×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Les Cahiers de l'Émergence

    Bourse étudiants
    Vivre avec 220 DH par mois

    Par L'Economiste | Edition N°:3616 Le 15/09/2011 | Partager
    Ce montant n’a pas bougé depuis près de 40 ans!
    Le ministère promet une augmentation

    Pour les jeunes qui s’apprêtent à entrer à l’université, il faut apprendre à vivre avec des budgets très serrés. La bourse oscille entre 220 et 433 DH par mois

    Pour l’année universitaire 2011-2012, pas moins de 181.000 bourses universitaires seront allouées par le département d’Ahmed Akhchichine aux étudiants des établissements supérieurs publics. Et ce, contre 147.021 pour l’année dernière. Le taux de satisfaction des demandes est estimé à 95%. Cette tendance à la hausse s’explique par l’augmentation de la population estudiantine et la volonté du ministère de l’Enseignement supérieur d’élargir la masse des bénéficiaires des bourses d’études au Maroc. L’idée est d’inciter les étudiants à poursuivre leur cursus universitaire et de les aider à supporter les frais d’études. Pour cela, le ministère n’a cessé d’accroître l’enveloppe budgétaire. Ainsi, il a consacré pour 2012 un montant de 588 millions de DH contre 528 millions de DH pour cette année et 509 millions de DH pour 2010.
    Aujourd’hui, trois types de bourses sont octroyées par le département de l’Enseignement supérieur aux étudiants tout au long de leur cursus universitaire. Il s’agit de la bourse versée au cycle de licence. Son montant est fixé selon le lieu de résidence des parents des bénéficiaires. Les étudiants dont le foyer familial se situe dans la même agglomération universitaire bénéficient d’une bourse annuelle de 2.176 DH, répartie comme suit: 650 DH pour le 1er et le 2e trimestre et 866 DH pour le 3e. Quant aux boursiers qui étudient hors de leurs villes de résidence, la somme est fixée à 1.300 DH pour le 1er trimestre et 1.733 DH pour les deux derniers. Rappelons que ces montants n’ont pas été revalorisés depuis 1974 et ce malgré les promesses faites par le ministère en 2007 qui consistaient à revoir à la hausse la valeur de ces bourses.
    Selon le secrétaire général, «le ministère a proposé une augmentation des montants des bourses». Mais pour l’heure, rien n’a été encore fait.
    L’octroi de cette allocation se fonde essentiellement sur le niveau social. La situation matérielle et les biens que possèdent les parents de l’étudiant sont les principaux critères de sélection. L’attribution de ces bourses relève de la compétence de commissions provinciales qui siègent au niveau local et dont la présidence est assurée par le wali ou le gouverneur de la région. S’agissant de la procédure, les candidats doivent déposer leurs dossiers de bourses auprès de leurs lycées avant la fin du mois de mai de chaque année. Pour leur part, les candidats libres, les élèves du secteur privé et ceux de la mission étrangère doivent s’adresser directement aux délégations du ministère de l’Education nationale.
    Le deuxième type de bourses est décerné aux étudiants du master. Leur attribution dépend du critère du mérite scientifique et par référence aux aptitudes de l’étudiant et son ordre de classement parmi les inscrits au master choisi. Son montant est le même que celui d’une bourse complète du cycle fondamental, à savoir 1.300 DH par trimestre. Quant au taux de couverture des demandes de ces bourses, il ne doit pas dépasser 50% des inscrits au sein de chaque master.
    Le troisième type est celui de la bourse de doctorat. Celle-ci est octroyée en fonction des résultats enregistrés par les postulants tout au long de leur parcours universitaire et de la nature des formations doctorales. L’attribution de cette allocation relève de la compétence de présidents des universités. Et ce, dans la limite du quota fixé annuellement à chaque université par le ministère. Le taux de couverture des demandes est fixé à 70% par rapport à l’effectif des inscrits de chaque formation. Le montant de la bourse est de 2.138,5 DH versés trimestriellement aux étudiants doctorants.
    En outre, le département de l’Enseignement supérieur accorde une bourse de mérite. Cette dernière est décernée aux étudiants inscrits en 2e année des grandes écoles d’ingénieur et ceux de la 4e année de l’Ecole nationale de commerce et de gestion, de la faculté des sciences et techniques et de l’Institut national des sciences appliquées. L’octroi de ces allocations relève de la compétence de ces établissements. Le taux de la couverture des demandes au sein de ces établissements est de 50% par rapport à l’effectif des inscrits dans chaque formation. Quant au critère d’octroi, il est basé sur le niveau d’excellence des résultats obtenus par les candidats tout au long de leur cursus d’études après le baccalauréat. La somme allouée est de 1.300 DH pour les deux premiers trimestres et 1.733 DH pour le 3e.

    Soumaya BENCHERKI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc