×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Politique Internationale

    Tunisie/Elections
    La première étape boudée
    De notre correspondant à Tunis, Mohamed Laroussi Ben Salah

    Par L'Economiste | Edition N°:3596 Le 16/08/2011 | Partager
    Le nombre des inscrits volontaires n’a pas pu atteindre les 50%

    Les Tunisiens ont boudé les inscriptions sur les listes électorales pour la désignation d’une Constituante le 23 octobre

    Seulement un peu plus de la moitié des électeurs potentiels en Tunisie se sont volontairement inscrits. Les bureaux d’inscription des électeurs en vue de l’échéance du 23 octobre prochain viennent de fermer ce dimanche 14 août sur un total d’inscrits estimé à moins de 4 millions, représentant un peu plus de 50% du nombre total d’électeurs prévu soit 7millions 800 milles personnes. Les chiffres définitifs seront connus ce mardi. Les mêmes bureaux devaient ouvrir hier lundi 15 août pour une opération d’inscription exceptionnelle qui se poursuivra jusqu’au 12 octobre prochain. Elle intéressera les militaires et para militaires ayant viré au civil. Les jeunes ayant atteint 18 ans après la fin des délais convenus, les personnes ayant recouvert leurs droits civiques et celles établies à l’étranger et qui se trouveront en Tunisie lors des élections en bénéficieront au même degré.
    L’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE) avait choisi de tester la prédisposition des Tunisiens à se rendre aux urnes en optant pour l’inscription volontaire afin, dit-on, de se débarrasser des listes du ministère de l’Intérieur, jadis responsable de l’organisation des élections. Plusieurs experts, politiques et autres avaient conseillé d’aller directement aux élections en adoptant la base de données de la carte d’identité nationale (CIN). Ce qui ne fut pas fait, d’autant plus que l’échéance a été reportée de trois mois. Se rendant compte de la réticence des tunisiens à aller s’inscrire volontairement, le président de l’ISIE avait annoncé depuis une semaine déjà la décision de recourir à l’inscription automatique. Il a peut-être ainsi découragé plusieurs retardataires. Côté citoyen, l’inscription volontaire n’a d’autres avantages que celui de choisir son bureau de vote.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc