×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Focus

Stratégie nationale de l’artisanat
La labellisation, nouvelle estampille du Maroc

Par L'Economiste | Edition N°:3616 Le 15/09/2011 | Partager
Les produits passent désormais par des normes d’application obligatoires
Cinq labels pour la normalisation du secteur
De nouveaux produits bancaires adaptés aux maâlems

Rabat, Casablanca, et aujourd’hui Fès. Muni de son bâton de pèlerin, Anis Birrou continue de battre campagne pour la promotion de la stratégie nationale destinée à préserver et surtout à développer les intérêts de l’artisan marocain. En effet, le secrétaire d’Etat chargé de l’Artisanat, qui se trouve actuellement à Fès, compte, à travers ce défi, améliorer l’image des produits du terroir, tant à l’échelle nationale qu’au niveau international. Et cela, à travers la mise en place d’un programme de certification et de labellisation dans le secteur. Le mot d’ordre est de préserver le patrimoine national de toute entrave à son développement, dans le cadre de la «Vision 2015» du développement du savoir-faire marocain. Les produits de l’artisanat sont, en effet, confrontés au problème majeur qu’est la concurrence déloyale. La contrefaçon, d’origine nationale ou même étrangère (notamment de la Chine) est également un fléau pour l’artisanat national d’où l’impératif de mettre en place une structure capable de faire distinguer, aux potentiels acheteurs, le «faux» produit du vrai. La stratégie nationale de l’artisanat a également pour objectif d’améliorer la qualité et de promouvoir au mieux les produits des maâlems, à travers l’instauration d’une normalisation dans le secteur, ainsi que la protection de la propriété industrielle, par un système de normes d’application obligatoires, de certifications, d’indications géographiques et de labellisation. Le savoir-faire national sera donc doté de cinq labels concernant 32 produits d’artisanat. Estampillées «Artisanat du Maroc», les catégories de labellisation seront le Madmoun, le Prémium, le Régional, la Qualité certifiée et le label Artisan responsable. Au cours du lancement de la stratégie, plusieurs artisans ont été encouragés à travers leurs produits conformes aux normes d’usage relatives aux marques collectives. Des prix ont été décernés aux maâlems de la selle traditionnelle marocaine «Assil», du tapis r’bati et du fusil traditionnel «Lamkohla».

«Donner les moyens de réussir aux artisans»

UNE convention sur des produits financiers destinés aux artisans a été signée entre le secrétariat d’Etat chargé de l’Artisanat et les groupes bancaires Banque Centrale Populaire, Crédit Agricole du Maroc et Attijariwafa bank, et dont le lancement a été effectué le 13 septembre à Rabat, sous le thème: «Donner les moyens de réussir aux artisans». Ce partenariat a pour objectif de mettre à disposition des artisans des produits bancaires adaptés à leurs besoins de financement, en facilitant par exemple l’octroi de crédits. Les institutions financières seront également amenées à participer au soutien des diverses caravanes de développement de l’artisanat, un moyen de faire participer tous les acteurs du marché à ce système de promotion et d’amélioration continue.

Amine El HASSOUNI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc