×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Arts plastiques
Melehi s’invite à Beaubourg

Par L'Economiste | Edition N°:3621 Le 22/09/2011 | Partager
Le musée parisien accroche Pulsation, œuvre réalisée en 1964
Un signal fort pour le marché de l’art national

La toile Pulsation, réalisée en 1964, est exposée à côté des travaux de grands noms de l’art moderne et contemporain comme Bacon ou Chuck Close. Mohamed Melehi est le premier artiste marocain à rentrer au Centre Pompidou

Le fameux musée Beaubourg ouvre ses portes aux artistes contemporains. Mohamed Melehi est ainsi le premier peintre marocain à accrocher une toile aux côtés des œuvres de grands noms comme Bacon, Chuck Close, Agam et Cadere. Une distinction qui récompense le travail de cet artiste et qui rejaillit sur l’ensemble du monde de l’art marocain. Depuis le 7 septembre, la toile «Pulsation» occupe une place privilégiée parmi les prestigieuses collections du Centre Pompidou, le plus grand musée national d’art moderne à Paris.
Un musée visité par plus de 3,5 millions de personnes par an. La collection d’art moderne et contemporain du Centre Pompidou est l’une des premières au monde et la plus importante d’Europe. «L’acquisition d’une toile de Melehi par Beaubourg est un signal fort pour le marché marocain tant pour la visibilité exceptionnelle et internationale qu’offre ce lieu de référence que pour la valorisation des œuvres de l’artiste», soulignent Yasmine et Meryem Berrada de la galerie Loft à Casablanca qui représente l’artiste. De fait, après cela, la cote du peintre va certainement s’envoler. Les collectionneurs se frottent déjà les mains. «Pulsation», œuvre réalisée en 1964, a fait son entrée à Beaubourg dans le cadre du programme d’ouverture du musée à des scènes non-occidentales. Melehi est, selon la galerie Loft, le premier plasticien marocain à être sélectionné dans cette vague d’acquisitions lancée il y a une année environ. L’objectif du musée est d’ouvrir ses murs aux artistes issus de pays émergents, notamment d’Afrique et du Moyen-Orient. Des pays qui regorgent de talents méconnus ou ignorés.
Le choix de Melehi est justifié. Il est en effet considéré comme l’un des pionniers de l’art moderne et contemporain au Maroc. Son parcours singulier fait de lui une référence en la matière. Il est, de fait, un des rares artistes marocains à ne pas avoir été influencé par l’école de Paris mais plutôt par les écoles avant-gardistes américaines. L’artiste, né en 1936 à Assilah, a vécu dans les années 1960 aux Etats-Unis où il a bénéficié de bourses des très prestigieuses Rockefeller Foundation et Columbia Université. Il vit et travaille aujourd’hui entre Tanger et Marrakech. Cette année, il a réalisé une sculpture monumentale pour la ville de Rabat.

F. E. O.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc