×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Tribune

    L’Union pour la Méditerranée et les printemps arabes
    Par Youssef AMRANI

    Par L'Economiste | Edition N°:3616 Le 15/09/2011 | Partager

    Diplomate et ancien secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, Youssef Amrani est actuellement secrétaire général de l’Union pour la Méditerranée. Le présent article sera aussi publié dans les colonnes des journaux
    Le Monde et El Pais

    AVEC les «Printemps arabes», une nouvelle ère s’est ouverte en Méditerranée. Les partenaires euroméditerranéens doivent être à la hauteur de ce processus historique, soutenir la transition démocratique et favoriser le développement économique et social pour construire un espace euro-méditerranéen démocratique, apaisé, stable et prospère.
    Les révolutions qui ont eu lieu dans certains pays arabes nous appellent à travailler sur les priorités stratégiques déjà identifiées, mais aussi à innover pour sortir des schémas classiques. L’Union pour la Méditerranée, partenariat régional lancé dès 2008 à l’initiative de la France, et en particulier son Secrétariat, peuvent accompagner ces transformations, en coordonnant et promouvant des actions concrètes qui auront un impact sur le citoyen.
    L’Union pour la Méditerranée, qui rassemble 800 millions d’hommes et de femmes, est à la fois une évidence géographique, une nécessité politique, une opportunité socio-économique et par-dessus tout un besoin stratégique pour les pays de la région.
    L’UpM est appelée à jouer un rôle clé dans l’accompagnement et la promotion d’actions régionales innovantes répondant aux besoins des populations et des pays méditerranéens, et de travailler à la mise en place de grands projets régionaux. Il faut maintenant engager une nouvelle étape. Les évolutions politiques dans le monde arabe ont mis en avant la nécessité d’intégrer la jeunesse et plus généralement la société civile dans les processus politiques nationaux. Le monde entier a été témoin de l’expression populaire de jeunes Tunisiens, Egyptiens et Libyens, démontrant leur maturité et leur souhait de participer à la construction démocratique de leur pays.
    Ces mouvements populaires ont mis au premier plan la nécessité d’un développement économique et social équilibré : il faut créer un environnement propice à la création d’entreprises, favoriser le transfert de savoir-faire et de compétences, soutenir spécifiquement les régions les plus défavorisées.
    Pour faire face aux nouveaux défis, de nouveaux outils de financement doivent être créés, avec la Commission européenne et les institutions financières spécialisées telle la Banque européenne d’investissements, fonds d’assistance technique, mécanismes de garanties facilitant les initiatives du secteur privé et amortissant le risque politique. Il nous incombe de veiller à ce que les objectifs et les principes de la nouvelle Politique européenne de voisinage actuellement à l’examen de l’Union européenne convergent avec ceux qui guideront la trajectoire de l’UpM.
    Avec la transition démocratique en Libye, les regards se tournent désormais vers Tripoli et Benghazi. Un nouveau chapitre dans l’Histoire vient de s’ouvrir, comme l’ont rappelé le président Nicolas Sarkozy et le Premier ministre David Cameron, lors de la conférence sur la Libye du premier septembre. La Libye nouvelle s’intégrera naturellement dans la communauté internationale. Elle pourra compter sur l’appui de l’UpM et de ses pays membres.
    L’Union pour la Méditerranée se veut une union d’actions, une union de compétences, une union de savoir-faire, une union de cultures et de civilisations, et par-dessus tout une union d’hommes et de femmes appelés à bâtir un avenir commun. L’ancrage de plus en plus fort des économies méditerranéennes au marché intérieur de l’UE plaide aujourd’hui pour un objectif plus ambitieux allant au-delà du libre-échange, et s’inscrivant à terme dans la réalisation d’un Espace economique commun.

    L’incroyable possible!

    L’UpM peut construire des plateformes pour développer les grandes initiatives de coopération et d’intégration régionale (Plan solaire Méditerranéen, dépollution de la méditerranée), et pour initier des amorces de politique sectorielles euroméditerranéennes, aujourd’hui plus que jamais indispensables. Structure unique dans l’histoire de la Méditerranée, le Secrétariat de l’UpM est un instrument utile et indispensable dans le contexte actuel. Il est le catalyseur et le pivot des initiatives que nous venons d’exposer. A titre d’exemple, un incroyable possible: les 43 pays de l’UpM, avec le soutien unanime des pays arabes et d’Israël, soutiennent un projet palestinien d’usine de dessalement d’eau de mer pour Gaza afin de sécuriser l’approvisionnement en eau de 1,6 million de personnes. Le Secrétariat s’emploie aujourd´hui à en bâtir le financement. C’est en effet en favorisant des projets d’investissement dans des secteurs prometteurs tels que les énergies renouvelables, en apportant de l’assistance technique et financière aux PME, en facilitant les échanges par le transport terrestre et maritime, en encourageant la mobilité des étudiants et l’entrepreneuriat féminin, que nous aiderons à apporter des réponses à la question de l’emploi des jeunes et à pousser la croissance.

     

    Réunion préparatoire de Rabat

    LA réunion préparatoire de la première réunion ministérielle de l’Union pour la Méditerranée (UpM) sur le développement durable a eu lieu du 12 au 13 septembre à Rabat. Plusieurs thématiques y ont été abordées dont notamment celles liées aux grands enjeux du développement urbain en Méditerranée et à la gouvernance, l’ingénierie et le financement. Outre de préparer la réunion ministérielle, prévue en France en novembre 2011, l’objectif de la rencontre de Rabat a été d’initier l’élaboration de la déclaration des ministres et d’examiner les propositions d’actions à entreprendre dans ce cadre.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc