×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Les Cahiers de l'Émergence

    Les métiers qui recrutent
    Des profils polyvalents dans la logistique

    Par L'Economiste | Edition N°:3616 Le 15/09/2011 | Partager
    Les formations en management se multiplient
    Mais le gros de la demande porte sur les métiers de base

    Si les formations en management de la chaîne logistique fusent de partout, c’est surtout au niveau des métiers d’opérateurs logistiques qu’il faut chercher le plus grand du potentiel de recrutement

    C’est l’effervescence pour les métiers du transport et logistique! Et pour cause, le secteur est l’un des plus porteurs en matière de création d’emplois. Avec les besoins grandissants des entreprises, l’expertise en logistique est l’une des plus recherchées sur le marché. Spécialistes de la supply chain, gestionnaires d’entrepôt, techniciens ont le vent en poupe. Les formations spécialisées et généralistes fleurissent un peu partout et des écoles d’ingénieurs, universités ou instituts de formation ont monté leurs propres programmes.
    Les formations proposées pour les profils d’experts logistiques (responsable logistique, responsable transit, responsable achats et approvisionnements…), nécessitent au moins une formation bac + 5, c’est-à-dire un master professionnel. La plupart des formations proposées ont une approche généraliste. «Nous estimons aujourd’hui dans la profession qu’un responsable logistique doit maîtriser tous les maillons de la chaîne pour exercer efficacement son métier», explique Said Benamar, responsable des masters professionnels et de la formation continue à l’université internationale de Casablanca. Un point de vue partagé par Ahmed Maslohi, responsable du département logistique à Timar qui précise qu’«un responsable logistique doit pouvoir maîtriser toute la chaîne depuis la gestion des stocks jusqu’à la surveillance qualité du service proposé». C’est pourquoi rares sont ceux qui optent pour des masters spécialisés en transit, en gestion des stocks ou en approvisionnements.
    C’est ainsi qu’un responsable logistique ne va pas s’occuper seulement de gérer les stocks, mais de toute la chaîne logistique (supply chain en anglais). En effet, le responsable logistique (chef de quai, chef d’entrepôt, chef de plateforme…) peut travailler tout seul dans les plus petites sociétés, mais il dirige la plupart du temps une équipe. Son travail varie selon la structure qui l’emploie. La fonction est transversale: elle touche à tous les services de l’entreprise et conviendra bien aux profils généralistes plutôt qu’aux spécialistes qui préféreront se consacrer à un seul service de l’entreprise (technique, financier ou commercial). Sa principale mission est de contrôler les flux de marchandises en respectant les délais imposés. Il doit s’assurer que les biens produits soient livrés en temps et en heure chez les clients.
    L’enquête de L’Economiste-Sunergia sur les salaires des cadres de 2009 plaçait le responsable logistique sur une moyenne annuelle d’environ 298.000 DH bruts, soit un salaire mensuel de 24.000 DH. Le sondage attestait également de l’expérience exigée pour ce type de profil: les responsables logistiques sont 32% à avoir un bac +4 ou +5, 16% avec un bac +2 ou 3, 19% sont issus d’écoles d’ingénieurs et 10% d’écoles de commerce.
    Une des nouvelles missions du responsable logistique, la surveillance du respect des normes de qualité. Il doit s’assurer que les marchandises ne soient pas endommagées pendant le transport. De surcroît, il doit vérifier que chaque flux respecte bien la démarche qualité de l’entreprise. «Il s’agit dorénavant d’un maillon important dans les métiers de la logistique. Nous constatons un vrai rush sur le marché pour ce type de compétences de la part des entreprises», explique Benamar. Pour ce qui est des débouchés, un responsable logistique est déjà hiérarchiquement haut placé dans l’entreprise. Il peut toutefois évoluer en travaillant dans une entreprise plus grande. Il peut également devenir directeur de plateforme logistique. En outre, pour ce type de postes stratégiques pour l’entreprise, la formation à elle seule ne suffit pas et «l’expérience de terrain constitue un critère au moins aussi important pour les recruteurs», confie Benamar. C’est pourquoi la plupart des masters sont adressés à des gens qui travaillent déjà dans le domaine et qui ont besoin de se spécialiser, d’intégrer des paramètres plus pointus et d’affiner leurs connaissances. Il est également important pour les responsables déjà bien habitués aux rouages du métier de mettre à jour leurs connaissances au regard des nouvelles technologies et techniques de gestion.

    A. N.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc