×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Régions

    Agadir/Démission Kabbage
    L’opposition crie à la manœuvre électorale

    Par L'Economiste | Edition N°:3597 Le 17/08/2011 | Partager
    Pour des élus, «la démission est un alibi pour masquer la mauvaise gestion du maire»
    Des marches pour soutenir Kabbage

    La dernière annonce de Tariq Kabbage concernant sa démission a encore une fois ravivé les différends entre l’opposition et les élus en charge de la gestion de la commune urbaine

    LA démission, aujourd’hui suspendue, de Tariq Kabbage, président de la commune urbaine d’Agadir, continue de faire jaser. Les élus de l’opposition crient à la manipulation préélectorale, dénonçant une démission aux forts relents «de sortie médiatique», ainsi que le précise leur communiqué. Si Kabbage avait véritablement l’intention de démissionner, il aurait déposé sa démission auprès de l’autorité locale comme cela se fait de coutume. Comme l’expliquait précédemment Tariq Kabbage à L’Economiste, avant son départ, il devait tout d’abord informer son parti et les habitants d’Agadir. Mais les élus de l’opposition ne semblent pas convaincus de cette version. Pour eux, il ne s’agit pas moins que d’une campagne préélectorale. “Un des arguments avancés par le président pour expliquer sa décision est le fait d’avoir été empêché d’assister à la cérémonie d’allégeance à Tétouan. Il y a bien eu auparavant d’autres activités royales à Agadir auxquelles il n’a pas assisté et pourtant il n’a pas réagi de la sorte’’, souligne l’opposition indignée. Dans leur communiqué, les élus avancent également que “la démarche du maire est orchestrée pour occulter ses problèmes et échecs de gestion des dossiers de la commune’’. Ce qu’ils demandent aujourd’hui c’est que la lumière soit faite notamment sur les résultats de l’enquête réalisée il y a quelques mois par le ministère de l’Intérieur sur des dossiers de la commune. Mais Kabbage n’a pas que des opposants à Agadir. De fait, l’opinion publique est partagée. Ceux qui le soutiennent sont sortis dans la rue la semaine dernière pour une marche. Selon les organisateurs, ils étaient près de 700 et en grande majorité des jeunes réunis en réseau social sur le Net, initiateurs de la manifestation. Mais là encore il y a d’autres versions qui circulent. Des sources bien informées avancent que “parmi les participants à la marche de soutien en faveur de Kabbage, il y aurait eu beaucoup de gens travaillant dans ses entreprises’’. Difficile à vérifier. Lors de cette manifestation, beaucoup de slogans ont été scandés. Les participants sont allés jusqu’à lancer que “l’autorité locale bloque des dossiers de la commune’’. Du côté institutionnel on se défend de bloquer quoi que ce soit. “Que l’on nous cite un seul dossier bloqué’’, lance un institutionnel.
    Le feuilleton politique de la commune urbaine d’Agadir promet bien des rebondissements. Ambiance électorale avant l’heure.

    Malika ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc