×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Politique Internationale

    Réforme de la constitution
    La Jordanie suit les traces du Maroc

    Par L'Economiste | Edition N°:3596 Le 16/08/2011 | Partager
    L’amendement prévu dans un mois
    Abaisser à 25 ans l’âge pour être élu au parlement

    Le roi Abdallah de Jordanie est déterminé à entamer une réforme constitutionnelle pour satisfaire surtout les jeunes qui représentent plus de 70% de la population

    LA Jordanie suit les traces du Maroc. La commission royale chargée de la constitution a recommandé la création d’une cour constitutionnelle pour décider de la constitutionalité des lois et consolider le pouvoir judiciaire. Défendre la constitution, voire l’améliorer constitue une étape significative pour engager le pays vers la voie de réformes politiques et sociales. Cette démarche confirme la volonté du pays d’adopter un véritable changement. Actuellement, la commission étudie les différents moyens qui permettront de répondre aux demandes des réformes formulées par la population. Parmi ses principales propositions, abaisser l’âge minimum pour être élu au parlement à 25 ans contre 30 actuellement. Une décision qui donnera désormais plus de chance aux jeunes qui représentent quelque 70% de la population globale. Rappelons que la jeunesse s’est récemment rapprochée de l’opposition islamiste et d’autres entités dans le royaume pour réclamer des réformes économiques et politiques avec une nouvelle loi électorale notamment l’élection du Premier ministre. Les revendications s’étendent à la nomination du gouvernement. En effet, l’opposition islamique réclame que les gouvernements soient formés par le chef du parti ayant obtenu la majorité au parlement au lieu d’être désignés par le roi comme le stipule la Constitution. Elle demande aussi une plus grande indépendance du pouvoir judiciaire.
    Par ailleurs, le roi avait précisé dans son discours que l’amendement de la Constitution se réalisera dans un délai n’excédant pas un mois. Il a également affirmé que ce projet a pour objectif de satisfaire les différentes parties.

    M. O. T. (AFP)

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc