×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Europe

    Universités: Plus chère la rentrée 2011-2012

    Par L'Economiste | Edition N°:3601 Le 23/08/2011 | Partager
    Une augmentation de 4,1% du coût de la vie étudiante
    Les étudiants attendent le 10e mois de bourse entier

    La cherté du coût de la vie étudiante est principalement due au prix du loyer qui ne cesse de grimper notamment en région parisienne

    Dur, dur d’être étudiant. Et la rentrée universitaire 2011-2012 s’annonce encore plus dure puisque les frais de scolarité auront tendance à augmenter cette saison. L’Union nationale des étudiants de France (Unef) qui a mené une enquête, a relevé que par rapport à l’an dernier, une augmentation de 4,1% est prévue. Une hausse estimée deux fois plus rapide que le taux d’inflation. Désormais, faire des études ne sera plus accessible à toutes les catégories sociales, chose que l’Unef déplore. D’ailleurs, l’institution avait déjà tiré la sonnette d’alarme en juillet dernier. L’organisation avait clairement montré son mécontentement suite à la hausse de 1,7% du ticket de restauration universitaire qui est passé de 3 à 3,05 euros. Dans le même registre, elle avait également dénoncé les fortes augmentations des frais d’inscription pour l’année 2011-2012 pratiquées par 28 universités qualifiées de «hors la loi».
    Dans son rapport, l’Unef juge cette situation d’incohérente. Alors que le coût de la vie étudiante ne cesse de grimper, les aides peinent à suivre la même tendance. Elles sont beaucoup trop lentes. En effet, depuis 2006, les dépenses obligatoires des étudiants ont augmenté de façon générale de 33,2%, tandis que les aides sociales n’ont enregistré qu’une revalorisation globale de 13%. Et pour cette année, la situation ne semble pas s’améliorer puisque l’Etat n’a pas encore dévoilé la revalorisation des bourses étudiantes. En revanche, la décision du ministre de l’Enseignement supérieur, Laurent Wauquiez concernant un dixième mois de bourse entier, annoncé par Nicolas Sarkozy en 2009, pourrait changer la donne. Ce bonus, sera en effet, versé aux quelques 21,5% d’étudiants boursiers. Par ailleurs, le renchérissement du coût de la vie étudiante est généralement dû à la cherté du logement. En effet, d’après les chiffres de l’Unef, Paris enregistre la hausse la plus considérable avec 8,9%. Elle est plus modérée dans les autres régions du pays et tourne autour de 1,9%. Quant aux frais annexes comme l’inscription, sécu, le restaurant universitaire, ils augmentent en moyenne de 4,4% annuellement. Ces chiffres ont été corroborés par une seconde étude effectuée par la Fédération des associations générales étudiantes (Fage) qui, de son côté, a évalué le coût de la rentrée à 2.657,3 euros pour un étudiant francilien et de 2.265,8 euros pour un étudiant de province, soit une hausse moyenne d’environ 4,2%.

    MOT (avec agences)

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc