×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Focus

Gestion déléguée à Rabat
Déchets: La révision des contrats à l’ordre du jour

Par L'Economiste | Edition N°:3621 Le 22/09/2011 | Partager
Dégradation de la prestation de la collecte des déchets
Bisbilles autour de la valorisation des gravats
Les cahiers des charges dépassés

Difficile de ne pas le constater, mais l’état de propreté de la capitale s’est sérieusement dégradé. Et les responsables de la ville de Rabat, pas du tout satisfaits de la prestation des gestionnaires délégués, commencent même à avancer l’idée d’une éventuelle résiliation des contrats pour relancer les appels d’offres. «Cette mesure présente un risque sur le plan juridique et aura des conséquences négatives sur la continuité de la prestation de la collecte des déchets au niveau de la ville», précise Fathallah Oualalou, maire de la capitale. L’essentiel est aujourd’hui de préparer la transition pour une mise à niveau du secteur. Pour ce faire, deux actions sont menées. «La première consiste à poursuivre la mobilisation pour réduire les points noirs au niveau des différents quartiers de la ville», explique Oualalou. Mais cela reste insuffisant. Car toutes les parties sont aujourd’hui convaincues de la nécessité d’une révision des contrats qui présentent des insuffisances. «Une réflexion est déjà lancée dans ce sens avec l’implication de la wilaya, la commune et les trois sociétés concernées», indique le maire. «Contrairement aux contrats précédents, avant 2008, les clauses actuellement en vigueur ne sont pas trop explicites en termes de moyens à mobiliser et objectifs à atteindre par les sociétés», constate Abdelmounime El Madani, vice-président du maire chargé du secteur, qui soulève un autre problème. Il s’agit de la séparation entre la collecte des déchets ménagers et celle des déchets verts ainsi que les gravats en réservant à cette dernière un contrat à part confié à Sita El Beida. Selon Madani, la société n’a jamais réalisé la prestation de la valorisation des gravats comme cela est prévu dans le contrat (voir interview). Pour le responsable de la commune, la valeur de cette prestation est estimée à près du tiers du montant du marché qui s’élève à 20,4 millions de DH. Chez les opérateurs, un autre son de cloche. «Effectivement la valorisation des gravats collectés est prévue dans le contrat», reconnaît Rachida Saissi Meslouhi, directrice d'exploitation à Sita El Beida à Rabat. Avant de préciser que «le gisement que nous collectons est très hétérogène et mélangé à de nombreuses matières non valorisables (déchets ménagers, déchets médicaux, plastique, bois, ferraille, papier, carton), ce qui nuit à la valorisation des gravats, voire la rendent impossible». Devant cette situation, «nous avons proposé l’utilisation de ces gravats pour la réhabilitation des anciennes carrières», indique Saissi Meslouhi.

Actualisation

Le système de forfait est appliqué pour les trois contrats. Mais cela commence à poser un sérieux problème, notamment pour Veolia Propreté chargée de la collecte des déchets dans les deux arrondissements de Hassan et Yacoub El Mansour pour un montant total de près de 46 millions de DH. «Aujourd’hui, les données du secteur ont complètement changé par rapport à celles du début du contrat en 2009», précise Omar Regraga, directeur commercial à Veolia Propreté. La quantité des déchets collectés dépasse largement celle prévue par le cahier des charges, fait-il observer. «On nous demande d’assurer un service 24h sur 24, alors que, dans le contrat, l’horaire de la collecte est fixé entre 22h et 6h du matin», explique Regraga.

N. E. A.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc