×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Europe

Crise de la dette: La Chine prête main forte

Par L'Economiste | Edition N°:3616 Le 15/09/2011 | Partager
A condition d’être reconnue comme économie de marché
Elle s’engage à soutenir la Grèce, l’Espagne ou le Portugal…

La Chine est prête à investir davantage en Europe mais demande à être reconnue comme économie de marché. Son Premier ministre Wen Jiabao a appelé, hier mercredi 14 septembre au Forum d’été de Davos, les pays occidentaux à mettre de l’ordre dans leurs finances

LA Chine veut secourir les Etats européens endettés. Mais un tel scénario ne semble pas imminent, à en croire les déclarations du Premier ministre chinois Wen Jiabao au Forum économique mondial de Dalian, la ville la plus dynamique du nord est de la Chine. L’assistance que l’empire du Milieu compte porter démarre avec le renforcement des investissements chinois en Europe. Une déception pour les opérateurs, qui eux, espéraient un soutien plus concret à travers le rachat d’obligations des pays européens les plus endettés. Le gouvernement chinois qui dispose de 3.000 milliards de dollars de réserves de changes, en a investit une part dans des actifs en euros et s’est déjà engagé à soutenir la Grèce, l’Espagne ou le Portugal. Sous pression des marchés, l’Italie a assuré ne pas avoir demandé à la Chine de l’aider en achetant sa dette. Mais elle a indiqué discuter avec des investisseurs chinois de possibles investissements industriels. L’empire du Milieu conditionne son aide. Il est prêt à investir davantage en Europe mais demande à être reconnue comme économie de marché. Selon le calendrier de l’Organisation mondiale du commerce, ce statut sera reconnu à la Chine en 2016. Il permettrait de lever des restrictions sur les investissements et les exportations chinoises dans l’Union européenne. La Chine promet de suivre une stratégie d’expansion de la demande intérieure et d’augmentation de la demande des consommateurs pour tirer la croissance économique.
Lors du sommet, le Premier ministre a exprimé également sa confiance que les Etats-Unis se pencheront sur les principaux défis auxquels ils ont confrontés, y compris le contrôle de la dette publique, la réduction du déficit budgétaire et l’augmentation de l’emploi par la croissance de l’économie. Il a également soutenu que les Etats-Unis devraient lever les restrictions sur les exportations vers la Chine pour stimuler les ventes de ses produits à l’étranger et créer des emplois à domicile. La Chine avait manifesté son mécontentement lors du downgrade des Etats-Unis par S&P. Ce mécontentement a été suivi d’effets. Depuis quelques mois, la Chine réduit son accumulation de réserves de changes donc ses achats de dollars, ce qui a conduit à une appréciation rapide du RMB par rapport au dollar, indique Patrick Artus, l’économiste chez Natixis. Ce choix de politique économique de la Chine peut être expliqué: soit comme résultant de la volonté des autorités chinois de lutter contre l’inflation par l’appréciation du change soit comme résultant du désir de ne plus accumuler d’actifs en dollars en raison des risques encourus, tient à souligner Artus.

F. Z. T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc