×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    Le PIB de l’OCDE pique du nez

    Par L'Economiste | Edition N°:3601 Le 23/08/2011 | Partager
    Croissance quasi-nulles pour les pays de la zone

    LA semaine dernière, la banque d’investissement américaine Morgan Stanley avait estimé que les Etats-Unis et la zone euro sont dangereusement proches d’une récession. Révélés hier lundi 22 août, les indicateurs économiques de l’OCDE sont aussi pessimistes. Le PIB de la zone OCDE a ralenti à 0,2% au deuxième trimestre de 2011 en recul par rapport à 0,3% au trimestre précédent.
    Cette détente a été particulièrement prononcée dans la zone euro et l’Union européenne où la croissance a baissé à 0,2% après 0,8% au trimestre précédent. L’OCDE donne les tendances par pays. En Allemagne, la croissance du PIB a ralenti à 0,1% comparé à 1,3% au trimestre précédent et en France, la croissance a été de 0% comparée à 0,9% au trimestre précédent. A noter que le gouvernement français, va dévoiler ce mercredi ses pistes pour réduire les déficits publics et tenter de rassurer les marchés. Rappelons que la DG du FMI Christine Lagarde «exhortait toutes les économies de la planète et en premier lieu les plus avancées d’entre elles à ne pas tuer la croissance en luttant contre la dette».
    Toujours selon les chiffres de l’OCDE, au Royaume-Uni, la croissance du PIB a ralenti à 0,2% comparé à 0,5% au trimestre précédent. En revanche, la croissance du PIB s’est accélérée à 0,3% en Italie et aux Etats-Unis, comparé à 0,1% au premier trimestre. Aux Etats-Unis, la dernière estimation disponible pour le premier trimestre reflète une importante révision à la baisse de la croissance de 0,5% publiée en juin dernier. Au Japon, qui désignera la semaine prochaine un nouveau Premier ministre, le PIB a continué à reculer mais à un rythme plus lent qu’au trimestre précédent (moins 0,3% comparé à moins 0,9%).
    En glissement annuel, le PIB dans la zone OCDE a augmenté de 1,6% au deuxième trimestre de 2011, en recul par rapport aux 2,4% au trimestre précédent. Parmi les sept grands pays, l’Allemagne a enregistré le taux le plus élevé (2,7%) et le Japon le plus faible (moins 0,9%).

    F. Z. T.

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc