×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Collecte des déchets
Segedema renouvelle son parc

Par L'Economiste | Edition N°:3621 Le 22/09/2011 | Partager
Les véhicules de ramassage dotés de GPS
Les bacs en plastique remplacés par des caissons en acier

Segedema introduit un nouveau système de collecte. Les bacs à ordures en plastique seront progressivement remplacés par des caissons en acier permettant une meilleure qualité de service

Segedema innove. La filiale du groupe français Pizzorno Environnement, spécialisée dans la collecte des déchets ménagers et leur traitement, modernise ses prestations pour une meilleure qualité de service. «Nous voulons faire taire les autorités délégantes, surtout le conseil de la ville de Casablanca avec qui nous avons des relations conflictuelles et assez tendues», indique Gérard Prenant, directeur général de Segedema, lors d’un point de presse organisé mardi 20 septembre à Casablanca. Des conflits qui s’étaient, en effet, accentués fin 2010 (voir L’Economiste édition n° 3379 du 13/12/2010). Le délégataire, présent dans 14 villes du Royaume, avait même reçu une mise en demeure de la part du maire de Casablanca soulignant l’obsolescence du matériel, la mauvaise organisation, l’insuffisance du personnel… Plusieurs manquements lui étaient reprochés, même en ce qui concerne ses investissements programmés entre 2004 et 2014. En réponse, Segedema avait ressorti l’affaire des arriérés qui, en décembre 2010, étaient de l’ordre de 90 millions de DH. Aujourd’hui, Prenant précise que la ville leur doit encore 30 millions de DH d’impayés.
Côté investissement, Segedema place la barre haut et propose des projets qui ne figurent pas dans les cahiers des charges les liant aux communes et qu’ils avaient consenti à faire respecter. En réponse à une question de L'Economiste concernant les investissements prévus par le contrat de gestion déléguée à Casablanca, le patron de Segedema précise que «grâce aux nouveaux systèmes de collecte et de contrôle qu’ils ont introduits cette année, ils ont atteint aujourd’hui plus de 100% des investissements envisagés».
En 2010, le délégataire avait investi plus de 25 millions de DH pour la rénovation du parc de véhicules et l'acquisition de matériel nécessaire au nettoiement et à la propreté de la métropole. Durant la même période, 32 véhicules ont été acquis par Segedema et 23 refaits complètement à neuf. L’année en cours est marquée par deux grandes innovations: «Ecodi» et «Geonaut». Le premier projet, Ecodi, vise à mettre en place un système de collecte «sophistiqué». Il s’agit de remplacer les bacs à ordures en plastique (0,75 m3) par des caissons en acier d’une plus grande capacité de stockage (5 m3). Casablanca est la première ville à entamer cette expérience (en juillet 2011), notamment dans les endroits qui posent de grosses difficultés de collecte. «Nous avons déjà installé 20 caissons dans plusieurs endroits dont le boulevard Inzegane, le marché Lalla Meriem et le lotissement Doha à Sidi Maârouf», indique un responsable chargé de l’exploitation à Casablanca. Les caissons métalliques ont une plus grande durée de vie (jusqu’à 4 ans contre un an et demi pour les bacs classiques). Ils n’ont pas de roulettes et, donc, non transportables. Ils sont aussi plus spacieux, mais plus coûteux. Les bacs classiques valent 1.400 DH chacun alors que le prix des nouveaux s’élève à 20.000 DH l’unité. A ce jour, l’Ecodi a nécessité un investissement de quelque 5 millions de DH. Ce système ne peut pas fonctionner sans un camion spécifique équipé d’une grue et d’un système de compaction étanche évitant ainsi la fuite de jus. Son prix est estimé à plus de 2,4 millions de DH. Segedema s’est également dotée d’un camion moins cher à utiliser en cas de panne.
«Geonaut» est l’autre innovation du délégataire. Il s’agit d’un système de géolocalisation «Masternaut» qui est déjà installé dans une partie du parc de Casablanca et de Marrakech depuis deux mois.
Les véhicules chargés de la collecte sont ainsi équipés de relais «GPS» afin d’avoir une position consultable à tout moment. Ce qui donne la possibilité aux communes et à la société de contrôler les horaires et le nombre de passages des véhicules. A ce jour, 10 véhicules sur les 56 qui sillonnent Casablanca sont équipés de ce logiciel nécessitant un investissement global de 300.000 DH.

300 millions de DH de CA

En 2010, Segedema a réalisé un chiffre d’affaires de 300 millions de DH. Avec plus de 3.000 salariés au Maroc, le groupe Pizzorno Environnement est le premier prestataire en matière de gestion des décharges contrôlées et le deuxième en collecte d’ordures ménagères avec un périmètre de collecte totalisant 3 millions d’habitants. La société dispose d’un parc de 450 camions de collecte et 200 autres véhicules affectés à cette tâche. Chaque jour, plus de 650 tonnes de déchets sont collectées à Casablanca (en hors saison) et 850 tonnes en saison estivale. Depuis le démarrage de son activité dans la métropole (en 2004), les effectifs engagés sont passés de 985 personnes à 1.113 aujourd'hui, soit 11,5% d'agents en plus de ceux prévus initialement dans le contrat.

Bouchra SABIB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc