×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Contreplaqué
Un bouclier antidumping contre la Chine

Par L'Economiste | Edition N°:3678 Le 15/12/2011 | Partager
Le ministère du Commerce extérieur livre son rapport
Des importations soumises à un droit provisoire de 25%
L’empire du Milieu boude, la diplomatie marocaine réagit

Le contreplaqué importé de Chine a été provisoirement soumis à des mesures antidumping. Un complément d’enquête se fera durant 2012 avec éventuellement la tenue d’une audition publique des importateurs et Cema Bois de l’Atlas

Au bout du fil, un grand soulagement. Ali Fassi-Fihri, directeur général de CEMA Bois de l’Atlas est comblé par cette première victoire. L’enquête initiée par la filiale du groupe Amrani en mars 2011, a abouti temporairement à un résultat en sa faveur.
En effet, le ministère du Commerce extérieur vient de livrer son rapport préliminaire (L’Economiste du 14 décembre 2011). Il a été décidé d’instaurer un droit antidumping provisoire de 25% à l’importation. Celui-ci vise principalement le contreplaqué provenant de Chine. Le produit ciblé est «le bois contreplaqué constitué exclusivement de feuilles de bois d’une épaisseur inférieure à 6 mm en Okoumé ou en bois divers…».
Ce détail technique prime pour déterminer l’existence du dumping ; du dommage important subi par l’opérateur CEMA Bois de l’Atlas et établir finalement le lien de causalité entre le dumping et le dommage. Ce sont là les points capitaux que les enquêteurs du Commerce extérieur ont suivis à la lettre pour établir leur constat.
Et ceci conformément à la procédure fixée par l’Accord antidumping ratifié par le Maroc. «La marge de dumping établie au cours de l’enquête est de 27,74%», selon l’avis public 06/11 (www.maroc-trade.gov.ma).
Première embûche, producteurs et/ou exportateurs n’ont pas fourni de réponses au questionnaire d’enquête. Or la marge de dumping est établie sur la base de 2 éléments: valeur nominale et prix à l’exportation. Le département de Abdellatif Mazouz a eu recours aux listes des prix des revendeurs de contreplaqué sur le marché chinois. Les prix de vente retenus pour fixer la valeur normale sont en détail. Le ministère les a ajustés et convertis en dollars pour «les rendre au stade sortie usine».
Sur ce coup là, la coopération ministérielle s’est révélée exemplaire. Puisque la diplomatie marocaine a livré la si précieuse liste. L’ambassade du Royaume à Pékin est qualifiée par le rapport d’enquête comme «une source neutre». Celle-ci n’est évidemment ni importateur ni producteur.
Quant aux prix à l’exportation, les données fournies par les importateurs ayant collaboré à l’enquête ont été tout aussi précieuses. Robelbois, Ismawood, Gadimat, Manorbois et Socoreg ont communiqué ainsi sur leurs transactions d’importation. Ces 5 opérateurs réalisent 12,4% des importations de contreplaqué provenant de Chine ». En 2010, nos importations de contreplaqué s’élèvent à 13.887 m3, soit 119% de croissance en un an.
CEMA Bois de l’Atlas, elle, assure 90% de la production locale. Ce pourcentage lui confère la légitimité de revendiquer le statut de «branche de production nationale». Statut sans lequel sa requête aurait pu être rejetée. Deux autres producteurs ont été identifiés par les enquêteurs ministériels. Wood Parket à Meknès et SidBois à El Hajeb. Curieusement, ils ne se sont pas manifestés: «ni pour coopérer à la procédure, ni pour s’y opposer».
La progression fulgurante des importations du contreplaqué chinois est l’un des éléments clés. Elle démontre «l’existence d’un dommage important». Notons que l’enquête a établi une similitude entre le produit importé et celui fabriqué localement.
«Les prix anormalement bas des importations» ont obligé le producteur national à baisser ses prix. A tel point, qu’en «2009 et 2010, les ventes ont été en moyenne inférieures aux coûts de production» Une vente à perte en somme.
Deux années terribles pour Cema bois de l’Atlas. «Ses indicateurs de performance se sont détériorés: production, capacité de production, stocks, volume des ventes, part de marché, investissements, rentabilité…», selon le rapport d’enquête. L’importance de la marge de dumping (27,74%) a été relevée également. Conclusion? «L’industrie nationale a subi un dommage important». Sachant que les importations de contreplaqué venues d’autres pays que la Chine n’ont pas pesé dans la balance. Même les exportations du producteur local, «n’ont pas été retenues comme une cause déterminante du dommage».
Où réside alors le principe de cause à effet? Le lien entre prix en dumping ; percée chinoise foudroyante dans le marché local; ventes à perte et indicateurs financiers esquintés qui le démontrent. La commission consultative est convaincue de l’existence d’un dumping. Plusieurs ministères y siègent: Finances, Commerce extérieur, Industrie… Ses réunions du 15 novembre et du 1er décembre aboutissent à la validation du rapport d’enquête. Sauf que ce feuilleton n’est pas fini. Le ministère du Commerce extérieur attend des remarques, commentaires ou d’autres informations des parties prenantes. Ils ont au plus tard 15 jours ouvrables à compter de la publication du rapport. Il a été mis en ligne mardi 14 décembre.

Faiçal FAQUIHI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc