×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Université d’été «Un monde libre»
    Comment sortir de l’économie de rente

    Par L'Economiste | Edition N°:3594 Le 12/08/2011 | Partager
    Elle est au cœur des révoltes arabes
    Ce système est reproduit à tous les échelons de la société
    Retourner aux fondamentaux de l’économie de marché et créer une ZLE arabe

    Pour Hicham El Moussaoui, la rente dans les pays arabes est au cœur des mouvements de révolte. Elle a conduit à un cercle vicieux de répression politique et d’exclusion économique qui, à son tour, a renforcé la dépendance du pouvoir à la rente

    Le lien entre l’économie rentière et les révoltes arabes est incontestable, affirme Hicham El Moussaoui, maître de conférences à l’université Sultan Moulay Slimane, lors de l’université d’été libérale tenue dernièrement à Dayat Roumi, près de Khémisset. Selon lui, l’idée que les arabes ne sont pas démocrates n’est pas pertinente. «Nous sommes des démocrates, mais nous évoluons dans un environnement institutionnel non démocrate», martèle-t-il. Selon lui, les révolutions arabes sont insuffisantes. Il faut les accompagner par des changements dans le mode de production.
    L’économie de rente pervertit le système. Ce qui est grave, c’est l’effet de contagion qui a touché plusieurs couches dans la société qui cherchent à reproduire le système de rente à une moindre échelle. La majorité des pays arabes vivent dans un système rentier où la part dominante du revenu provient de l’exploitation brute des ressources naturelles (pétrole, gaz, minerais..), du tourisme, des transferts de ressortissants étrangers ou d’aides internationales. Pour Hicham El Moussaoui, la rente dans les pays arabes est au cœur des mouvements de révolte. Il explique dans cette intervention comment elle a conduit à un cercle vicieux de répression politique et d’exclusion économique qui, à son tour, a renforcé la dépendance du pouvoir à la rente. Les peuples arabes se sont trouvés piégés dans un système politique et économique verrouillé. Comment libérer les peuples arabes de ce piège? Il propose le retour aux fondamentaux de l’économie de marché après trois décennies de réformes qui ont échoué.
    La solution réside dans la mise en place de vraies réformes pour favoriser la liberté économique, l’essence même de l’économie productive. Il s’agit d’abord et avant tout de «limiter la taille de l’Etat pour laisser plus de place à l’initiative privée, consolider l’Etat de droit pour redonner confiance aux investisseurs, mettre en œuvre des politiques monétaires saines pour prévenir l’inflation et la manipulation du cycle monétaire par les politiques», souligne-t-il.
    Il préconise aussi la libéralisation des échanges à l’intérieur et avec le reste du monde, notamment en créant une grande zone de libre-échange arabe. Les réglementations encadrant les marchés de crédit, de travail et les affaires doivent être assouplies, dans le sens d’une plus grande ouverture et de flexibilité. «Ce sont autant d’ingrédients nécessaires pour fluidifier les économies arabes et stimuler la dynamique de la croissance», rappelle-t-il.

    M. C.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc