×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Skhirat: La dépollution de la plage entamée

    Par L'Economiste | Edition N°:3594 Le 12/08/2011 | Partager
    Construction d’une station de traitement des eaux usées
    Elle sera opérationnelle à plein régime fin 2012

    La station de traitement des eaux usées de Skhirat comprend 9 bassins pour assurer le traitement des eaux usées selon la technique naturelle de lagunage

    CET été, le «Pavillon bleu» flotte encore une fois à la plage de Skhirat. Une consécration pour la 5e année consécutive en tant que zone de baignade propre selon les normes internationales. Cela revient notamment au programme d’assainissement lancé par Redal, filiale de «Veolia propreté», qui a permis de mettre fin aux rejets des eaux usées de la région dans la mer. Pour ce faire, il a fallu d’abord procéder à la mise à niveau du réseau d’assainissement de la ville de Skhirat et de celui de la zone balnéaire qui a connu ces dernières années une forte urbanisation. Mais ce travail n’aurait eu aucune utilité sans la construction de la station d’épuration des eaux usées un peu loin de la ville de Skhirat. Sa réalisation, sur un site de 13 ha, a nécessité la mobilisation d’un budget de 35 millions de DH. Cette infrastructure a été conçue pour une population de près de 64.000 personnes avec une capacité de traitement de 6.000 m3 par jour. Pour cette station, l’on a opté pour la méthode de type lagunage qui consiste à faire circuler lentement un effluent, prétraité, dans une succession de bassins (appelés lagunages). Dans la station de Skhirat, 9 bassins sont aménagés et l’infrastructure est opérationnelle depuis 2003, mais tourne en sous capacité. Elle assure uniquement le traitement de près de 2.000 m3 par jour, ce qui représente la quantité des eaux usées produites par la ville de Skhirat. Pour la zone balnéaire, il faut attendre l’achèvement du réseau d’assainissement et son raccordement à la station. Le fonctionnement de celui-ci a nécessité l’installation de deux stations de pompage dont une a déjà été réalisée. Alors que pour l’autre, la procédure d’expropriation du terrain tarde encore. Pour la direction de Redal, l’ensemble du réseau de la zone balnéaire sera opérationnel au plus tard fin 2012. Ce qui va permettre le fonctionnement de la station à pleine capacité.
    Mais, en attendant, il faut noter que les eaux usées produites par les habitations proches de la plage sont récupérées dans des fosses septiques dont Redal assure gratuitement le nettoyage à raison d’une intervention par an. Notons, par ailleurs, que la station de Skhirat est dotée d’un système de supervision informatisé assurant la gestion, la téléconduite et la surveillance à distance de l’ensemble de ses installations. Selon Omar Zourzi, responsable de la station, la qualité de traitement des eaux est meilleure. La station est devenue la destination privilégiée de certains oiseaux immigrants, ce qui constitue un bon signe sur la qualité des eaux, selon Zourzi.

    Noureddine EL AISSI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc