×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Campagne agricole
Les assurances de Akhannouch

Par L'Economiste | Edition N°:3623 Le 26/09/2011 | Partager
Approvisionnement, irrigation, régime d’assurance,…
Plus de 200 millions de DH mobilisés

LA campagne agricole 2011/2012 est lancée. Aziz Akhannouch qui en a lancé le démarrage, samedi dernier, a convié, à Fès, des agriculteurs de différentes régions (plus de 600 personnes). Le ministre de l’Agriculture et de la Pêche maritime leur a présenté les mesures prises pour leur assurer une bonne campagne.
«Pas de crainte au sujet des ressources en eau», rassurera, d’entrée de jeu, le ministre. Selon lui, les barrages ont enregistré un taux de remplissage de 84% à fin juillet 2011. En dehors de ces réserves, les mesures du département de l’Agriculture pour l’irrigation sont encourageantes.
«Nous appuyions ainsi la mise en œuvre du programme d’économie d’eau et des systèmes d’irrigation localisée, la modernisation et l’entretien des réseaux d’irrigation, et l’octroi de facilités de remboursement des dettes liées à l’utilisation des eaux d’irrigation», déclare Akhannouch à L’Economiste. Et à la demande du Souverain, les petits exploitants seront exonérés des frais des eaux d’irrigation au titre des campagnes agricoles antérieures à 2008 à concurrence de 10.000 DH avec l’exonération des intérêts et le rééchelonnement des créances dépassant ce montant. «Avec une pluviométrie que l’on espère régulière et importante, tous les ingrédients d’une campagne agricole “bonne” seront réunis».
En matière d’approvisionnement, les dispositions prises visent à garantir l’accès aux intrants de production. C’est ainsi que pas moins de 1,3 million de quintaux de semences sélectionnées seront mobilisés pour approvisionner la filière des céréales. Par ailleurs, les prix de vente devront baisser de 10 DH par quintal par rapport à la dernière campagne.
Selon Akhannouch, «cette opération nécessitera quelque 200 millions de DH contre 170 millions l’année passée».
S’agissant des engrais, le marché sera suffisamment approvisionné et les prix ne changeront pas. Par ailleurs, l’arboriculture fruitière ne sera pas en reste. En fait, une enveloppe de l’ordre de 60 millions de DH lui sera consacrée. De quoi financer l’acquisition des plants d’arbres fruitiers et de palmiers dattiers.
«Cette filière est subventionnée dans le cadre du fonds de développement agricole». De même, les filières de l’olivier, du palmier dattier et des plants d’arbres fruitiers profiteront d’un véritable appui.
En ce qui concerne la production animale, la TVA appliquée à tous les aliments de bétail est fixée désormais à 7%. Aussi, l’on a décidé l’exonération des produits gras d’origine végétale entrant dans la composition des aliments de bétail (2,5 %), et de continuer d’exonérer l’importation des bovins des droits de douane et de la TVA (10%). Par ailleurs, le ministère de l’Agriculture veut s’assurer de la santé animale et végétale.
A cet égard, l’intensification de la lutte contre l’insecte rongeur de la tomate «Tuta Absoluta», et le virus de la Tristeza est de mise. Parmi les mesures annoncées figurent aussi la vaccination du cheptel contre les maladies intestines et l’intensification du programme annuel de contrôle de la qualité des moyens de production au niveau de l’importation, de la production et de la commercialisation.

Régionalisation du débat sectoriel

L’ANNONCE phare restera sans doute celle relative au nouveau régime d’assurance agricole. Soit une sorte de protection contre les pertes de rendement et de qualité des cultures sinistrées ou endommagées. «Ce régime sera appliqué à une superficie de 300.000 ha étalée sur tout le Royaume. Seront concernées les cultures du maïs, des légumineuses, du blé dur, du blé tendre et d’orge contre les principaux risques climatiques», explique le ministre. Après Settat en 2010, Fès a abrité la Journée de lancement de la campagne agricole 2011-2012. C’est une manière de régionaliser le débat sur l’agriculture et «dire que Rabat est avec vous».

Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc