×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Entreprises

    AWB: Les moteurs du groupe

    Par L'Economiste | Edition N°:3597 Le 17/08/2011 | Partager
    Nette amélioration de la contribution de la filiale Assurance
    L’activité à l’international n’a pas été affectée par la conjoncture régionale

    Source: Attijariwafa bank
    Le produit net bancaire (PNB) consolidé ressort à 7,9 milliards de DH en hausse de 14,8% par rapport au premier semestre 2010. Cependant, une nette progression de la contribution de Wafa Assurance a été constatée lors de ce premier semestre qui enregistre un bond de 7,8% par rapport à juin 2010

    La croissance enregistrée par Attijariwafa bank au cours du premier semestre confirme la solidité du modèle du groupe. C’est en effet le fruit d’une maîtrise des charges avec un maintien des investissements, d’une stabilisation du coût du risque ou encore d’une forte contribution des filiales à l’international. A ce titre, il est à noter qu’un changement du périmètre de consolidation a été opéré pendant le 1er semestre suite à l’acquisition de la Société Commerciale de Banque Cameroun (SCB Cameroun).
    Dans ces conditions, le produit net bancaire (PNB) consolidé ressort à 7,9 milliards de DH en hausse de 14,8% par rapport au premier semestre 2010. C’est toujours la banque au Maroc qui contribue à hauteur de 59%. En effet, la banque au Maroc a vu son PNB avancer de 7,8% à 4,6 milliards de DH au terme du premier semestre. Une amélioration de la productivité des crédits par décaissement de 1,6% à 24,2 millions de DH. En revanche, une dégradation des dépôts de 4,4% à 22,9 millions de DH est à signaler. Dans ces conditions, le résultat net de la banque gagne 10% pour s’établir à 1,8 milliard de DH. Second contributeur dans la croissance du groupe: Wafa Assurance (cf.www.leconomiste.com du mercredi 10 août). La contribution de l’assurance a augmenté significativement passant de 7 à 19% en une année glissante. En effet, l’assureur a réalisé un bon cru lors de ce premier semestre avec un résultat net de 398 millions de DH en hausse de 24%. En matière d’innovation, la compagnie n’est pas en reste. Elle devient «producing member» du réseau INI (International Network of Insurance). Elle peut à ce titre structurer des couvertures pour les entreprises marocaines ayant des besoins à l’international. Le lancement de la filiale «Wafa IMA Assistance» représente une nouvelle ligne de métier qui pourrait jouer des synergies entre AWB et sa filiale assurance.
    Au niveau de la société de financement Wafa Salaf, la production est en croissance de 5%. Elle combine, outre les encours propres de la société, ceux pour compte de tiers. Aujourd’hui, elle sert la banque au Maroc mais aussi le Crédit du Maroc ou encore le Crédit Agricole du Maroc. «C’est une activité qui prend une importance stratégique et qui démontre les capacités de notre filiale à mutualiser ses coûts. Une chose qui signifie une maîtrise de tout le traitement partant du scoring jusqu’au recouvrement», explique Ismail Douiri, directeur général en charge de la finance. Par conséquent, le résultat net semestriel de la société de financement ressort à 168 millions de DH en progression de 12% par rapport à juin 2010.
    Pour ce qui est des filiales à l’international, le management de la banque se montre assez confiant face aux troubles qu’a connus la région, notamment en Tunisie et en Côte d’Ivoire. En effet, contrairement aux attentes des analystes, les ressources clientèle avancent de 5% à 19 milliards de DH pour des crédits accordés de l’ordre de 18 milliards de DH (+17%). Certes, le poids des provisions établies en ce premier semestre a dû réduire le résultat net de la filiale à 161 millions de DH en légère baisse de 2%. Malgré tout, Attijaribank Tunisie poursuit l’extension de son réseau avec l’ouverture de 6 nouveaux points de vente au cours des six premiers mois de l’année, portant le nombre total à 175 agences.
    Globalement, les filiales africaines contribuent pour 10% aux résultats du groupe, sachant que les comptes consolidés concernent quatre filiales: Attijaribank Tunisie, CBAO Sénégal, CDC Congo, UGB Gabon.
    Pour la filiale sénégalaise qui contribue à hauteur de 2% au RNPG, elle voit son PNB augmenter de 7% à 399 millions de DH pour un résultat net de 57 millions de DH en hausse de 24%. Même exercice qu’en Tunisie. Le groupe a entamé une vaste campagne de conquête de nouveaux clients les portant à 226.000 à fin juin. Parallèlement et en matière de risque, le groupe ne laisse pas traîner les choses. Une amélioration du coût du risque au niveau de la filiale sénégalaise qui passe de 1,73 à 1,12%.
    Les filiales congolaise et gabonaise ont poursuivi leur transformation et intégration au sein du groupe. Concernant le Crédit du Congo, la banque réalise un résultat net de 44 millions de DH en hausse de 25%. La banque a connu une assez forte dynamique commerciale qui lui a permis d’améliorer son coefficient d’exploitation qui passe de 56 à 51%, mais également une amélioration de 2 points de la structure des dépôts. Pour sa part, l’UGB Gabon consolide ses réalisations avec un résultat net en hausse de 8% à 59 millions de DH. Elle entend par ailleurs profiter d’une campagne qualité qui touchera tout le réseau.

    R. B.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc