de la croissance de l’économie mondiale. De plus, la croissance des primes des assurances non-vie sera deux fois plus importante que dans les pays industrialisés.

     

    Des solutions pour une rentabilité durable


    Afin de faire face au manque de rentabilité à long terme, il est préférable de mettre en place un large réseau de distribution, en s’associant par exemple avec d’importants conglomérats financiers. Une meilleure connaissance du marché local ainsi que la réalisation d’économies d’échelles s’avèrent également être des moyens efficaces pour accroître la productivité à long terme. La situation est plus complexe dans le secteur non-vie, les structures de participation des différents assureurs présentant souvent trop de similitudes.


    Karim AGOUMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc