×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Agrumes: 1,8 million de tonnes à récolter

Par L'Economiste | Edition N°:3627 Le 30/09/2011 | Partager
Les petits fruits dépassent la barre de 760.000 tonnes
Mais pas encore de prévisions d’exportation

La production de la clémentine se distingue par un retard de maturité dans le Souss. Mais l’état sanitaire du verger agrumicole est jugé satisfaisant dans l’ensemble

C’est parti pour la nouvelle campagne agrumicole. Le démarrage des exportations est prévu pour la première décade de ce mois d’octobre. Pour le moment, il est encore prématuré d’anticiper le volume prévisionnel à l’export, mais l’interprofession devrait dès cette semaine procéder à l’évaluation de la part exportable.
En attendant, les premières estimations établies par le département de l’Agriculture tablent sur une production globale d’environ 1,8 million de tonnes en hausse de 6% par rapport à la campagne 2009/2010. Celle-ci ayant enregistré une production de l’ordre de 1,7 million de tonnes. Selon la tutelle, l’amélioration de la production s’explique par les conditions climatiques favorables qui ont sévi durant les périodes de floraison et de formation des fruits. Sauf pour la région du Tadla où l’alternance de basses températures et de vagues de chaleur ont entraîné la chute des fruits.
La pluviométrie enregistrée cette année a été aussi abondante que bien répartie. Ce qui a impacté de manière positive les réserves d’eau tant au niveau des barrages que de la nappe phréatique. Du coup, les irrigations ont été apportées sans aucune interruption. Ce qui a favorisé le développement du profil du calibrage des fruits. Autre élément qui explique la hausse de la récolte tient à l’entrée en production de 1.200 ha de nouvelles plantations, soit 1,5% en termes de superficie. En effet, la production qui s’annonce est issue d’une superficie de 81.400 ha, dégageant ainsi un rendement moyen de 22,9 tonnes/ha, lui-même en amélioration de 5,1% par rapport à la dernière saison.
Par groupe de variétés, les oranges représentent 52,3% de la production, soit 975.700 tonnes. Ce groupe reste dominé par la variété Maroc late qui accapare 44% du volume, soit 469.200 tonnes. Elle est suivie par la navel (375.200 tonnes) avec une part de 35,2%. Le reste est constitué des sanguines et autres agrumes.
Quant à la production des petits fruits, elle s’élève à 763.800 tonnes représentant ainsi près de 41% de la récolte totale. Ce groupe, qui s’érige désormais en fer de lance des exportations agrumicoles, est aussi dominé par la variété clémentine qui se taille 66,6% de la production des petits fruits (508.900 tonnes). La variété Nour vient en 2e position avec 95.000 tonnes. Elle est suivie par la Nuless (84.500 tonnes) et Afourar (43.200 tonnes). Le reste est constitué par la Nova, les mandarines et divers petits fruits.
A noter aussi que les rendements atteints par le groupe des petits fruits dépassent largement la moyenne constatée pour les agrumes toutes variétés confondues.
A titre d’exemple, les nouvelles variétés comme Afourar, la Nova et la Nuless ont réalisé des rendements variant entre 24 et 30,8 tonnes/ha comme moyenne. Mais la clémentine n’est pas en reste. Sa productivité a atteint 24,1 tonnes/ha en moyenne. La répartition par région de production fait ressortir l’importance du Souss qui représente près de 40% de la récolte toutes variétés confondues. En volume, la part de cette région s’établit à 744.100 tonnes pour une superficie de 33.700 ha. D’où un rendement sensiblement identique à la moyenne nationale, soit 22,1 tonnes/ha. Il faut dire que le Souss compte une superficie non négligeable de nouvelles plantations qui n’ont pas encore atteint l’âge de pleine production. Après des années successives d’inondations, le Gharb a retrouvé son régime normal. Cette campagne, la région occupe le 2e rang en termes de production: 335.800 tonnes. En revanche, le Tadla a perdu 15% de récolte par rapport à la saison précédente. Sa production est estimée à 272.200 tonnes. Parallèlement, l’Oriental dont la production devrait se situer à 269.000 tonnes a réalisé un rendement inférieur à la moyenne nationale, soit 21,4 tonnes/ha. Quant aux périmètres du Haouz et du Loukkos, ils participent respectivement pour 140.500 et 35.000 tonnes.

A. G.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc