×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Les Cahiers de l'Émergence

    Agadir: L’Université renforce sa capacité d’accueil
    Entretien avec Omar Halli, président de Ibn Zohr

    Par L'Economiste | Edition N°:3616 Le 15/09/2011 | Partager
    Ouverture de plusieurs établissements à Ouarzazate, Guelmim et Laâyoune
    Recrutement de 42 nouveaux enseignants

    «Pour maîtriser les inscriptions cette année, nous avons mis en place une chaîne d’inscription basée sur les NTI. De plus, des tests de positionnement linguistique sont réalisés pour faciliter la constitution de groupes d’étudiants de même niveau», explique Omar Halli, président de l’Université Ibn Zohr

    Plus de 20.000 nouveaux étudiants et 54.000 inscrits au total cette année à l’Université Ibn Zohr. Comment absorber autant d’étudiants? Quels projets pour renforcer le volet pédagogique? Autant de questions auxquelles s’est prêté, dans un entretien avec L’Economiste, Omar Halli, président de l’établissement depuis fin avril 2011. Il revient sur les détails de cette nouvelle année universitaire 2011/2012.

    - L’Economiste: Vous êtes en poste depuis fin avril à la tête de l’Université Ibn Zohr. Quel bilan dressez-vous du plan d’urgence à l’échelle locale?
    - Omar Halli: Le lancement d’une feuille de route à l’échelle locale, prenant en considération les problèmes d’engorgement, nous a permis d’entreprendre des démarches pour renforcer la capacité d’accueil.
    La création de nouveaux établissements tels que les facultés polydisciplinaires de Ouarzazate et de Taroudant représente un début de solution. Une nouvelle école supérieure de technologie récemment mise en place à Guelmim s’ajoute à cette dynamique. Et des investissements ont également été réalisés dans la formation continue bien qu’il reste encore beaucoup à faire pour résorber le déficit.
    Autre problème, le taux d’encadrement qui reste encore très faible. A titre indicatif, à la faculté des sciences juridiques, ce taux n’est que d’un enseignant pour 250 étudiants. Tous ces étudiants qui affluent en masse rencontrent un autre obstacle, celui de la carence de lits. L’université ne dispose que de 2.400 lits pour plus de 42.000 étudiants.

    - Comment comptez-vous résorber tous ces déficits?
    - L’hébergement des étudiants va être renforcé. L’extension de l’annexe de la cité universitaire d’Agadir offrira, dès fin novembre prochain, 600 lits sans oublier que la Fondation Miloud Chaabi va mettre à notre disposition 800 autres lits. Et dès la rentrée prochaine 2012/ 2013, une nouvelle cité universitaire de 1.500 lits sera opérationnelle, ainsi qu’un restaurant universitaire. Des réalisations auxquelles s’ajouteront 300 nouveaux lits financés par la région.

    - Quels projets comptez-vous mettre en place pour renforcer le volet pédagogique?
    - Nous avons lancé la construction d’une école de technologie à Laâyoune qui devrait être opérationnelle pour la prochaine rentrée 2012/13. En projet également, l’extension de la faculté des lettres et sciences humaines et celle de la faculté des sciences, sans oublier le renforcement de la capacité d’accueil de la faculté des sciences juridiques. Le tout devrait être opérationnel lors de la rentrée 2012. En attendant, nous avons renforcé la capacité d’accueil de la faculté polydisciplinaire de Taroudant qui passe de 600 étudiants, à son ouverture l’an dernier, à 1.800 étudiants cette année. Pour ce qui est de l’encadrement pédagogique, nous allons recruter 42 enseignants sans compter que nous disposons cette année d’une enveloppe de 7 millions de DH pour les vacations.

    - Bien que plusieurs établissements aient vu le jour ces dernières années, l’université reste engorgée…
    - Normal, elle draine les étudiants de quatre régions du sud. Ainsi, pour cette rentrée, sur les 27.000 bacheliers de la région 20.000 vont intégrer l’Université Ibn Zohr. Notre pôle universitaire va ainsi atteindre cette année 54.000 étudiants, toutes filières confondues. L’an dernier, ils étaient 48.000. Comparativement à ce que compte la majorité des autres universités, c’est énorme.
    La création d’un nouveau pôle universitaire dans le sud du Royaume s’avère de plus en plus nécessaire. Ceci, surtout que le rendement interne des facultés et des écoles de l’université ne dépasse pas au total 4.000 diplômés chaque année. Il est important donc de revoir également la stratégie d’encadrement de proximité au sein de l’université pour l’amélioration des résultats. Pour l’heure, nous envisageons de désengorger l’établissement à travers la réunion des modules transversaux au sein d’une annexe.

    e-learning

    L’Université Ibn Zohr joue un rôle important dans le projet d’espace numérique ouvert pour la Méditerranée» (EOMED). Cette idée, proposée dans le cadre de l’Union pour la Méditerranée (UPM), est née à Agadir. C’est en effet une initiative ambitieuse de Abdelfadil Bennani, ex-président de l’Université Ibn Zohr, et de Gilbert Touzot, président de l’Université numérique d’ingénierie et de technologie en France. Concrètement, l’espace numérique ouvert pour la Méditerranée s’appuie sur le maillage des établissements volontaires de tous les pays méditerranéens. Et ce, pour la mutualisation du contenu numérique existant mais aussi la coproduction de nouveaux contenus. Ce projet national de e-learning a permis aux étudiants de la région de bénéficier d’un grand nombre de cours sous supports numériques.

    Propos recueillis par Malika ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc